chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
195 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sigillum Diabolicum - Ordo Repugnant: Les maux du monde moderne

Chronique

Sigillum Diabolicum Ordo Repugnant: Les maux du monde moderne
SIGILLUM DIABOLICUM a du talent pour souiller la beauté. Et j’aime qu’on souille la beauté. Mais pour souiller la beauté, il faut déjà la créer, et ensuite... la souiller. Nos Français sont véritablement des maîtres pour y parvenir. Et de plus en plus. C’était déjà flagrant sur l’album des débuts en 2010 : Chroniques de l’infamie, ça avait été l’explosion sur la suite sortie en 2014 : Monothéisme : Le grand culte mortifère.

Et bien ce troisième album, après 5 ans d’absence, met la barre encore un peu plus haut. Ses compositions respectent donc la loi édictée plus haut, avec une base black mélodique. Oh oui, les riffs sont entrainants et les ambiances envolées. Mais par-dessus, les musiciens peignent du noir. Des effets de larsen, des instruments qui arrivent selon les passages à hurler ou à balbutier, des vocaux râpeux et agressifs… Ils souillent la beauté qu’ils ont constuite, et c’est magnifique. Aussi fort et poétique qu’un visage angélique barbouillé de foutre.

Chaque piste respecte cet équilibre d’un naturel évident. Sûrement parce que l’influence majeure est la vie qui nous entoure, que nous menons. La beauté ambiante constamment salie, puante et malsaine. Les noms de l'album et des morceaux donnent d’ailleurs des indices sur l’état de pensée : « Bleu ! Blanc ! Rance ! » avec en plein milieu un rototo de circonstance, « Vers et pour l’unique : Chemin de la crasse », « Agonie du rédempteur : Sur l’autel de mammon »… Des titres en français, comme les vocaux. Et si on les aurait aimés encore plus audibles, on saisit certaines parties et l’on vient vite à les crier intérieurement au fil des écoutes.

Pendant 40 minutes nous prenons de plein fouet ces excellentes mélodies et ces terrifiantes désillusions. C’est comme si CELESTIA et ses côtés clairs avait forniqué avec THE ARRIVAL OF SATAN et ses ambiances déglinguées. Pourtant SIGILLUM DIABOLICUM n’est ni l’un ni l’autre. Il est dérangé à sa manière. Personnel et singulier. Chaque élément étant important dans l’ensemble du résultat.

Les vocaux surtout sont parfaits. Ils tentent des effets et les réussissent, comme les cris sur la dernière piste, comme les alternances de timbre rauque et de voix possédée qui donnent les frissons. Comme les superpositions de voix, ou encore comme le petit écho qui accompagne certaines fins de syllabes.

J’ai lu que certains n’avaient pas apprécié. Il faudrait qu’ils retentent, et s’ils ne tombent pas sous le charme c’est qu’ils ne sont pas sensibles à cette recette. Tant pis, je vais de mon côté prendre du rab !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Hoover citer
Hoover
12/09/2022 20:37
L'intro parlera à ceux qui ont vu le malaisant "Seul contre tous" de Gaspar Noé.
dolmorgoth citer
dolmorgoth
27/05/2019 14:58
note: 9/10
Superbe album, je l'ai adoré dès la 1ère écoute !!!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sigillum Diabolicum
Black Metal
2019 - Hass Weg Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sigillum Diabolicum
Sigillum Diabolicum
Black Metal - 2002 - France
  

tracklist
01.   Introduction
02.   Dialectique Sigilienne: L'homme et l'esclave contre le maître
03.   Terpnos Logos
04.   Bleu! Blanc! Rance!
05.   Novus Ordo Seclorum
06.   Vers et pour l'unique: Chemin de la crasse
07.   Agonie du rédempteur: Sur l'autel de mammon

Durée : 40:07

parution
28 Janvier 2019

voir aussi
Sigillum Diabolicum
Sigillum Diabolicum
Monothéisme : Le Grand Culte Mortifère

2014 - Hass Weg Productions
  
Sigillum Diabolicum
Sigillum Diabolicum
Chroniques de l'infamie

2010 - Thor's Hammer Productions
  

Essayez aussi
Craft
Craft
Void

2011 - Carnal Records
  
S.V.E.S.T.
S.V.E.S.T.
Veritas Diaboli Manet In Aeternum (EP)
(Le Diable Est Ma Raison)

2008 - End All Life Productions
  
Autarcie
Autarcie
Epoque Révolue

2012 - Dernier Bastion
  
Ringarë
Ringarë
Under Pale Moon

2019 - Iron Bonehead Productions
  
Antimateria
Antimateria
Valo Aikojen Takaa

2016 - Purity Through Fire
  

Wayward Dawn
All-Consuming Void
Lire la chronique
Bloodbath
Survival of the Sickest
Lire la chronique
Allocer Wolfe
A Man Made for Nowhere
Lire la chronique
Horror Within
Awaiting Extinction (EP)
Lire la chronique
Karmic Void
Armageddon Sun (Démo)
Lire la chronique
Wyrms
Sarkhral Lumænor - La lueur...
Lire la chronique
Kommand
The Demos (Compil.)
Lire la chronique
Phobophilic
Enveloping Absurdity
Lire la chronique
Miasmes
Vermines (EP)
Lire la chronique
Undr
Undr (EP)
Lire la chronique
Bones
Sombre Opulence
Lire la chronique
Mystic Circle
Mystic Circle
Lire la chronique
Cathartic
Through The Abysmal Gates O...
Lire la chronique
Broyeur d'Enfance
Suicide social
Lire la chronique
Trucido
A Collection Of Self​-​Dest...
Lire la chronique
Mineral Reflectance
Des chemins de vie
Lire la chronique
Proudhon
Social Tympanum
Lire la chronique
Prieuré
Nos prières (EP)
Lire la chronique
Egggore / Pharmacist
Paranoid Personality Disord...
Lire la chronique
Nuit Macabre
Chapitre III - Odeur de mort
Lire la chronique
Plague Patrol
Demo 2021 (Démo)
Lire la chronique
Sale Freux
Le corbeau clandestin
Lire la chronique
Innumerable Forms
Punishment In Flesh
Lire la chronique
Heresie
Poésie Noire (EP)
Lire la chronique
Hyperdontia / Septage
Hyperdontia / Septage (Spli...
Lire la chronique
European Tour MMXXII
Faceless Burial + Innumerab...
Lire le live report
Ritualization
Hema Ignis Necros (EP)
Lire la chronique
Herbstlethargie
Melancholie im Blattfall
Lire la chronique
Chat Pile
God's Country
Lire la chronique
Lacrima Mortis
Posthumous
Lire la chronique