chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
131 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Full Of Hell - Weeping Choir

Chronique

Full Of Hell Weeping Choir
Il est enfin arrivé. Le Fils Prodigue, la très, très attendue suite des aventures bruitistes de Full of Hell. Plus besoin de présenter la formation tant sa discographie a su mettre tout le monde d'accord en l'espace de quelques années. En plus de fédérer, le successeur du fort bon "Trumpeting Ecstasy" quitte la confidentialité toute relative de Profound Lore pour parader, fier comme un coq, sous l'égide de l'historique écurie Relapse. Pas besoin de s'appeler Elizabeth Tessier pour sentir les astres qui s'alignent tranquillement : absolument tout était réuni pour permettre à Full Of Hell de sortir son magnum opus. Un disque qui aurait la lourde tâche de faire la synthèse de la violence âpre des débuts (le phénoménal "Rudiments of Mutilation") et des errances Noise/Power Electronics qui prirent, au fil des années, une place de plus en plus importante sur disque comme sur scène - leurs collaborations avec Merzbow et le colossal "One Day..." avec The Body étant, pour moi, ce qu'ils ont fait de mieux dans le mélange des genres . Mission impossible ? Pas loin.

Mettons-nous au niveau de "Weeping Choir", faisons dans le concis, dans l'épaisseur du buvard : c'est raté. Mais contrairement au dernier rejeton de Pig Destroyer (sorti lui aussi chez Relapse, coïncidence ?), si cette dernière fournée est restée un peu trop longtemps au soleil, elle n'est pas totalement immangeable. Malheureusement, en essayant de contenter tout le monde, cette dernière livraison appauvrit tout ce qui plaçait Full Of Hell au dessus de la mêlée.

Et on ne va pas se mentir, si la galette est à date courte au lieu de finir au fond d'une poubelle, aspergée de javel, c'est uniquement grâce au talent des trois musiciens originels de la formation. Dylan, Spencer et Dave se sont quand même rappelés qu'ils étaient là pour être efficaces, comme au bon vieux temps. Donc, quand cette fière petite équipe ne se vautre pas dans la facilité, à tartiner 5 minutes de Noise putassière pour un disque qui en fait 25, elle sursaute et nous balance de petits instants de bravoure, qui nous feraient presque oublier notre amertume, celle d'avoir cru que cet album serait purement et simplement fulgurant. Dave Bland matraque toujours ses fûts avec férocité, tout en tension et en puissance. Spencer reste un petit vicieux, tant influencé par le Death bien acide que par le Black et la musique plus déconstruite. Enfin, Dylan reste le frontman qu'il a toujours été, toujours aussi terrifiant dans ses vocalises, constant dans l'hystérie, impressionnant, point à la ligne. Sans son intervention, certains titres, que l'on qualifiera pudiquement d'ambitieux, auraient juste été... Pénibles, pour rester poli. Les incursions Noise, certes, mais surtout le titre "Armory of Obsidian Glass", résumant à merveille le syndrome "Weeping Choir".

Depuis le temps que Full Of Hell s'échine à nous faire croire, à grands renfort de publicité et de plugs sur les réseaux sociaux, que Lingua Ignota est un projet exceptionnel, et pas du tout un rip-off chiant comme la mort de Diamanda Galás, assez logique que l'affaire se termine en featuring, annoncé en grandes pompes. Si j'ai un respect infini pour la démarche de Kristin Hayter, celle de la résilience au travers de l'art, je trouve cette collaboration à l'image de son travail en solo : complètement anecdotique. Malgré un final saisissant de beauté, où le chant féminin complète à merveille les assauts de Walker et ce riff qui oscille entre Black Metal et Screamo, les trois-quarts des quasi-sept minutes se traînent péniblement dans un espèce de Sludge apocalyptique qui sonne faux. A l'image de l'album : pour une minute de plaisir, il faut s'en fader trois de remplissage. "Angels Gather Here", l'une des deux interludes Noise de l'album, se traîne sans être intéressante, jusqu'à sa toute fin où, enfin, on relève la tête, parce que Dylan et Spencer ont eu la merveilleuse idée d'intégrer un sample de la B-O du film "Haute-Tension", morceau composé par François Eudes Chanfrault, que je trouve fantastique... Mais qui ne dure que quelques secondes. De la même manière, les compositions les plus frontales et appréciables, celles-là même qui essaient de relever un peu la sauce, sont cruellement courtes ("Haunted Arches", "Thundering Hammers"), quand elles ne se perdent pas dans des expérimentations qui n'apportent strictement rien : Que Diable fait ce saxophone sur "Ygramul the Many" ? D'une manière générale, "Weeping Choir" est incroyablement frustrant, puisqu'il démarre et termine très fort, quand le reste de la galette évolue péniblement en vitesse de croisière. Qu'elles me paraissent loin, les saillies Powerviolence qui donnaient envie de tout saccager. Tout aussi lointain, le temps où la Noise était au service de l'aura malsaine, dérangeante, des compositions. Oui, l'album a bénéficié des soins de Kurt Ballou, oui, ça sonne bien, oui, c'est professionnel... Mais, après avoir gratté le vernis, il ne reste pas grand chose à se mettre sous la dent.

J'en vois beaucoup, sur la toile comme dans la presse, parler de "Weeping Choir" comme du véritable album de la maturité pour Full Of Hell. Dans un sens, ça se tient... Surtout si l'on part du postulat qu'en vieillissant, on perd la fougue et la passion inhérentes à la jeunesse pour devenir austère et chiant comme un adulte. Et c'est ce ressenti qui m'accompagne à chaque écoute de ce dernier album. Moi qui avait une affection sans bornes pour ce que Full Of Hell représentait, j'assiste, impuissant, à leur professionnalisation, et donc, à la progressive mise à mort de tout ce que j'appréciais chez eux. Tant mieux pour le groupe, je ne peux que leur souhaiter le meilleur pour la suite : après tout, ils ont cravaché pour en arriver là. Cette signature chez Relapse, ils la méritent, tout comme leur audience. Malheureusement pour moi, ce Full Of Hell nouvelle mouture ne me séduit plus. Sa durée, son apparente propreté, son manque de hargne, me frustrent au plus haut point. Quel dommage.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

FullSail citer
FullSail
27/05/2019 09:43
note: 6.5/10
Merci pour le tuyau Ground, c'est effectivement une grosse grosse tuerie.
Sagamore citer
Sagamore
24/05/2019 09:05
note: 5/10
Krokodil a écrit : Putain mais on est tellement d'accord... si ce n'est sur l'apparition dudit saxophone John Zornien (rappelle toi y'en avait aussi sur celui avec Merzbow (sur je ne sais plus quel titre))... Honnêtement je pense pas m'acharner davantage sur son cas... (d'ailleurs en powerviolence jouissive, le dernier Ground fait tellement bien le taf que finalement je me dis que FoH n'ont qu'à continuer à faire mumuse avec leurs jolies blouses blanches)

Oh oui, je me souviens bien ! Sur la collab' avec Merzbow, ça ne me choquait pas tant que ça, disons que c'était "dans le jus" de l'album entier. Là, on dirait vraiment que c'est la caution "expérimentale" du disque... Et je ne connais pas Ground, je vais aller découvrir ça de suite !
Krokodil citer
Krokodil
23/05/2019 15:27
note: 5/10
Putain mais on est tellement d'accord... si ce n'est sur l'apparition dudit saxophone John Zornien (rappelle toi y'en avait aussi sur celui avec Merzbow (sur je ne sais plus quel titre))... Honnêtement je pense pas m'acharner davantage sur son cas... (d'ailleurs en powerviolence jouissive, le dernier Ground fait tellement bien le taf que finalement je me dis que FoH n'ont qu'à continuer à faire mumuse avec leurs jolies blouses blanches)
FullSail citer
FullSail
23/05/2019 09:36
note: 6.5/10
Pas aussi déçu que toi, le côté propret moi j'aime bien, c'est pas nouveau... Mais c'est vrai que ça s'essouffle vite, passé la joie d'avoir un nouvel album. Heureusement que Dylan est là pour porter le tout.
Sagamore citer
Sagamore
21/05/2019 12:14
note: 5/10
Ben, l'album ne m'apparaît pas comme ronflant ou péteux. Juste chiant comme la pluie la plupart du temps.
gulo gulo citer
gulo gulo
21/05/2019 11:56
Eux ne viennent pas de chez A389, mais semblent (personnellement, ils ne m'ont jamais extasié) suivre la même voie que, également passés chez Relapse comme des champions de l'underground jugés dignes d'intégrer la supposée première division, Ilsa et Seven Sisters of Sleep.

A savoir le gros pet bourgeois.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Full Of Hell
Grindcore/Noise
2019 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs : (4)  6.25/10
Webzines : (3)  7.57/10

plus d'infos sur
Full Of Hell
Full Of Hell
Grindcore/Noise - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Burning Myrrh  (02:12)
02.   Haunted Arches  (01:07)
03.   Thundering Hammers  (01:54)
04.   Rainbow Coil  (03:08)
05.   Aria of Jeweled Tears  (01:28)
06.   Downward  (01:35)
07.   Armory of Obsidian Glass  (06:55)
08.   Silmaril  (01:14)
09.   Angels Gather Here  (02:40)
10.   Ygramul the Many  (01:31)
11.   Cellar of Doors  (01:03)

Durée : 24:47

line up
parution
17 Mai 2019

voir aussi
Full Of Hell
Full Of Hell
Trumpeting Ecstasy

2017 - Profound Lore Records
  
Full Of Hell / The Body
Full Of Hell / The Body
Ascending a Mountain of Heavy Light (Coll.)

2017 - Thrill Jockey Records
  
The Body / Full Of Hell
The Body / Full Of Hell
One Day You Will Ache Like I Ache (Coll.)

2016 - Neurot Recordings
  
Full Of Hell / Merzbow
Full Of Hell / Merzbow
Full of Hell/Merzbow (Coll.)

2014 - Profound Lore Records
  

Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast