chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
126 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nucleus - Entity

Chronique

Nucleus Entity
Malgré mon enthousiasme pour Nucleus suite à la sortie de son premier album il y a déjà trois ans, j’ai pourtant choisi (sans pouvoir me l’expliquer) de faire l’impasse sur leur split en compagnie de Macabra paru en 2017. Pourtant, celui-ci avait tout pour attiser ma curiosité :
- Trois nouveaux morceaux de Nucleus.
- Un artwork toujours aussi sympathique signé Dan Seagrave
- La possibilité de découvrir Macabra, duo dans lequel on retrouve notamment un certain Mark Riddick derrière chaque instrument.
Du coup, s’il est fort probable que je rattrape mon retard sur le sujet dans les mois à venir, on va aujourd’hui sauter une étape pour s’intéresser à quelque chose de beaucoup plus récent, le deuxième album de Nucleus intitulé Entity paru il y a quelques jours de cela.

Sorti chez Unspeakable Axe Records, ce nouvel album est illustré cette fois-ci par le talentueux Adam Burke (Nightjar Illustrations). Un travail particulièrement réussi qui, à la manière de ce qu’il a pu faire pour Vektor, ne laisse aucun doute quant aux thèmes abordés ici par le groupe de Chicago. Oui, ça va encore parler de Science-Fiction. Côté production, Nucleus a une fois encore fait confiance aux services de Dan Klein (aka D.F.K.) pour un résultat assez proche de ce qui avait été fait pour Sentient, soit un mélange de sonorités synthétiques et mécaniques afin de nourrir au mieux cette atmosphère spatiale.

S’il semble ainsi vouloir marcher dans les pas de son prédécesseur, il n’en reste pas moins que ce Entity se fait à mon sens bien moins immédiat. Pourtant, rien n’a vraiment changé du côté de Nucleus puisque l’on retrouve cette même dynamique d’ensemble avec des titres menés non pas le couteau entre les dents mais à une cadence tout à fait honorable pour un album qui, une fois encore, ne dépasse pas les quarante minutes. De même, il ne fait aucun doute qu’en termes de riffing, les Américains puisent toujours l’essentiel de leur inspiration du côté de groupes comme Immolation, Timeghoul et Demilich. On trouve en effet chez Nucleus ce même intérêt pour les enchevêtrements de riffs tarabiscotés et dissonants qui sont depuis le début des années 90 la marque de fabriques de ces deux formations que l’on ne présente plus.
Pourtant, il m’a fallu je ne sais pas combien d’écoutes pour tomber sous le charme de ce nouvel album. Un constat qui n’a rien à voir avec mes attentes vis-à-vis de Nucleus mais plutôt avec le fait que tout y est moins évident et moins préhensible, en tout cas de prime abord. Car là où Sentient s’appréciait sans grands efforts, il a effectivement fallu s’armer de patience pour que commence à poindre, en tout cas chez moi, les mêmes sensations qu’il y a trois ans. Encore une fois, rien n’a fondamentalement changé dans le camp des Américains, c’est juste que les riffs imaginés par Dan Ozcanli et Dave Muntean me semblent beaucoup plus tourmentés qu’auparavant, tournoyant et progressant sans cesse, avec en prime un groove moins évident, plus pernicieux. Ce constat va d’ailleurs bien au-delà de ces riffs puisque même les structures sur lesquels ils reposent se font désormais bien plus complexes qu’autrefois. Les patterns changent, évoluent, mutent sans que l’on sache à quoi s’attendre. Et même après un nombre incalculable d’écoutes, il m’est toujours aussi difficile de retenir un morceau. Pourtant, aussi hermétique puisse-t-il paraître, ce nouvel album exerce chez moi un terrible pouvoir d’attraction.

Car outre cet artwork qui continue de me fasciner à chaque regard que je lui pose, il y a tout de même dans les compositions de Nucleus quelque chose de terriblement attirant. Entre ce growl menaçant et particulièrement profond, ces voix mélodiques qui ne sont pas sans faire écho au Loudblast de Sublime Dementia ("Mobilization" et "Timechasm"), cette basse absolument délicieuse et tout en rondeurs (qui me rappelle d’ailleurs beaucoup celle du dernier Horrendous), ces riffs et autres structures imprévisibles pour ne pas dire hallucinés, ces accélérations Death/Thrash beaucoup plus classiques mais redoutables d’efficacité, ces ralentissements au groove plus subtil et cette production jouant volontairement la carte de sonorités et synthétiques et mécaniques, le voyage n’est clairement pas de tout repos mais promet en tout cas d’être pour le moins dépaysant. A noter également que Nucleus se paye le luxe d’un morceau instrumental de haute volée, l’excellent "Approach" qui à bien des égards, me fait encore une fois de plus pas mal penser à leurs copains d’Horrendous.

Vous l’aurez compris, Entity n’est clairement pas un album aussi facile d’accès que l’était à l’époque son prédécesseur. Plus abouti et réfléchi, il est le disque d’un groupe qui ne cherche pas spécialement à séduire mais plutôt à parfaire son art quitte à laisser quelques auditeurs sur le bas-côté faute de quoi s’y accrocher immédiatement. Car pondre à notre époque un disque exigeant nécessitant plusieurs écoutes pour être apprivoisé c’est prendre en quelque sorte de gros risques dont notamment celui de passer à la trappe au profit d’albums plus immédiats. En tout cas une chose est sure, l’amateur de Death Metal technique et old school devrait pouvoir trouver chez Nucleus de quoi satisfaire son goût pour les riffs et autres structures tarabiscotés tout ça sur des paroles largement inspirées ici des écrits d’Isaac Asimov, Arthur Clarke et Frank Herbert. Bref, du pain béni pour tous les petits geek du Death Metal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
27/06/2019 16:53
De même, beaucoup de mal à accrocher à la bête… Je ne connais que très peu les différentes références citées mais dans ce que j’ai déjà écouté, ça me fait beaucoup penser à Chthe’ilist et il faut bien avouer que le groupe de Mr Tougas m’emballe un peu plus. Peut-être simplement les magnifiques solo qui ajoute la touche de luminosité et de mélodie nécessaire ?
Très jolie pochette en tout cas !
von_yaourt citer
von_yaourt
25/06/2019 14:30
Un Immolation des débuts en plus aventureux, exactement ce dont j'avais besoin en ces temps de canicule.
MoM citer
MoM
25/06/2019 12:38
J'ai pas aimé non plus, il manquait des points d'accroche, et j'ai trouvé ça assez redondant...
Mais c'est loin d'être dégueu.
AxGxB citer
AxGxB
25/06/2019 10:51
note: 8/10
Oui, ça ne m'étonne pas que ça ne soit pas trop ta came. Le riffing, assez complexe et en tout cas peu intuitif, ne rend pas l'écoute aisé.
Keyser citer
Keyser
25/06/2019 10:44
J'aurais adoré aimer avec cette belle pochette mais j'ai trouvé ça assez chiant malgré les quelques relents de Demilich.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nucleus
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (3)  7.97/10

plus d'infos sur
Nucleus
Nucleus
Death Metal - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Arrival  (06:32)
02.   Entity  (04:30)
03.   Uplift  (05:09)
04.   Mobilization  (04:49)
05.   Approach  (03:30)
06.   Outpost  (03:51)
07.   Dominion  (05:40)
08.   Timechasm  (04:25)

Durée : 38:26

line up
parution
14 Juin 2019

voir aussi
Nucleus
Nucleus
Sentient

2016 - Unspeakable Axe Records
  

Essayez aussi
Purgatory
Purgatory
Ωmega Void Tribvnal

2016 - War Anthem Records
  
Behemoth
Behemoth
Satanica

1999 - Avantgarde Music
  
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Entwined In Sepulchral Darkness (Split 12")

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Retribution

1992 - R/C Records
  
Necrowretch
Necrowretch
Putrefactive Infestation (EP)

2011 - Detest Records
  

Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique