chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
114 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Night Crowned - Humanity Will Echo Out

Chronique

Night Crowned Humanity Will Echo Out (EP)
Décidemment la Suède retrouve des couleurs depuis quelques temps après une période creuse où ses ténors semblaient marquer sérieusement le pas, pourtant outre des petits jeunes motivés les vieux briscards retrouvent eux-aussi des couleurs, bien décidés à ce que leur pays revienne au premier plan. Formée en 2016 NIGHT CROWNED est une de ses nombreuses formations qui contribuent au retour en force de leur nation sur la scène Metal internationale, il faut dire qu’elle comporte en son sein des membres faisant ou ayant fait partie des plus grands noms locaux. Car entre un bassiste qui a fait ses armes notamment dans NIGHTRAGE, un batteur que l’on peut entendre actuellement dans DARK FUNERAL et EVOCATION, ou encore un guitariste que l’on retrouve sur plusieurs disques de THE CROWN, il faut bien reconnaître ce curriculum vitae a de l’allure, du niveau et surtout un vécu musical important. Du coup il n’est pas étonnant que ce court premier-jet d’à peine un quart d’heure fasse preuve de maîtrise et d’inspiration, tout en renvoyant l’auditeur il y’a deux décennies de cela, vu que le quintet revendique l’influence de DISSECTION, SACRAMENTUM, UNANIMATED ou encore EMPEROR. S’il peut paraître présomptueux de mélanger ces grands noms il faut bien reconnaitre que le Black/Death mélodique pratiqué par celui-ci n’en est finalement pas si éloigné, tout en ayant une certaine identité propre.

En effet au fur et à mesure de l’avancée de l’écoute le combo va proposer des morceaux de plus en plus élaborés, comme pour garder le meilleur pour la fin et ne pas proposer tout trop vite, comme cela est le cas avec « No Room For Hope » qui va mettre en avant un schéma assez simple et répétitif. Démarrant tambour battant par un rythme élevé il va ensuite baisser un peu en intensité afin d’aérer l’ensemble et d’y incorporer un solo tout en mélodie du plus bel effet aux nuances nuageuses et brumeuses, avant que le tout ne reparte pied au plancher. Cette succession de passages rapides et plus lents se voit néanmoins interrompu par l’apparition d’un break aux synthés dominateurs, donnant du coup la sensation d’écouter une bande originale de film, servant de lien à la préparation des guerriers au combat. On imagine ceux-ci préparer leurs armes, faire leurs adieux aux proches avant d’aller sur le champ de bataille, d’ailleurs ce sentiment se ressent avec l’apparitions de nappes brumeuses conjuguées aux blasts ravageurs, et aux parties épiques qui donnent envie de remuer la tête. Relativement accessible sans jamais être trop brutale cette entrée en matière donnent le ton avant une suite (qui débute avec « The Nocturnal Pulse ») qui sera plus grandiloquente et recherchée, sans pour autant tomber dans le ridicule et la facilité, mais principalement conforter ce très bon ressenti initial. Ici les deux extrémités vont être plus représentées car après un démarrage où les leads éthérés sont de sortie (et que l’on retrouvera aussi un peu plus loin) place à des longues séquences de tabassage et de moments au tempo élevé qui se succèdent, et se glissent au milieu d’ambiances symphoniques plus marquées. N’hésitant pas encore une fois à intégrer une cassure douce où l’on entend cette fois-ci quelques notes de piano et des percussions, qui servent de transition avant l’abattage final où le frappeur se lâche totalement au niveau des bpm. Toujours aussi réussi mais également plus construit et plus varié que le titre précédent on s’aperçoit de nouveau de la qualité du travail en commun de ses créateurs d’où ressort le vécu de chacun, et cela sera encore plus vrai avec le superbe « All Life Ends » qui va servir de bouquet final. Plus longue que les précédentes mais là-aussi sans longueur cette ultime plage va offrir un condensé de tout ce qui a été entendu jusque-là, tout en proposant une diversité de jeu à foison pour éviter une linéarité dans laquelle il était facile de tomber. Si le violoncelle en guise d’introduction peut surprendre il ne fait finalement pas tâche tant les émoluments classiques prennent une ampleur que l’on ne soupçonnait pas, et qui se marient à merveille aux explosions de violence, sans que l’un ne prenne le pas sur l’autre. C’est d’ailleurs la qualité à la fois de cette composition comme de l’Ep en général où l’équilibre des forces est parfaitement trouvé et sans faiblesses, et ce dernier moment de bravoure en est la preuve parfaite d’un disque réussi et qui mérite d’être écouté.

Particulièrement bien écrit il montre que ses membres ont su exploiter leur potentiel et leurs différentes expériences musicales pour offrir quelquechose de très prometteur, à défaut d’être révolutionnaire, mais à la durée idéale. S’il bénéficie également d’une certaine personnalité il faut aussi saluer la qualité de la production où chaque instrument est mis au service du collectif, et se retrouve de fait au même niveau que les autres, tout comme la technicité globale qui n’est jamais exubérante. Privilégiant le feeling à la débauche de notes sans âme les scandinaves emmènent l’auditeur dans un voyage à travers les forêts à perte de vue où il sera surpris par la météo changeante, et dont la pochette restitue assez bien l’ambiance voulue par ceux-ci, dont on attendra avec curiosité la suite de leurs aventures sur un album complet, histoire de voir si le passage sur un format supérieur sera tout aussi convaincant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
18/04/2019 13:10
Trop aseptisé pour moi (la production synthétique n'aidant pas)... Du blackened Cipher System.
Funky Globe citer
Funky Globe
18/04/2019 12:18
Je vois pas vraiment de EMPEROR là dedans mais plutôt une vrai touche à l'ancienne tendance UNANIMATED qui fait super plaisir. Format trop court pour se faire un avis définitif mais d'accord avec la chro sur toute la ligne.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Night Crowned
Black/Death Mélodique
2018 - Black Lion Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  4.03/5

plus d'infos sur
Night Crowned
Night Crowned
Black/Death Mélodique - 2016 - Suède
  

tracklist
01.   No Room For Hope
02.   The Nocturnal Pulse
03.   All Life Ends

Durée : 16 minutes

line up
parution
30 Novembre 2018

Essayez aussi
Decameron
Decameron
My Shadow...

1996 - No Fashion Records
  
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
The Covenant Progress

2003 - Rivel Records
  
Torchbearer
Torchbearer
Death Meditations

2011 - Vic Records
  
Unanimated
Unanimated
In The Light Of Darkness

2009 - Regain Records
  
Windfaerer
Windfaerer
Tenebrosum

2015 - Autoproduction
  

Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Defecrator
Abortion of Humanity
Lire la chronique
Sabïre
Gates Ajar (EP)
Lire la chronique