chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
93 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Smoulder - Times of Obscene Evil and Wild Daring

Chronique

Smoulder Times of Obscene Evil and Wild Daring
Pour une superbe pochette, c’est une superbe pochette. Les teintes magnifiques, cette épée qui fend la nuit pour en révéler les étoiles, cette guerrière intrépide sur son destrier… Dans la plus pure tradition du heavy des années 80’. Et ça tombe bien, puisque Smoulder a fait appel à Michael Whelan pour réaliser cette merveille, soit l’artiste derrière les pochettes de Cirith Ungol (et aussi d’autres groupes de référence), également illustrateur reconnu du fameux Cycle d’Elric. On ne pouvait rêver mieux, vraiment.

La première démo de Smoulder ne m’avait pas entièrement convaincue. On sentait un gros potentiel, mais un manque d’impact global ; une petite carence d’intensité, et surtout une faiblesse sur les soli. Eh bien tout ça, c’est du passé (phrase qui résume très bien le groupe d’ailleurs). Parce qu’en ce beau mois d’Avril, Smoulder sort son premier album. 36 minutes de heavy/doom épique, à mi-chemin entre Cirith Ungol et Solstice avec l’ombre de Manilla Road qui plane au-dessus du lot. Autant dire que niveau référence de qualité, on ne fait pas mieux. Sur Times of Obscene Evil and Wild Daring, Smoulder sort son épée resplendissante pour s’en aller rappeler à tout le monde que le metal, avant de se paumer dans des considérations de production ou de carrière, c’est d’abord l’amour du riff et de l’authenticité.

Les canadien mélangent des riffs des trois influences citées ci-dessus, en condensant ses titres un peu comme Cirith Ungol sur One Foot in Hell, mais sans jamais perdre cet aspect cérémonieux et grandiose hérité de Solstice. De Mark Shelton, Smoulder a gardé un certain côté entraînant et accrocheur, l’aspect noble, épique classieux sans jamais forcer. Les six pistes de l’album respirent l’élégance, la distinction et le savoir-faire. Rien que l’opening « Ilian of Garathorm » mériterait de servir d’exemple à tous les doomeux du monde qui s’essayent à la composition. On respecte parfaitement les règles du genre ; construction sur trois ou quatre riffs très bien trouvés, chant déclamatoire, rythme lent et puissant, solo déchirant et atmosphère palpable de bout en bout. Et puisque du chant nous parlons, il faut signaler que c’est une demoiselle qui tient le micro, et qu’au même titre qu’une Annick Giroux, Sarah Ann s’impose sans problème comme la maîtresse de cérémonie incontestable ; la poétesse sublime qui raconte les sagas des temps anciens. Vraie puissance vocale, émotion à fleur de voix, chant toujours juste … Un vrai gros atout pour l’album.

Smoulder est doom, mais il est aussi heavy. Sur « Bastard Steel », les canadiens montent sur leurs grands chevaux et sortent les riffs plus agressifs, qui font bien penser à Manilla Road. Les guitares mènent la charge sur des mélodies simples, mais qui prennent toujours le temps de s’orner de petites fioritures plus ciselées pour sortir du lot et garder ce cachet classieux. On note un refrain vraiment prenant, toujours dans ce ton entre tragique et volonté de vaincre. Et puis alors quand la production porte à ce point les compositions du groupe, on va s’assoir dans un coin, on se passe le disque en boucle et on ne bouge plus. La basse doom comme on l’aime, les guitares qui sonnent délicieusement organiques en apportant un vrai dynamisme ... Le groupe a très bien choisi son son, esquivant de très loin la production lisse et vide sans tomber dans l’imitation bête et méchante du son pourri de Manilla Road (la plus grosse faiblesse de ce groupe de légende).

Alors ? Parfait ce premier Smoulder ? Eh ben pas loin. Le seul petit reproche que l’on peut faire, c’est cette longue piste finale. Les mélodies marquent moins, et surtout la piste traîne trop. Smoulder avait eut la bonne idée de ramasser ses pistes, ne dépassant que rarement les 5 minutes. Et franchement, c’est très bien comme ça. Les hymnes de 20 minutes à la Reverend Bizarre, ça n’est pas pour tout le monde. Smoulder a concentré ses forces sur des assauts courts, et c’est une excellente chose. Là, en revanche … Bon, « Black God’s Kiss » n’est pas mauvaise, mais tombe quand même un bon cran en-dessous des autres. Surtout quand on a mangé une merveille absolue comme « Voyage of the Sunchaser » quelques minutes avant. Quel chant, quels riffs, quelles émotions … Vraiment dommage d’amenuiser quelque peu l’impact du disque avec cette piste moins prenante. Mais enfin, je pardonne sans aucun soucis. Je ferme les yeux, je passe l’éponge, j’efface l’ardoise, et avec le sourire s’il vous plaît.

Smoulder a du style. Smoulder vient de sortir une vraie petite merveille. 36 minutes de pur bonheur qui hurlent leur amour de l’old-school à qui veut l’entendre. Ce genre d’album, on se l’écoute n’importe quand, et pas simplement parce qu’il est « agréable ». C’est une vraie capsule d’exultation musicale, efficace, prenante, profonde en atmosphère et en évocation. Times of Obscene Evil and Wild Daring, album doom de l’année jusqu’à présent, et peut-être bien plus encore.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

andreas_hansen citer
andreas_hansen
05/05/2019 21:52
note: 7/10
dantefever a écrit : andreas_hansen a écrit : Très franchement, j'ai peur de passer pour le rabat-joie de service...

Mais si j'ai bien aimé cet album, je lui ai rien trouvé d'exceptionnel. J'ai l'impression d'entendre un crossover entre Eternal Champion et Solitude Aeturnus. J'ai pas trouvé de pugnacité dans les riffs (d'ailleurs l'opening track c'est quasi un copier collé de I Am the Hammer de EC) et je trouve le disque un peu court.

Mais, ma foi, c'est bien fait! Donc ça reste quali. Et puis ce chant féminin, il est vraiment incroyable! C'est ce que j'ai préféré. La petite vibe à la Satan's Hallow, elle est parfaite!

Cruz Del Sur m'habitue à de la très haute quali, mais là... jreste un peu sur ma faim quoi :x


Je vois ce que tu veux dire pour le côté EC, après plagiat, c'est un peu dur je trouve ...


Ah non l'idée c'est pas de parler de plagiat. Clin d'oeil ça en serait si Smoulder n'avait pas une touche Doom assez unique, ils ont une vraie personalité! ça a beau me faire penser à EC, ils en reste au final sacrément détaché sur plein de plans, c'est pour ça que j'ai pas utilisé ce terme. Sourire
dantefever citer
dantefever
05/05/2019 17:48
note: 9/10
andreas_hansen a écrit : Très franchement, j'ai peur de passer pour le rabat-joie de service...

Mais si j'ai bien aimé cet album, je lui ai rien trouvé d'exceptionnel. J'ai l'impression d'entendre un crossover entre Eternal Champion et Solitude Aeturnus. J'ai pas trouvé de pugnacité dans les riffs (d'ailleurs l'opening track c'est quasi un copier collé de I Am the Hammer de EC) et je trouve le disque un peu court.

Mais, ma foi, c'est bien fait! Donc ça reste quali. Et puis ce chant féminin, il est vraiment incroyable! C'est ce que j'ai préféré. La petite vibe à la Satan's Hallow, elle est parfaite!

Cruz Del Sur m'habitue à de la très haute quali, mais là... jreste un peu sur ma faim quoi :x


Je vois ce que tu veux dire pour le côté EC, après plagiat, c'est un peu dur je trouve ...
andreas_hansen citer
andreas_hansen
05/05/2019 14:43
note: 7/10
Très franchement, j'ai peur de passer pour le rabat-joie de service...

Mais si j'ai bien aimé cet album, je lui ai rien trouvé d'exceptionnel. J'ai l'impression d'entendre un crossover entre Eternal Champion et Solitude Aeturnus. J'ai pas trouvé de pugnacité dans les riffs (d'ailleurs l'opening track c'est quasi un copier collé de I Am the Hammer de EC) et je trouve le disque un peu court.

Mais, ma foi, c'est bien fait! Donc ça reste quali. Et puis ce chant féminin, il est vraiment incroyable! C'est ce que j'ai préféré. La petite vibe à la Satan's Hallow, elle est parfaite!

Cruz Del Sur m'habitue à de la très haute quali, mais là... jreste un peu sur ma faim quoi :x
dantefever citer
dantefever
05/05/2019 12:32
note: 9/10
uruk a écrit : Merveilleuse découverte, entièrement grâce à chronique !

