chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Swarm - Division & Disharmony

Chronique

Swarm Division & Disharmony
Cela fait plusieurs mois, voire presque deux ans, que je voulais vous parler d'un coup de cœur, devenu groupe de potes, que mes amis et moi apprécions voir en live, pour la musique, oui, mais aussi pour papoter.
Je parle ici de ce fameux groupe rencontré avec mon meilleur ami lors d'un tremplin, où nous étions que les deux seuls clampins dans la fosse. Ce groupe qui était présent pour l'initiation de mon petit frère aux concerts Metal.
Ouais, Swarm, c'est mine de rien beaucoup d'instants de vie...

Mais c'est surtout un groupe qui l'affirme : Sick of Djent, let's Groove !

Formé en 2013, les antibois ont commencé en plein dans la mouvance Djent. Leur pari était risqué : faire du Groove à l'ancienne, en apportant une touche actuelle. En 2017 paraît leur premier skeud, Division & Disharmony, et autant être franc, c'est un disque qui a subi bien des épreuves.
Si la plupart avaient bien dépasse la vingtaine à l'époque de l'enregistrement de l'album, c'est par la sueur, le sang (et leurs moyens) qu'ils ont progressé. Ils avaient collaboré avec un studio qui avait fait n'importe quoi... C'est-à-dire perdre des heures de travail, quitte à renvoyer des fichiers corrompus ou des titres dans un stade non-finalisé ! C'est donc avec cet embryon mal en point qu'ils ont dépêché un autre studio qui avait la lourde tâche de rétablir les pièces détachées qu'il avait.

Division & Disharmony, the groove that should not be ? Non, il est là, et ils ont bien fait de persévérer ! Alors on va tout de suite éliminer les défauts qui sont inhérents à une production compliquée : le son peut parfois sembler plat, il peut y avoir des morceaux en dessous dans le traitement (forcément, si les pistes ont dû être remontées de bric et de broc...). Par ailleurs, on notera le défaut propre à toute première production indépendante : le style n'est pas encore bien défini, et certains morceaux ont du mal à coller avec le reste. J'ai toujours un petit coup de mou lorsque j'arrive sur « Bloodcore », un peu longuet, ou « Another Moment to Die » qui, arrivant vers la fin, me lasse et du coup je décroche. Je pense aussi au morceau instrumental, assez long et difficile à appréhender, là où le reste est d'une efficacité fulgurante.

Car, oui, l'album reste redoutable comme je l'attends dans le Groove. Que ce soit les lignes mélodiques qui ajoutent des éléments sensibles après des riffs en béton armé (« Rest of My Dust », putain!), des passages rythmiques qui te donnent juste envie de tout défoncer (« It Never Happened », « No Man's Land », « No Gods No Guns »), Swarm a des palettes de coups pour t'en mettre plein la tronche. Cette diversité de mandales étant permise par la complémentarité des membres du groupes : entre un gratteux purement inspiré groove à la Sepultura, un autre plus orienté Hardcore, en résulte un son généreux, rempli de supers idées. T'auras tous ces mélanges dans « Written in Blood » ou « The New Order »... Et même plus avec un « Headtrip » très sensuel : de quoi se rapprocher avant de jouer des coudes !

Bien sûr, l'album laisse un goût de « on en veut plus », on ne se sent pas rassasié. Mais cet album était une première plate-forme, un tremplin (et pas que pour deux gusses) vers d'autres rencontres, d'autres tournées et, surtout, des expériences avec un autre line-up, solide, qui a encore plus la rage de se défoncer sur scène. Car le live devient leur terrain de jeu. Au fil des dates, Swarm gagne en attitude, le style s'affine. Division & Disharmony est un premier jet ; la suite, elle, ne sera pas là pour déconner.

Marquez votre calendrier, car Swarm vous donne rendez-vous à la fin de l'année pour leur second longue-durée. Je l'ai déjà écouté, et je peux vous le garantir : vous n'êtes pas prêts.
Alors chopez Swarm en live, et, surtout, échauffez-vous bien !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Swarm
Thrash Groovy as f*ck
2017 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7.75/10

plus d'infos sur
Swarm
Swarm
Thrash Groovy as f*ck - 2013 - France
  

tracklist
01.   It Never Happened  (06:18)
02.   The New Order  (04:06)
03.   Written in Blood  (04:03)
04.   No Gods // No Guns  (02:36)
05.   Rest of my Dust  (04:47)
06.   Bloodcode  (05:17)
07.   No Man's Land  (05:26)
08.   HeadTrip  (03:30)
09.   Another Moment To Die  (04:44)
10.   C23 H27 Cl2 N3 02  (09:45)

Durée : 50:32

line up
Essayez aussi
Overkill
Overkill
I Hear Black

1993 - Atlantic Records
  
Yugal
Yugal
Enter The Madness (EP)

2014 - Autoproduction
  

Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique