chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
141 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Zaraza - Spasms of Rebirth

Chronique

Zaraza Spasms of Rebirth
Je dois bien avouer que Zaraza, combo canadien (et un peu équatorien aussi) avait assez largement échappé à mon radar. Spasms of Rebirth est pourtant sont troisième album, après un certain nombre d’autres efforts (EP, demos, live…). Et, d’emblée, le style s’avère ardu, qui mélange un doom très sludge avec des boucles clairement indus. L’ambiance générale de l’album est d’ailleurs franchement indus, le son n’étant pas si éloigné de certains ténors du genre (Ministry grande époque notamment ou encore Godflesh, comme sur Church of Gravity ou Maskwearer).

L’atmosphère désincarnée s’installe sans difficulté tant le son, on l’a dit, est sec et lourd à la fois (Inti Raymi ou Blood.ov.Psychiatrists, Wulkan) et tant l’apport – réel ou simulé – des machines est important. La voix posée, déclamée, renforce l’ambiance mécanique, quasi robotique des morceaux (Church of Gravity, Maskwearer, Roadkill to You). Or, et c’est peut-être là que le bât blesse le plus : si ces premiers titres immergent sans difficulté l’auditeur dans l’univers du groupe, on se surprend à maintes reprises à citer… Ministry et surtout Godflesh, se demandant si on ne s’est pas trompé de disque. Les comparaisons sont légion, jusque dans les quelques boucles electro qui parsèment certains titres, de façon discrète mais suffisamment pour colorer le titre (Maskwearer). L’ambiance de menace larvée, la tension permanente, l’œil rouge de cyborg qui observe dans le noir… tout y est.

Si cet album est clairement une réussite – l’univers global est, on l’a souligné, immersif – le sentiment d’entendre d’autres groupes est parfois gênante. L’apport de mélodies – rare – souvent d’ailleurs de simples tentatives (Inti Raymi par exemple) comme de petites cassures, donnent aux morceaux des allures de reptile qui permettent au combo de sortir de l’ornière de la copie trop parfaite. Mais, dans un style aussi exigeant que l’indus (le bon…), il est souvent bien délicat de marcher sur ses propres terres, surtout quand on arrive tard après les premières batailles. Blood.ov.Psychiatrists, Roadkill to You ou Wulkan, morceaux mid tempo lourds et menaçants, rappellent ainsi presque instantanément Bile (le groupe d’indus, rare lui aussi) et son premier album Suckpump, du son typé au loop electro intégrées dans la structure.

En somme Zaraza est agaçant. Son album est intéressant. Il est franchement bon, dans un genre regorgeant plutôt de médiocres. Mais le sentiment d’entendre toutes les influences du combo est très présent. En soi, ce n’est finalement pas un mal. D’autant que, si on veut se faire les avocats du diable, on peut aussi considérer que le combo canadien permet aux auditeurs d’écouter ce que Ministry ou Godflesh n’ont plus réussi à produire depuis un bail…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
14/04/2019 12:36
note: 7.5/10
Oui bât, bien sûr.
gulo gulo citer
gulo gulo
14/04/2019 11:03
note: 8/10
(PS : c'est le le bât qui blesse, pas le bas)
gulo gulo citer
gulo gulo
14/04/2019 11:02
note: 8/10
Retour d'un groupe culte avec peut-être pas un nouvel album culte, mais du très solide, sous des apparences révérencieuses.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Zaraza
Sludge / Indus
2017 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Zaraza
Zaraza
Sludge / Indus - 1993 - Canada / Equateur
  

tracklist
01.   Church of Gravity
02.   Maskwearer
03.   Inti Raymi
04.   Blood.ov.Psychiatrists
05.   Roadkill to You
06.   Wulkan

Durée : 38:21

parution
4 Mars 2017

Essayez aussi
Thou / The Body
Thou / The Body
You, Whom I Have Always Hated (Coll.)

2015 - Thrill Jockey Records
  
Wheelfall
Wheelfall
The Atrocity Reports

2017 - Apathia Records
  
Nightslug
Nightslug
Loathe

2015 - Lost Pilgrims / Dry Cough Records / Broken Limbs Recordings
  
Beneath the Sod
Beneath the Sod
Circling the Drain

2017 - Fort Evil Fruit
  
Thou / The Body
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)

2014 - Vinyl Rites
  

Noctem
The Black Consecration
Lire la chronique
Úlfarr
Hate & Terror - The Rise Of...
Lire la chronique
Bodyfarm
Dreadlord
Lire la chronique
Witch Vomit
Buried Deep In A Bottomless...
Lire la chronique
Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast
Bethlehem
Lebe Dich Leer
Lire la chronique
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
The Negative Bias
Narcissus Rising
Lire la chronique