Très heureux d'avoir pu te faire découvrir ce disque ! Je ne m'en lasse pas
uruk citer
uruk
05/05/2019 15:02
Merveilleuse découverte, entièrement grâce à la chronique !
Bras Cassé citer
Bras Cassé
29/04/2019 17:36
Cet album me plait beaucoup, alors que je n’aime pas spécialement le Heavy.
Le groupe vient de Toronto, et la chanteuse, qui tient aussi la basse, s’appelle Sarah Kitteringham. Elle s’occupe des chroniques doom/black sur la chaine Banger Tv. Allez jeter un œil sur youtube, c’est pas mal.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
28/04/2019 12:35
Écouté hier soir, je pense que je vais bientôt faire une commande chez Cruz del Sur.
Honnêtement, j'avais un peu peur pour le chant féminin, mais ça le fait vraiment et c'est clair que les guitaristes savent concocter des mélodies bien épiques comme il faut.
Fabulon citer
Fabulon
27/04/2019 15:35
dantefever a écrit : Fabulon a écrit : Musicalement c'est imparable, rien à redire là dessus.
La voix c'est moins ça en ce qui me concerne, j'ai un peu du mal avec la chanteuse.


Ah moi j'adore. De base le chant féminin dans le doom, c'est oui pour moi, mais alors là ... Quelle classe !


Hehe oui je vois ce que tu veux dire.
En tous cas on peut s'accorder sur le fait que les gars savent te concocter du riff haut de gamme, lourd et entraînant.
dantefever citer
dantefever
27/04/2019 15:31
note: 9/10
Fabulon a écrit : Musicalement c'est imparable, rien à redire là dessus.
La voix c'est moins ça en ce qui me concerne, j'ai un peu du mal avec la chanteuse.


Ah moi j'adore. De base le chant féminin dans le doom, c'est oui pour moi, mais alors là ... Quelle classe !
Fabulon citer
Fabulon
27/04/2019 15:29
Musicalement c'est imparable, rien à redire là dessus.
La voix c'est moins ça en ce qui me concerne, j'ai un peu du mal avec la chanteuse.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Smoulder
Doom/Heavy
2019 - Cruz Del Sur Music
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (3)  8.17/10

plus d'infos sur
Smoulder
Smoulder
Doom/Heavy - 2013 - Canada
  

tracklist
01.   Ilian of Garathorm  (06:29)
02.   The Sword Woman  (05:28)
03.   Bastard Steel  (05:58)
04.   Voyage of the Sunchaser  (05:56)
05.   Shadowy Sisterhood  (04:25)
06.   Black God's Kiss  (09:05)

Durée : 37:21

parution
26 Avril 2019

Essayez aussi
Magic Circle
Magic Circle
Departed Souls

2019 - 20 Buck Spin Records
  
Paradise Lost
Paradise Lost
The Plague Within

2015 - Century Media Records
  
Cirith Ungol
Cirith Ungol
One Foot In Hell

1986 - Restless Records
  
Magic Circle
Magic Circle
Journey Blind

2015 - 20 Buck Spin Records
  
Pagan Altar
Pagan Altar
Lords of Hypocrisy

2004 - Oracle Records
  

Sabbath Assembly
A Letter of Red
Lire la chronique
Bleeding Utopia
Where The Light Comes To Die
Lire la chronique
Vananidr
Vananidr
Lire la chronique
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Ihlo
Union
Lire la chronique
Rammstein
Rammstein
Lire la chronique
Sigillum Diabolicum
Ordo Repugnant: Les maux du...
Lire la chronique
Deus Mortem
Kosmocide
Lire la chronique
Massacra
Final Holocaust
Lire la chronique
Helms Alee
Noctiluca
Lire la chronique
Mavorim
Der König Ist Tot (EP)
Lire la chronique
Helms Alee
Stillicide
Lire la chronique
Wolfkrieg
Wolvish Reign
Lire la chronique
Magic Circle
Departed Souls
Lire la chronique
Full Of Hell
Weeping Choir
Lire la chronique
Ataraxie + Dionysiaque + Mauvaise Foi
Lire le live report
Time Lurker / Cepheide
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Pissgrave
Posthumous Humiliation
Lire la chronique
Devin Townsend
Empath
Lire la chronique
Grimgotts
Dragons of the Ages
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
Elizium
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Accursed (EP)
Lire la chronique
Warkunt
Of Ruins And Agony
Lire la chronique
Vision-Conquest-Discipline European Conquest 2019
Doombringer + Mgla + Revenge
Lire le live report
Zaum
Divination
Lire la chronique
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Moloth
Reconquista
Lire la chronique
Soundgarden
King Animal
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
Coffin Rot
Coffin Rot (Démo)
Lire la chronique