chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Carbonized - For The Security

Chronique

Carbonized For The Security
Des classiques du Death Metal en provenance de Suède, on en compte évidemment un sacré paquet. Parmi ceux-là, il y en a néanmoins quelques uns qui font encore défaut sur Thrashocore. Je pense par exemple aux premiers albums de Grave (Into The Grave), Sorcery (Bloodchilling Tales), Tiamat (Sumerian Cry), Therion (...Of Darkness) et Carbonized dont nous allons enfin parler aujourd’hui.

Formé en 1988 dans la région de Stockholm, Carbonized a vu passer dans ses rangs tout un tas de musiciens largement impliqués dans le développement et l’explosion de la scène suédoise à la fin des années 80. De Matti Kärki (Dismember, ex-Carnage, ex-Murder Squad, ex-Therion...) à Richard Cabeza (Dismember, Unanimated, ex-General Surgery, ex-Damnation...) en passant par Zoran Jovanović (ex-Morbid), Jonas Deroueche (Unanimated, ex-General Surgery), Per Axe (ex-Excruciate) ou Henrik Brynolfsson (ex-Excruciate), tous ont contribué de près ou de loin aux premières sorties du groupes. Pour autant, aucun de ces garçons n’a participé à l’enregistrement de ce premier album sorti en décembre 1991 sur le label français Thrash Records (Excruciate, Mega Slaughter, Epitaph, Mordicus, Sentenced...).

Intitulé For The Security, ce premier album passé entre les mains de Tomas Skogsberg aux célèbres Sunlight Studios réunit en effet Christofer Johnsson (Therion), Lars Rosenberg (ex-Entombed, ex-Therion) et Piotr Wawrzeniuk (ex-Therion). Un line-up de choix pour un disque peut-être pas aussi ultime et plébiscité qu’un Left Hand Path ou un Like An Ever Flowing Stream mais pourtant tout aussi incontournable pour n’importe quel amateur de vieilleries suédoises absolument dignes d’intérêt.
Faisant suite à trois démos, un single et un split qui auront permis au nom du groupe de circuler dans les milieux autorisés jusqu’à trouver son chemin dans la petite ville portuaire du Havre, ce premier album semble avant même de l’avoir écouté se distinguer de ses homologues de la même époque. En effet, l’illustration signée Pär Juhlin, malgré cette menace et ce sentiment d’insécurité qu’elle dégage, renvoi davantage à l’univers du Punk/Hardcore/Crust qu’à celui du Death Metal constitué essentiellement de zombies, de monstres abominables, de scènes blasphématoires et d’univers cauchemardesques et infernaux. Cette filiation, si elle n’existe qu’à l’état de supposition au regard de cet artwork, va néanmoins s’avérer relativement exacte une fois la lecture lancée. Car si on parle en effet de Death Metal pour qualifier la musique des trois suédois, il faut bien se rendre à l’évidence qu’il y a dans ces quelques compositions expédiées tout de même en moins de trente minutes une certaine inclinaison pour les musiques Punk/Hardcore et autres dérivés (Grindcore en tête). Entre cette batterie qui va enchaîner les blasts et autres séquences D-Beat et l’une de ces voix bien plus arrachée et hargneuse, il faudrait en effet être de très mauvaise fois pour ne pas dresser un parallèle avec des groupes comme Napalm Death ou Carcass. Mais ce n’est pas tout à fait la seule particularité de Carbonized dont la carrière, outre ce premier album particulièrement chouette, reste également marquée dès l’album suivant (Disharmonization) par un changement de cap pour le moins déstabilisant. On va ainsi retrouver tout au long de ce For The Security tout un tas de petites bizarreries que les Suédois continueront d’entretenir par la suite bien volontiers et encore plus largement quitte à se mettre à dos une bonne partie de son public de la première heure. De certaines envolées vocales un brin schizophrène à ces quelques structures, changements de rythmes et autres plans de basse et de batterie plutôt surprenants (comme sur "Euthanasia", "Blinded Of The Veil", "Syndrome", "Reflections Of The Dark", "Purified (From The Sulfer)"...) en passant par tout un tas de mélodies aux sonorités étranges et tout aussi inattendues ("Third Eye", "Purified (From The Sulfer)", "Monument"), les Suédois prennent vraisemblablement un malin plaisir à entretenir cette différence qui est la leur.

Une différence que le groupe cultive paradoxalement dans le cadre de compositions pourtant relativement simples qui dans leur apparence globale, ne dénotent absolument pas avec les productions de l’époque. On va ainsi retrouver chez Carbonized, comme chez beaucoup de groupes suédois, ces constructions héritées de la scène Punk avec, on l’a vu, ces franches accélérations partagées entre blasts, tchouka-tchouka et D-Beat ultra dynamiques et entrainants. Quelques séquences ici et là font preuve néanmoins de davantage de retenue (tout en apportant au passage soit un soupçon de lourdeur soit un peu de cette bizarrerie évoquée plus haut) et ainsi insufflent un peu de cette variété nécessaire même si effectivement, c’est bien le couteau entre les dents que les trois garçons de Carbonized mènent ici leur attaque. Côté riffs, la simplicité est également de mise. Une simplicité au service d’une efficacité à toute épreuve et d’atmosphères particulièrement sinistres qui n’ont rien à envier aux sorties de l’époque (le premier riff de "Recarbonized" reste un modèle du genre). Saluons enfin la production de Tomas Skogsberg qui tout en restant fidèle à son travail (ces guitares au grain si particulier qui a fait sa renommé) a su ne pas tomber dans la simple redite et offrir à Carbonized quelque chose de plus personnel, notamment en entretenant à sa manière cette approche Punk/Hardcore grâce à une batterie ultra naturelle, presque dépouillée.

S’il ne fait pas partie des premiers albums auxquels ont pense forcément lorsque l’on évoque l’importance de la scène Death Metal suédoise, For The Security n’en reste pas moins un album indispensable de cette période. Outre son efficacité avérée et cette intensité qui s’en dégage, c’est surtout parce qu’il se distingue assez nettement de ce que des groupes comme Entombed, Dismember, Grave ou Unleashed on pu produire au début des années 90 (et je ne vous parle même pas de la cohorte de suiveurs marchant dans leurs pas). Ses accointances évidentes avec le Grindcore en font effectivement un album un petit peu à part dans le paysage scandinave de l’époque (même si on pourrait cependant le rapprocher d’un Yeah de Xysma).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
10/04/2021 19:00
note: 8/10
Flesh29 a écrit : Carbonized, ou le mauvais timing entre un album et son auditeur.
En matière de swedeath cet album a longtemps été une sorte de graal pour moi (et d'autres bien sûr).
Je n'ai jamais pu mettre la main dessus, celui-ci ayant une côte assez vertigineuse (comme bon nombre de sorties estampillées Thrash Records à l'époque).
On me l'avait présenté/vendu comme un swedeath qui "explosait" les conventions du style.

Quand la compil "Swedish Death Metal" est sortie en 2009, j'avais été déçu des titres proposés (Final Chapter et Recarbonized). Et lorsque l'album fût enfin réédité officiellement par Vic Records en 2015, idem, je fût déçu par celui-ci.

En grossissant le trait, l'album n'était qu'un simple "Carcass meets swedeath" classique et je ne voyais pas en quoi le groupe allait plus loin qu'un General Surgery (necrology) ou un Necrony.
J'avais tellement attendu une potentielle réédition que j'avais idéalisé, et même "fantasmé" le groupe et l'album.

Le temps passant j'ai revu depuis mon jugement à la hausse et porte en estime cet album sorti en 91.

J'apprécie beaucoup ces groupes qui, avec un ADN purement swedeath, ont apporté leurs touches personnelles pour sortir de ce "carcan" (Utumno, Afflicted et même Uncanny...).


Non, tu as raison, ce n'est pas l'album le plus original de la création ni même de la scène suédoise de cette époque. Mais comme tu le dis, il bénéficie d'une certaine aura, peut-être parce qu'il a longtemps été introuvable à un prix décent. En attendant, même s'il s'inscrit dans la continuité d'un General Surgery (même si personnellement je lui trouve des touches de Disharmonic Orchestra), je n'ai pas hésité à un seul instant lorsque Vic Records l'a réédité. Bien content de l'avoir à la maison du coup Sourire
Flesh29 citer
Flesh29
09/04/2021 19:28
note: 7/10
Carbonized, ou le mauvais timing entre un album et son auditeur.
En matière de swedeath cet album a longtemps été une sorte de graal pour moi (et d'autres bien sûr).
Je n'ai jamais pu mettre la main dessus, celui-ci ayant une côte assez vertigineuse (comme bon nombre de sorties estampillées Thrash Records à l'époque).
On me l'avait présenté/vendu comme un swedeath qui "explosait" les conventions du style.

Quand la compil "Swedish Death Metal" est sortie en 2009, j'avais été déçu des titres proposés (Final Chapter et Recarbonized). Et lorsque l'album fût enfin réédité officiellement par Vic Records en 2015, idem, je fût déçu par celui-ci.

En grossissant le trait, l'album n'était qu'un simple "Carcass meets swedeath" classique et je ne voyais pas en quoi le groupe allait plus loin qu'un General Surgery (necrology) ou un Necrony.
J'avais tellement attendu une potentielle réédition que j'avais idéalisé, et même "fantasmé" le groupe et l'album.

Le temps passant j'ai revu depuis mon jugement à la hausse et porte en estime cet album sorti en 91.

J'apprécie beaucoup ces groupes qui, avec un ADN purement swedeath, ont apporté leurs touches personnelles pour sortir de ce "carcan" (Utumno, Afflicted et même Uncanny...).


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carbonized
Death Metal
1991 - Thrash Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  6.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Carbonized
Carbonized
Death Metal - 1988 † 1995 - Suède
  

tracklist
01.   Recarbonized  (04:07)
02.   Hypnotic Aim  (01:44)
03.   Euthanasia  (03:33)
04.   Blinded Of The Veil  (03:28)
05.   Syndrome  (02:10)
06.   Reflections Of The Dark  (02:38)
07.   Third Eye  (02:14)
08.   Purified (From The Sulfer)  (03:32)
09.   For The Security  (01:58)
10.   Monument  (02:51)

Durée : 28:15

line up
Essayez aussi
Sinister
Sinister
Legacy Of Ashes

2010 - Massacre Records
  
Carcass
Carcass
Necroticism
(Descanting the Insalubrious)

1991 - Earache Records
  
Depressed
Depressed
Beyond The Putrid Fiction

2019 - Black Lion Records
  
Mortal Decay
Mortal Decay
Forensic

2002 - Unique Leader Records
  
Apocalypse Command
Apocalypse Command
Damnation Scythes Of Invincible Abomination

2011 - Invictus Productions
  

Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast