chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
169 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Darkthrone - Old Star

Chronique

Darkthrone Old Star
Qu’on apprécie ou non les récents albums de Darkthrone, il me semble en tout cas bien mal avisé de leur reprocher un quelconque manque d’intégrité. Car depuis 1987, le groupe norvégien a toujours eu à cœur de faire ce qu’il voulait, abandonnant ainsi le Death Metal de ses débuts pour initier avec d’autres cette seconde vague Black Metal dont l’influence continue de marquer la scène encore aujourd’hui. Alors on peut bien se marrer quand le duo décide de se la jouer Heavy Metal warriors à grand coup de "Fuck Off And Die", "The Church Of Real Metal" et autre "Hiking Metal Punks" mais en vrai, on ne peut que s’incliner devant une carrière aussi exemplaire.
Une carrière qui ne semble d’ailleurs pas prête de s’arrêter puisque Darkthrone continue d’enchaîner les disques à un rythme régulier. Aussi, trois ans après le très bon Arctic Thunder (faisant suite à The Underground Resistance paru en 2013), le groupe est aujourd’hui de retour avec son dix-huitième album intitulé Old Star. D’emblée, on tombera rapidement sous le charme de cet artwork vicieux et malsain signé des mains de Chadwick St. John (Arckanum, Grafvitnir, Horna...) et dont les enchevêtrements de corps déformés aux regards vides et inquiétants laissent planer une atmosphère pour le moins suffocante et chargée. Un ressenti bien vite confirmé par les premiers extraits dispensés par le groupe à quelques semaines de la sortie officielle de l’album chez Peaceville Records.

Sans grande surprise, Old Star s’inscrit dans la veine d’un proto-Black primitif aux racines Punk et Heavy Metal toujours aussi évidentes. Pour autant, ce nouvel album n’est ni une suite directe au très bon Arctic Thunder ni même une resucée de ce que le groupe a pu faire entre F.O.A.D. et The Underground Resistance. Car si la musique de Darkthrone conserve bien évidemment une ligne directrice plutôt évidente, ce nouvel album est surtout l’occasion pour le duo d’aller sur un terrain qu’il n’avait fait qu’effleurer jusque-là, celui d’un proto-Black (toujours) mélangeant cette fois-ci des sonorités Doom/Thrash à la manière de ce que l’on peut trouver chez les Américains de Dream Death (notamment sur Journey Into Mystery). Darkthrone laisse donc de côté les ambiances contemplatives de son prédécesseur (toundra/feu de camps/vue sur les pins) pour des atmosphères bien plus viciées et vicieuses, tout ça en continuant de rendre bien évidemment hommage aux Suisses de Celtic Frost.

Servi par une production aux aspérités faussement repoussantes (du grain et de la grésille), Old Star donne l’impression de baigner dans son jus depuis déjà belle lurette. Pouvait-il de toute façon en être autrement lorsque l’on sait dans quelle époque Fenriz et Nocturno Culto puisent l’essentielle de leur inspiration ? Toujours est-il que celle-ci va évidemment servir le propos de Darkthrone et de ses compositions nonchalantes dont certaines prennent désormais un malin plaisir à traîner la patte… Car si les retrouvailles débutent plutôt bon train avec un « I Muffle Your Inner Choir » dont la première partie s’emballe tranquillement sur un tempo Punk/Thrash entêtant, la seconde moitié est caractérisée par une baisse de régime significative qui va donner l’occasion de dodeliner de la tête comme des darons, le mentons relevé, le torse bombé et les bras croisés. Et c’est ainsi sur un train de sénateur que Darkthrone va mener l’essentiel de sa campagne 2019. Bien sûr, on trouve encore quelques passages plus rapides (la première moitié et les dernières secondes de "I Muffle Your Inner Choir", le premier tiers de "Duke Of Gloat" ainsi qu’à partir de 5:43, "The Key Is Inside The Wall" jouant avec aisance sur les deux tableaux) qui viendront naturellement contraster avec ces séquences plombées desquelles émanent un puissant sentiment de force, un Darkthrone particulièrement virile et conquérant ("I Muffle Your Inner Choir", "The Hardship Of The Scots", "Alp Man"...).
Composé à part égale par Nocturno Culto et Fenriz (trois titres chacun), on remarquera que les morceaux écrit par ce dernier ("The Hardship Of The Scots", "Alp Man" et "The Key Is Inside The Wall") sont peut-être parmi les plus intéressants de l’album avec notamment des variations reflétant plus largement les diverses influences du groupe ainsi que des changements de rythmes toujours très bien sentis qui feront immanquablement lever le poing avec fierté tout en hochant la tête en signe d’approbation consentie. Ceux composés par Nocturno Culto sont tout aussi bons et surtout tout à fait dans le ton mais en connaissance de cause, impossible de ne pas remarquer les quelques différences d’approche en terme de composition.

Sorti un petit peu à la surprise générale, sans annonce particulièrement alléchante de la part du duo (à l’inverse de son prédécesseur présenté comme un retour aux sources), ce nouvel album de Darkthrone ne risque pas vraiment de ramener les fans de la première heure dans le giron des Norvégiens. Car quelques soient vos attentes, le duo continue de tracer sa route comme bon lui semble, brouillant les pistes d’album en album tout en continuant pourtant à rendre hommage à ces groupes du passé à commencer par Celtic Frost dont on retrouve ici encore et toujours les mêmes riffs primitifs et entêtants et autres changements de rythmes à se casser la nuque. A la différence néanmoins de ses récents prédécesseurs, Old Star ne joue ni la carte d’un Black/Punk/Heavy Metal nihiliste ni celle d’un Proto-Black contemplatif tourné vers une certaine nature mais bien celle d’un Black Metal de la première heure à cheval entre ces deux approches avec, pour l’occasion, une Doom tout à fait évidente. Bref, tout ça pour dire que Darkthrone continue de singer avec talent mais dans des proportions différentes la musique de Tom G. Warrior et ses acolytes et que finalement vous ne devriez pas être particulièrement dépaysés ni même surpris par l’orientation prise ici par le duo norvégien.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

16 COMMENTAIRE(S)

ellestin citer
ellestin
14/08/2019 11:32
Agréable virage, un album qui va compter et rester
Veles Master citer
Veles Master
12/07/2019 19:12
note: 7/10
Bon album. Il m'a fallu plusieurs écoutes pour rentrer dedans. "Alp man" est grandiose.
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
03/07/2019 08:16
Trop mollasson, trop chiant... Pourtant j'ai essayé.
lkea citer
lkea
03/07/2019 06:46
note: 8.5/10
The Hardship Of The Scots.


C'est tout.
Keyser citer
Keyser
02/07/2019 20:54
note: 7/10
dantefever a écrit : gulo gulo a écrit : Keyser a écrit : trop mou/lent

Donc c'est spandex donc c'est heavy donc tu aimes. CQFD, de rien.


Magnifique


Oui bravo j'avais même pas fait gaffe haha ! *clap clap* !
Dantefever citer
Dantefever
02/07/2019 20:43
note: 9/10
gulo gulo a écrit : Keyser a écrit : trop mou/lent

Donc c'est spandex donc c'est heavy donc tu aimes. CQFD, de rien.


Magnifique
gulo gulo citer
gulo gulo
02/07/2019 19:09
note: 8.5/10
Keyser a écrit : trop mou/lent

Donc c'est spandex donc c'est heavy donc tu aimes. CQFD, de rien.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
02/07/2019 18:39
note: 8/10
Je valide totalement.
Keyser citer
Keyser
02/07/2019 16:04
note: 7/10
Je préfère "Underground Resistance" dans leur nouvelle période (plus speed !), là c'est un peu trop mou/lent pour moi mais l'album a quand même quelque chose d'hypnotique qui me plaît bien, à l'instar de cette pochette intrigante hyper cool. Très marqué par les différents travaux de Tom G. Warrior (de Hellhammer à Tryptikon), ça ne m'avait jamais autant sauté aux oreilles.
gulo gulo citer
gulo gulo
02/07/2019 12:01
note: 8.5/10
Fabulon a écrit : Ils redressent pas mal la barre après un Artic thunder que j'ai trouvé insipide.

Ah, je me sens moins seul.
A part "Boreal Fiends", franchement...
Dantefever citer
Dantefever
02/07/2019 10:53
note: 9/10
J'adore. C'est tout qu'est-ce que j'aime.
Fabulon citer
Fabulon
02/07/2019 10:36
note: 7.5/10
Ils redressent pas mal la barre après un Artic thunder que j'ai trouvé insipide.

Là c'est plus goûtu, c'est sur, l'album passe très bien, mais j'avoue que passé quelques écoutes plaisantes, pas eu trop envie d'y revenir.

Je préférais largement la période speed de Underground resistance.
tasserholf citer
tasserholf
02/07/2019 10:17
La vieillesse, ce naufrage.
AxGxB citer
AxGxB
02/07/2019 10:14
note: 8/10
Ah ? Tu me mets le doute. C'est possible en effet haha.
gulo gulo citer
gulo gulo
02/07/2019 10:13
note: 8.5/10
Il me semble quand même qu'ils avaient lâché le mot "doom" dans le seul communiqué qui avait été fait en avant de la sortie.
gulo gulo citer
gulo gulo
02/07/2019 10:10
note: 8.5/10
"baigner dans son jus depuis déjà belle lurette" : OUI.
Un album aux saveurs longuement macérées, gigot de douze heures, mélasse ou vieil alambic on ne sait trop.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkthrone
Black Metal
2019 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (13)  8.15/10
Webzines : (9)  7.94/10

plus d'infos sur
Darkthrone
Darkthrone
Black Metal - 1987 - Norvège
  

tracklist
01.   I Muffle Your Inner Choir  (06:26)
02.   The Hardship Of The Scots  (07:36)
03.   Old Star  (04:28)
04.   Alp Man  (05:27)
05.   Duke Of Gloat  (06:49)
06.   The Key Is Inside The Wall  (07:24)

Durée : 38:10

line up
parution
31 Mai 2019

voir aussi
Darkthrone
Darkthrone
Sardonic Wrath

2004 - Moonfog Productions
  
Darkthrone
Darkthrone
NWOBHM (EP)
(New Wave Of Black Heavy Metal)

2007 - Peaceville Records
  
Darkthrone
Darkthrone
The Cult Is Alive

2006 - Peaceville Records
  
Darkthrone
Darkthrone
Goatlord

1996 - Peaceville Records
  
Darkthrone
Darkthrone
Circle The Wagons

2010 - Peaceville Records
  

Essayez aussi
Almyrkvi
Almyrkvi
Umbra

2017 - Ván Records
  
Craft
Craft
Void

2011 - Carnal Records
  
Dark Fortress
Dark Fortress
Eidolon

2008 - Century Media Records
  
Iskandr
Iskandr
Heilig Land

2016 - Haeresis Noviomagi
  
Sternatis
Sternatis
Ramming With Maelstrom of Will (Rééd.)

2017 - Ragnarok Records
  

Album de l'année
Déception de l'année
Lifetaker
Night Intruder
Lire la chronique
Diamond Head
The Coffin Train
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation
Lire la chronique
Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique