chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tool - Undertow

Chronique

Tool Undertow
Un an après avoir sorti "Opiate" en 1992, leur premier EP, Tool récidive en 1993 (en effet puisque d'après Pythagore : 1992 + 1 = 1993) en sortant Undertow. Première vraie plongée dans l'univers sombre, dérangé et profondément artistique d'un groupe qui allait devenir une des formations les plus respectées du métal, tant pour la musique, que l'intégrité artistique. Tool s'est bâti autour d'un guitariste-sculpteur-réalisateur de-leurs-clips (excellents par ailleurs, et pour l'instant inégalés, à part peut-être par Blashyrk d'Immortôle[ondulée]), qui fait également boucher-charcutier-plombier pendant les week-ends et les vacances scolaires, de Danny Carey, un espèce de géant vert mais blanc, dont les poignets sont aussi gros que mes cuisses, démolisseur de peaux de toms de son état, de Paul d'Amour, bassiste, et de Maynard James Keenan, ancien de l'académie militaire de West Point (passage qui a laissé des traces comme dans la chanson "Intolerance" : "You lie, cheat and steal, I cannot tolerate you", qui est un des préceptes martelé dans cette merveilleuse école), chanteur et parolier du groupe.

"I dont want to be hostile" chante ce dernier sur le premier titre de cet album, "Intolerance", et pourtant, le ton général donne l'impression contraire : colère dans la voix, son métallique de la guitare. Evidemment, en ces temps où la double pédale revient en force (*hum* pas de commentaires s'il vous plaît…ça n'a rien à voir avec 'Queer, 5 experts dans ton cul'), cet album peut paraître relativement "peu" hostile, mais il faut bien se souvenir qu'en 1993, le truc le plus violent qui existait dans le mainstream c'était Nirvana et MetallicA. Tool approche sa musique d'une autre manière, en utilisant des riffs à la mélodie assez simple mais qui rythmiquement utilisent des mesures proches de celles utilisées en jazz, chose qui peut paraître presque normale maintenant que Meshuggah, ou autre HxC Chaotique ont émergé sur la scène, et Tool n'est pas étranger à cette introduction. Le son, également, plus froid et métallique, se démarque des productions du moment. Enfin par la qualité de son chanteur, Tool a su créer un genre à lui seul, inimitable et reconnaissable entre 1000 tant Maynard James Keenan sait allier la douceur de son chant à la force quand il s'agit de pousser un peu (sans hurler non plus, 'faut pas exagérer.)

Passé "Intolerance, on arrive dans le diptyque des deux "singles" (je mets entre guillemets parce que des singles de plus de 5 minutes, ils sont pas près de passer sur NRJ, Foune Radio ou même Joui FM), qui ont été mis en image de façon magistrale par Adam Jones : "Prison Sex" et "Sober". Rarement deux chansons auront allié aussi bien l'émotion avec la dureté de la musique, notamment sur le pont et la fin de "Prison Sex" et sur les couplets de Sober. A voir d'urgence en video, les images malsaines de ces derniers sublimant d'autant la musique. Et quand je dis images malsaines, il faut pas avoir en tête les clips de Cradle of filth.

"Bottom" s'ensuit. Le climax de celle-ci étant le pont avec en featuring Henry Rollins au spoken word, qui donne encore plus de sordide à cette chanson. Il faut dire que le loustic a de la voix, même quand il gueule pas (et je dirai même à la limite plus.), le texte allant de pair avec la voix "There's no choice but to confront you, to erase you…I'll use my mistakes against you."
Puis "crawl away" et "swamp song" s'enchaînent. Ces chansons ne ressortent pas vraiment du lot, elles sont construites un peu (trop ?) sur le même modèle, et elle ne me font pas vibrer plus que ça. Par contre "undertow", là c'est un autre histoire. Le riff d'intro est magistral de simplicité et donne une impulsion à tout la chanson, et là encore le chant aérien de Maynard donne tout sa sombre ampleur à la musique, ce qui ne l'empêche pas de pousser un peu plus sur les refrains et sur la fin, donnant un impression d'apocalypse selon St Maynard. C'est à la limite sur celle-ci où on ressent la relative faiblesse de la production. Je trouve que globalement le son de cet album manque de compacité de rentre-dedans, ce qui n'est pas le cas sur Aenima. La raison en est probablement la faiblesse de la guitare un peu en retrait.
Influence très orientale avec une intro où la guitare se fait sitar pour "4°" (différence entre la température anale et la température vaginale - et je déconne pas pour le coup.) et le chant aérien de Maynard qui vient compléter le tout sur cette chansons sur l'ouverture d'esprit.

