chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
139 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gohrgone - In Oculis

Chronique

Gohrgone In Oculis
Après les très bons retours de « Finis Ixion » l’heure de la confirmation est venue pour le combo parisien qui continue d’explorer les mythes et légendes de l’époque gréco-romaine avec sérieux et application. Cette fois-ci c’est l’épopée de Persée et de la gorgone du nom de Medusa qui sont mises à l’honneur, et si sur le papier le projet a franchement de l’allure il reste l’étape de l’enregistrement qui est la plus difficile, et peut infirmer ou confirmer ce point de vue. A la force du poignet le quintet a pris du galon au sein de la scène Metal nationale même s’il demeure encore méconnu, pourtant il ne s’est pas ménagé avec de nombreux concerts et une communauté fidèle à la fois sur les réseaux sociaux et pour les encourager sur scène. Mais alors qu’il n’allait plus tarder à entrer studio le sort s’est mis à le frapper avec l’annonce du départ de son guitariste Benjamin Accard pour raisons professionnelles, et dont le décès inattendu quelques jours plus tard a créé une onde de choc en son sein comme chez ses fans. Loin de se laisser abattre le groupe armé d’une expérience et d’un vécu musical supplémentaire a repris les éléments qui ont fait le succès de son précédent opus, tout en les améliorant et en densifiant l’ensemble de façon plus importante, pour un résultat implacable et de haute volée.

En effet si on reconnaît sans peine son style si spécifique il a réussi à le pousser plus loin encore, où sous une simplicité apparente il balance un rouleau-compresseur à cheval entre AMON AMARTH et BOLT THROWER. Car après une courte introduction « The Chosen One » va prouver qu’il est motivé comme jamais, tant il va montrer toute sa palette de jeu entre rythmiques écrasantes et parties rapides enlevées et entraînantes, le tout porté par un son de basse massif qui accentue encore la sensation d’étouffement. A la fois dense et équilibré ce premier morceau donne le ton pour une suite qui s’annonce prometteuse, et effectivement cela va être le cas tant « Insanus Creatura » qui suit juste après reprend les éléments entendus auparavant, tout en jouant encore plus la carte de la variété. Débutant et se clôturant par des parties très lourdes la suite va miser plus sur la vitesse et les blasts, tout en faisant les montagnes russes afin de ne pas lasser, et en y intégrant un léger côté épique qui donne envie de taper du pied. Mais cet enthousiasme généralisé va légèrement retomber à cause de « Weak Ones Deceived » un peu trop long (et à la partie centrale douce un peu inutile) et du court instrumental « In Oculis » au riffing plus sombre et angoissant, qui sont à la fois en roue-libre et n’amènent pas grand-chose au disque… si ce n’est servir de rampe de lancement à la seconde partie.

Ce petit moment de flottement est déjà oublié quand démarre le redoutable « The Executioner Of Medusa » qui va être carrément la composition la plus radicale et énervée, tant ça va tabasser et jouer sur la vitesse quasiment en continu (seule une partie centrale aux influences tribales lourdes permet de calmer les esprits), permettant ainsi d’être d’une pêche sans égal, et dans la lignée de ce qui a été proposé jusque-là. Et même si les mecs ne s’éternisent pas en longueur dans leur écriture ils restent cohérents et inspirés, cela est également vrai quand ils étirent un peu plus leurs créations, comme avec l’excellent « Deprivation Of Self » qui n’hésite pas à intégrer des parties glaciales et à alourdir son propos. Parfaites pour headbanguer et briser des nuques ces dernières se mélangent parfaitement quand le tempo se lâche, les musiciens continuant ici de maîtriser leur sujet sans prendre de risques mais toujours avec efficacité, sans ennui ni redondance. D’ailleurs si l’on retrouve ce côté massif sur le très réussi « The Prophecy » (qui privilégie la lenteur à l’explosivité via un groove et un entrain communicatif), l’expéditif « Opportunity King » va trouver le moyen lui-aussi de posséder une assise imparable où l’alternance rythmique est de mise malgré une durée très courte (trois minutes à peine), qui est néanmoins parfaitement adaptée.

Une fois l’outro symphonique « Head On The Aegis » terminée on ne peut que s’incliner devant cette démonstration de force habile, qui confirme qu’il n’y a pas besoin de faire une musique tentaculaire et ultra-technique pour être punchy et accrocheur. D’une grande sobriété la bande réalise une œuvre qui n’est pas d’une violence folle, mais qui possède suffisamment d’arguments pour n’en être pas moins réussie. Entre un batteur précis et sobre, une paire de guitaristes qui n’en fait jamais trop et un chanteur qui a encore gagné en qualité en jouant plus sur les tessitures entre growls caverneux et cris déchirants, chacun des membres s’est du coup mis au diapason et au sens du collectif, un exemple dont beaucoup devraient s’inspirer. Si on attendait beaucoup des titis parisiens ceux-ci confirment tout leur potentiel et trouvent avec ce troisième album le moyen de dépasser leur pourtant très bon précédent long-format, afin de sortir leur meilleure réalisation à ce jour. Dense, homogène et sans faiblesses majeures elle s’avère être à l’heure actuelle un des meilleurs disques de Death Metal français sorti cette année, qui a tout pour faire sortir ses géniteurs de l’anonymat relatif dans lequel ils évoluent. Cela ne serait que justice pour eux et surtout totalement mérité, confirmant par la même occasion si l’on en doutait encore que le genre aujourd’hui ne s’est jamais aussi bien porté dans notre beau pays, où la concurrence est de plus en plus féroce et qualitative.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gohrgone
Death Metal
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gohrgone
Gohrgone
Death Metal - 2012 - France
  

tracklist
01.   Acrisios Banished
02.   The Chosen One
03.   Insanus Creatura
04.   Weak Ones Deceived
05.   In Oculis
06.   The Executioner Of Medusa
07.   Deprivation Of Self
08.   Opportunity King
09.   The Prophecy
10.   Head On The Aegis

Durée : 36 minutes

parution
19 Mai 2019

voir aussi
Gohrgone
Gohrgone
Finis Ixion

2016 - Great Dane Records
  

Essayez aussi
Sinister
Sinister
The Silent Howling

2008 - Massacre Records
  
Gods Forsaken
Gods Forsaken
Smells Of Death

2019 - Soulseller Records
  
Bölzer
Bölzer
Soma (EP)

2014 - Invictus Productions
  
Undeath
Undeath
Sentient Autolysis (Démo)

2019 - Caligari Records
  
Ritual Chamber
Ritual Chamber
The Pits of Tentacled Screams (Démo)

2015 - Hellthrasher Productions
  

Convocation
Ashes Coalesce
Lire la chronique
Earth Drive
Helix Nebula
Lire la chronique
Neitian
I Skuggornas Mörker
Lire la chronique
Deadfuck
#Humanité
Lire la chronique
Live Suffer Die
A Voice from Beyond Death
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Piles Of Festering Decompos...
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique