chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
124 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Zaraza - Spasms of Rebirth

Chronique

Zaraza Spasms of Rebirth
Je dois bien avouer que Zaraza, combo canadien (et un peu équatorien aussi) avait assez largement échappé à mon radar. Spasms of Rebirth est pourtant sont troisième album, après un certain nombre d’autres efforts (EP, demos, live…). Et, d’emblée, le style s’avère ardu, qui mélange un doom très sludge avec des boucles clairement indus. L’ambiance générale de l’album est d’ailleurs franchement indus, le son n’étant pas si éloigné de certains ténors du genre (Ministry grande époque notamment ou encore Godflesh, comme sur Church of Gravity ou Maskwearer).

L’atmosphère désincarnée s’installe sans difficulté tant le son, on l’a dit, est sec et lourd à la fois (Inti Raymi ou Blood.ov.Psychiatrists, Wulkan) et tant l’apport – réel ou simulé – des machines est important. La voix posée, déclamée, renforce l’ambiance mécanique, quasi robotique des morceaux (Church of Gravity, Maskwearer, Roadkill to You). Or, et c’est peut-être là que le bât blesse le plus : si ces premiers titres immergent sans difficulté l’auditeur dans l’univers du groupe, on se surprend à maintes reprises à citer… Ministry et surtout Godflesh, se demandant si on ne s’est pas trompé de disque. Les comparaisons sont légion, jusque dans les quelques boucles electro qui parsèment certains titres, de façon discrète mais suffisamment pour colorer le titre (Maskwearer). L’ambiance de menace larvée, la tension permanente, l’œil rouge de cyborg qui observe dans le noir… tout y est.

Si cet album est clairement une réussite – l’univers global est, on l’a souligné, immersif – le sentiment d’entendre d’autres groupes est parfois gênante. L’apport de mélodies – rare – souvent d’ailleurs de simples tentatives (Inti Raymi par exemple) comme de petites cassures, donnent aux morceaux des allures de reptile qui permettent au combo de sortir de l’ornière de la copie trop parfaite. Mais, dans un style aussi exigeant que l’indus (le bon…), il est souvent bien délicat de marcher sur ses propres terres, surtout quand on arrive tard après les premières batailles. Blood.ov.Psychiatrists, Roadkill to You ou Wulkan, morceaux mid tempo lourds et menaçants, rappellent ainsi presque instantanément Bile (le groupe d’indus, rare lui aussi) et son premier album Suckpump, du son typé au loop electro intégrées dans la structure.

En somme Zaraza est agaçant. Son album est intéressant. Il est franchement bon, dans un genre regorgeant plutôt de médiocres. Mais le sentiment d’entendre toutes les influences du combo est très présent. En soi, ce n’est finalement pas un mal. D’autant que, si on veut se faire les avocats du diable, on peut aussi considérer que le combo canadien permet aux auditeurs d’écouter ce que Ministry ou Godflesh n’ont plus réussi à produire depuis un bail…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
14/04/2019 12:36
note: 7.5/10
Oui bât, bien sûr.
gulo gulo citer
gulo gulo
14/04/2019 11:03
note: 8/10
(PS : c'est le le bât qui blesse, pas le bas)
gulo gulo citer
gulo gulo
14/04/2019 11:02
note: 8/10
Retour d'un groupe culte avec peut-être pas un nouvel album culte, mais du très solide, sous des apparences révérencieuses.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Zaraza
Sludge / Indus
2017 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Zaraza
Zaraza
Sludge / Indus - 1993 - Canada / Equateur
  

tracklist
01.   Church of Gravity
02.   Maskwearer
03.   Inti Raymi
04.   Blood.ov.Psychiatrists
05.   Roadkill to You
06.   Wulkan

Durée : 38:21

parution
4 Mars 2017

Essayez aussi
Nightslug
Nightslug
Loathe

2015 - Lost Pilgrims / Dry Cough Records / Broken Limbs Recordings
  
Wheelfall
Wheelfall
The Atrocity Reports

2017 - Apathia Records
  
Thou / The Body
Thou / The Body
You, Whom I Have Always Hated (Coll.)

2015 - Thrill Jockey Records
  
Thou / The Body
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)

2014 - Vinyl Rites
  
Beneath the Sod
Beneath the Sod
Circling the Drain

2017 - Fort Evil Fruit
  

Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Defecrator
Abortion of Humanity
Lire la chronique
Sabïre
Gates Ajar (EP)
Lire la chronique