Ensuite une longue intro, glauque, répétitive nous mets dans l'ambiance pour "flood", ce qui est le point d'orgue de la chanson, le reste de la chanson étant anecdotique pour moi. Et surtout on arrive sur ce final halluciné, en plage 69 (une preuve de plus que Tool, en dépit de l'image que j'ai pu en donner jusqu'à maintenant, est un groupe qui a de l'humour, caustique et noir présent jusque dans l'artwork de l'album avec une photo de vache qui essaye de se lécher, image qui a fait fantasmer bon nombre de pervers zoophiles limousins et quelques chroniqueurs de métal), j'ai nommé "disguspitated".
Sur une base de percus et de samples divers (sons à l'envers, bruits d'animaux divers) Tool montre sa face caustique avec un texte sur un télévangéliste (Bill) qui voit un ange qui lui montre le massacre des carottes, avec en fin, la répétition, comme un mantra, que "This is necessary" et que "Life feeds on life feeds on life feeds on life…"

Bref, un album qui pose les jalons de ce qu'allait devenir le groupe plus tard, mais qui a les défauts d'un premier album, les chansons, même bonnes (et de bonnes chansons de Tool surpasse des chansons excellentes de bon nombre d'autres groupes), se ressemblent un peu, et les structures n'étaient probablement aussi travaillées que sur les albums suivants. A conseiller aux inconditionnels du groupe, et peut-être aussi à ceux qui veulent découvrir, cet album étant peut-être plus accessible, mais ne donnant pas toute la mesure du groupe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

donvar citer
donvar
16/01/2011 15:23
Evil_Nick a écrit : Putain Sober, quelle chanson énorme.
Je me remettrai jamais de celle-la...Leur meilleur peut-etre...
Holy citer
Holy
02/04/2005 4:22
Un très bon album, très Toolien dans l'esprit mais auquel il manque quelque chose... La voix de MJK, bien que belle, est plutot inégale et aussi la musique avait un coté beaucoup moins personel (Prison Sex, avec ses sonorités rock simplets pas très en accord avec l'idée que je m'étais faite de Tool avec Aenima et Lateralus).

Un très bon album tout de même, mais pas le meilleurs.
Evil_Nick citer
Evil_Nick
26/02/2005
note: 7/10
Putain Sober, quelle chanson énorme. En fait, je suis pas vraiment un fan de Tool, j'aime certains de leurs morceaux mais rarement les albums entiers. En tout, je préfère (très légèrement) Aenima à celui-ci
toukene citer
toukene
26/02/2005
note: 8/10
aenima est genial aussi et c'est stinkfist qui m'a fait connaitre ce groupe vu que cette chanson est splendide torturée etc...mais je bloque plus pour lateralus car de la 1ere a la dernier chanson je vois pas le tps passer or dans aenima ya 1 titre ou 2 qui est un peu plus chiant...a mon gout...mais ca ne retire en rien tout le plaisir que je peux avouir a ecouter l'album !!
langoustator citer
langoustator
26/02/2005
note: 8.5/10
Préférer Lateralus, je veux bien, c'est normal vu le nombre d'années d'expérience et d'améliorations apportées par Tool à leur musique, mais vous le préférez à Aenima? /smiley avec les yeux qui sortent de leur orbites/
A quand la chronique de Lateralus d'ailleurs?
toukene citer
toukene
25/02/2005
note: 8/10
tool...rha lalala en voila un groupe qui a chaque album me fait planer vers d'autres contrées spirituelles que je ne connaissais pas avant...
et en plus ca c'est autorisé par la loi ;-) mais comme mon collegue precedemment je prefere lateralus egalement...
et j'attends impatiemment leur nouvel album...le dernier a perfect circle m'ayant qques peu decu je reste sur ma faim concernant le chant de Maynard...
space monkey citer
space monkey
25/02/2005
note: 8/10
Je suis pris d'un énorme doute : c'est le vagin le plus chaud ?
Sinon, encore un très très bon album, mais je préfère quand même le plus posé et produit Lateralus...
langoustator citer
langoustator
25/02/2005
note: 8.5/10
Prometteur et déjà unique.

C'est Disgustipated Clin d'oeil
Dead citer
Dead
25/02/2005
Elles sont vraiment space les pochettes des albums de Tool !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tool
Metal Progressif
1993 - Volcano Entertainment
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (22)  7.7/10
Webzines : (13)  8.35/10

plus d'infos sur
Tool
Tool
Metal Progressif - Etats-Unis
  

écoutez
vidéos
Undertow
Undertow
Tool

Extrait de "Undertow"
  

tracklist
01.   Intolerance  (04:54)
02.   Prison Sex  (04:56)
03.   Sober  (05:06)
04.   Bottom  (07:13)
05.   Crawl Away  (05:29)
06.   Swamp Song  (05:31)
07.   Undertow  (05:21)
08.    (06:02)
09.   Flood  (07:45)
10.   Disgustipated  (15:47)

Durée : 69:13

line up
parution
16 Avril 1993

voir aussi
Tool
Tool
Opiate (MCD)

1992 - Volcano Entertainment
  
Tool
Tool
Salival (EP)

2000 - Volcano Entertainment
  
Tool
Tool
10,000 Days

2006 - Volcano Entertainment
  
Tool
Tool
Aenima

1996 - Volcano Entertainment
  
Tool
Tool
Lateralus

2001 - Volcano Entertainment
  

Essayez aussi
Orakle
Orakle
Eclats

2015 - Apathia Records
  
Wolverine
Wolverine
Cold Light of Monday

2003 - Elitist Records
  
Devin Townsend
Devin Townsend
Empath

2019 - InsideOut Music
  
Dream Theater
Dream Theater
The Astonishing

2016 - Roadrunner Records
  
Haken
Haken
Vector

2018 - InsideOut Music
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique