chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dødheimsgard (DHG) - Satanic Art

Chronique

Dødheimsgard (DHG) Satanic Art (Rééd.)
Pénalisée par son format, coincé entre Monumental Possession et 666 International, Satanic Art n'est pas la première réalisation qui vient en tête lorsqu'il est question de Dødheimsgard. Pourtant cela serait un tort de ne voir en cette sortie qu'une œuvre de transition. Le passage entre un black metal satanique sans fioritures, assez classique de prime abord, et celui plus avant-gardiste développé par le groupe – qui fera sa renommée. Cet EP est quelque peu à part, détenant un charme indéniable. Charme qui a agit encore et toujours sur moi malgré les années passées. Sorti en 1998 via Moonfog Productions, ce dernier était difficilement trouvable et/ou abordable fût un temps (j'avais mis la main sur un bootleg vinyle mexicain...) jusqu'à ce que Peaceville Records n'ait l'excellente idée de rééditer le back catalogue de cette formation culte. L'occasion de replonger dans l'antre de la folie pour les uns ou d'y être initiés pour les autres.

« Touched by the devilish one »

Poursuivant leur route sur le chemin de la connaissance, leurs visages tournés vers Lui, les Norvégiens se défont de leurs chaînes. Ils s'affranchissent des codes et des limites afin de laisser libre court à leur imagination et à Son esprit. En résulte une œuvre aussi noire que conceptuelle, traversée par les personnalités et les goûts singuliers des musiciens. Ce court format est un véritable patchwork d'influences, à l'image de l'artwork, où se côtoient différents arts (allant jusqu'à intégrer la pop culture). Tout comme la série dont sont extraits les samples (Twin Peaks), Satanic Art déploie moults images et symboles. La formation veut éveiller les consciences à sa manière, jouant avec les matières, électrisant les sens et distordant la réalité elle-même. Le monument « Traces of Reality » en est d'ailleurs la parfaite illustration. Ça explose dans tous les sens avec des effets savamment placés, des notes de violon – tenu par Stine Lunde – instaurant un climat anxiogène, la démence portée bien haut par Aldrahn (totalement investi et possédé au chant), des explosions de violence implacables mises en relief par un son – très indus – tant froid que clinique (mais gardant un aspect rugueux) ou encore ses claviers en mode « grandeur et décadence ». Le groupe déroule l'attirail, avec un bon sens de la théâtralité en prime, pour vous en mettre plein la vue sans perdre en cohérence.

« Reality - larger than mans illusions
or is it me? »

Rhâââ ! « Oneiroscope » ! Introduction instrumentale phénoménale jouée par Svein Egil Hatlevik (Fleurety, Stagnant Waters) et dont l'outro « Wrapped in Plastic » en est l'écho. Une touche plus classique, inspirée par Erik Satie, épurée, addictive mais au bon relent psychotique – que l'on retrouve également sur certains titres. « Psychotique », ce mot pourrait d'ailleurs résumer Satanic Art à lui-seul. Vous avez toujours le sentiment d'être sur le fil que ce soit par le jeu des musiciens (lignes de violon dissonants, mélodies au piano qui semblent se désarticuler au fil des minutes, riffs épileptiques) ou les nombreuses cassures de rythme vous prenant au dépourvu. Ce glissement vers « autre chose » est accentué par la voix habitée et souvent inhumaine d'Aldrahn (« Symptom » notamment), les samples dérangeants ainsi que les atmosphères grandiloquentes tout droit sorties d'un esprit dérangé. Des sophistications qui sèment davantage le trouble mais qui apportent aussi plus de corps à l'ensemble, offrant un beau contraste avec les passages pilonnant à tout va comme sur « Traces of Reality » et la piste plus traditionnelle qu'est « The Paramount Empire ». C'est un chaos flamboyant et démentiel dans lequel Dødheimsgard vous convie durant ces 16 petites minutes.

Certes, c'est court – la réédition vous permet néanmoins de prolonger quelque peu votre immersion avec deux morceaux bonus (le premier est une version alternative de « Symptom », présente dans la compilation The Rape Of The Holy Trinity), le second « Black Treasure » est un inédit enregistré dans les années 90. Certaines compositions sont moins marquantes (je pense ici à la dernière citée plus haut) mais bien loin d'être mauvaises et le son est assez raw. Mais c'est justement cette crasse couplée aux éléments plus modernes, aux différents effets et aux instruments classiques qui font le charme de cette œuvre. Plus le line up fantastique (avec Vicotnik, Galder ou encore Apollyon), plus ce mur du son austère à souhait, plus ses ambiances totalement folles. Oui, cette chronique est dithyrambique mais je considère ce court format comme culte.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
11/06/2019 07:51
note: 3.5/5
Le seul qui fasse pschit.
Kedran citer
Kedran
10/06/2019 23:49
Le meilleur de DHG entre DØDHEIMSGARD et DHG. C'est dire !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dødheimsgard (DHG)
Black Metal avant-gardiste
2018 - Peaceville Records
1998 - Moonfog Productions
notes
Chroniqueur : 5/5
Lecteurs : (5)  4.5/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dødheimsgard (DHG)
Dødheimsgard (DHG)
Black Metal Industriel / Progressif - 1994 - Norvège
  

formats
  • CD / 1998 - Moonfog Productions
  • CD, Vinyl / 2018 - Peaceville Records

tracklist
01.   Oneiroscope
02.   Traces of Reality
03.   Symptom
04.   The Paramount Empire
05.   Wrapped in Plastic

06.   Black Treasure
07.   Symptom (alternate version)

Durée : 16 minutes

line up
voir aussi
Dødheimsgard (DHG)
Dødheimsgard (DHG)
A Umbra Omega

2015 - Peaceville Records
  
Dødheimsgard (DHG)
Dødheimsgard (DHG)
666 International

1999 - Moonfog Productions
  
Dødheimsgard (DHG)
Dødheimsgard (DHG)
Kronet til Konge (Rééd.)

2015 - Peaceville Records
  
Dødheimsgard (DHG)
Dødheimsgard (DHG)
Supervillain Outcast

2007 - Moonfog Productions
  

Essayez aussi
Grand Alchemist
Grand Alchemist
Intervening Coma-Celebration

2002 - Sound Riot Records
  
Ephel Duath
Ephel Duath
Rephormula

2001 - Elitist Records
  
Slagmaur
Slagmaur
Thill Smitts Terror

2017 - Osmose Productions
  
Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Death's Design

2001 - Avantgarde Music
  
Urarv
Urarv
Aurum

2017 - Svart Records
  

Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast