chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
100 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Turnstile - Time & Space

Chronique

Turnstile Time & Space
Coucou c’est moi ! Je débarque aujourd’hui la bouche en cœur et l’air de rien pour vous parler du dernier album en date de Turnstile sorti il y a maintenant plus d’un an... Intitulé Time & Space, celui-ci fait suite à un EP passé ici sous silence parce qu’à dix euros la galette de huit minutes, non merci, mais aussi et surtout à un premier album tout en couleurs et en légèreté, l’excellent Nonstop Feeling. Un disque d’une fraîcheur énergisante dont la force réside clairement dans cette faculté à mélanger les genres sans se soucier de trop en faire.

Cette formule, si elle a rencontré quelques réfractaires peu disposés à se laisser bercer par ce genre de mélodies acidulées et de mash-up improbables (Hardcore meets Pop meets Nu Metal meets easy listening d’ascenseur) a su pourtant ravir le cœur de jeunes et de moins jeunes (je ne parle pas que de moi) bien décidés à jouer les fifous, à justifier auprès de madame l’achat de long sleeve fluo à s’en faire mal aux yeux et à "jumper" comme si on était encore en 1996. Ce succès d’estime confirmé par des prestations particulièrement sportives a naturellement fini par attirer quelques gros poissons dont un certain Roadrunner Records qui y a vu l’opportunité de faire entrer quelques dollars supplémentaires dans sa besace déjà bien garnie. Une opportunité que le groupe ne pouvait décemment pas refuser car, comprenez-vous, outre le fait de côtoyer désormais les grands de ce monde (Soulfly, Slipknot, Trivium...), qui n’aimerait pas un peu d’extra cash pour continuer à se payer ses belles petites paires de Jordan et autres Air Max 97 ?

Et donc ce Time & Space ? Et bien vous ne risquez pas d’être dépaysé par son contenu puisque ce dernier s’inscrit bien volontiers à la suite de son prédécesseur (normal me direz-vous). Exécuté à la cool, les doigts de pied en éventail en un tout petit peu plus de vingt-cinq minutes, ce deuxième album renoue sans grande surprise avec ce qui faisait le charme de Nonstop Feeling. On retrouve ainsi ces mêmes titres courts, variés et hyper accrocheurs, relevés par des mélodies ensoleillées et une production absolument impeccable pour le genre.
Car si les fondations de Turnstile sont bien évidement à chercher du côté de la scène Punk/Hardcore (pour rappel, le groupe compte dans ses rangs des anciens membres de Trapped Under Ice), les Américains continuent de s’en foutre royalement en faisant preuve d’un éclectisme plein d’insolence, piochant entre autre dans ce qui se faisait de plus ou moins recommandables dans les années 90 (et aussi un peu dans les années 80, Faith No More, Fishbone et Living Colour en tête). De 311 à Rage Against The Machine en passant par P.O.D. ou bien encore Incubus et autres délices surannés que certains aimeraient n’avoir jamais écouté de peur de perdre leur précieuse crédibilité, Turnstile y va franco, se vautrant avec plaisir dans des mélodies et autres gimmicks empruntés à une époque que l’on aborde aujourd’hui toujours avec un brin de nostalgie mais aussi pas mal de gêne (les baggy, les grosses pompes de skate, les cheveux en pics, les chaînes de portefeuille qui traînent jusqu’au genou, la liste est longue…). Mais chez Turnstile tout coule de source. Les codes sont assimilés et recrachés avec une fluidité et une aisance déconcertante qui font de Time & Space un disque particulièrement catchy et facile à aborder.
Adepte de morceaux relativement courts affichant rarement plus de deux minutes au compteur à quelques exceptions près, Turnstile se plaît comme toujours à varier les plaisir en apportant systématiquement de quoi alléger son propos (un refrain entêtant, une ligne de chant vaporeuse, une mélodie pop légère et sucrée, un break ultra fédérateur...). Car lorsqu’il ne fonce pas tête baissée à coup de riffs nerveux, de basse vrombissante, de chant arraché et de batterie Punk haletante (qui constituent donc l’essentiel de ce que fait Turnstile), le groupe passe le reste de son temps à nous surprendre comme avec cette musique d’ascenseur sur la conclusion de "Real Thing", ce riff Rock’n’Roll/Rockab sur "Big Smile" à 0:32 suivi de cette petite ligne de chant psychédélique à 1:03, la seconde moitié très inspirée par 311 de l’excellent "Generator", ces titres disco/bossa nova/jazz au rabais que sont "Bomb" et "Disco", les wouhouhou de "I Don’t Wanna Be Blind", le piano hystérique de "High Pressure", le chant hyper mélodique de "Moon" (qui n’est probablement pas celui de Brendan Yates)... Bref, on trouve une fois de plus de tout sur cet album aussi rafraîchissant qu’efficace.

Si les guerres de chapelles ont toujours été légions dans le Hardcore ou ailleurs, Turnstile continue avec ce deuxième album de nous montrer qu’il n’en a strictement rien à carrer de tout ça et qu’il n’est pas là pour sauver le Hardcore… Et trois ans après Nonstop Feeling (enfin quatre aujourd’hui), le constat demeure absolument identique à savoir que Turnstile continue d’amener avec sa formule un vent de fraîcheur et de nouveauté toujours aussi bienvenu dans un genre qui a à tout de même malheureusement tendance à s’ankyloser (Code Orange, Harms Way...) à force de fricoter d’un peu trop près avec le Metal (je m'étonne moi-même d'écrire cela) et le Beatdown... Avec les beaux jours qui arrivent, voilà en tout cas un album qui risque de pas mal tourner chez moi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
16/04/2019 18:31
J'ai jamais pu aimer Turnstile, je sais toujours pas pourquoi mais ça n'accroche pas.

En plus à la vue du 3ème titre je m'attendais à une reprise de Bad Religion, je suis déçu.
FullSail citer
FullSail
16/04/2019 18:09
Comme tu dis, l'album plus que parfait pour l'été, que j'ai découvert il y a quelques mois (grâce à toi d'ailleurs), et que j'ai tout de même fait tourner tout l'hiver. Juste mortel, l'enchaînement des trois premiers titres suffit à me rendre complètement dingue.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Turnstile
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.57/10

plus d'infos sur
Turnstile
Turnstile
Hardcore - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Real Thing  (01:56)
02.   Big Smile  (01:29)
03.   Generator  (03:14)
04.   Bomb  (00:24)
05.   I Don't Wanna Be Blind  (02:04)
06.   High Pressure  (01:56)
07.   (Lost Another) Piece Of My World  (01:51)
08.   Can't Get Away  (03:02)
09.   Moon  (01:53)
10.   Come Back For More / H.O.Y.  (02:55)
11.   Right To Be  (02:05)
12.   Disco  (00:46)
13.   Time + Space  (01:40)

Durée : 25:15

line up
parution
23 Février 2018

voir aussi
Turnstile
Turnstile
Nonstop Feeling

2015 - Reaper Records
  
Turnstile
Turnstile
Step 2 Rhythm (EP)

2013 - Reaper Records
  

Essayez aussi
Mizery
Mizery
Survive The Vibe (EP)

2014 - Lion's Share
  
Disgrace
Disgrace
Songs Of Suffering (EP)

2012 - Closed Casket Activities
  
All Out War
All Out War
For Those Who Were Crucified

1998 - Victory Records
  
Incendiary
Incendiary
Cost Of Living

2013 - Closed Casket Activities
  
Rotting Out
Rotting Out
Street Prowl

2011 - 6131 Records
  

Necromutilator
Black Blood Agression
Lire la chronique
Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique