chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Death Strike - Fuckin' Death

Chronique

Death Strike Fuckin' Death
Paul Speckmann a toujours été un gars très occupé. Né à Chicago en 1963, il fait ses débuts dans le milieu en 1983 avec la première démo du groupe War Cry. Mais plutôt que de poursuivre, il décide avec l’aide du batteur Bill Schmidt de former son propre groupe histoire d’explorer des territoires plus agressifs que celui d’un Power/Doom qui ne lui sied guère. Les deux forment ainsi Master dans la foulé. Après avoir auditionné sans succès pas moins de vingt-six guitaristes, Bill Schmidt décide d’aller voir ailleurs, laissant ainsi Paul Speckmann avec sa bite et son couteau. Juste ce qu’il lui fallait pour former Death Strike. Pour l’aider dans cette nouvelle aventure, celui-ci fait appel aux services des guitaristes Chris Mittlebrun (recalé l’année précédente lors des auditions pour Master) et Kirk Miller (alors âgé de seulement 16 ans) et du batteur John Leprich.

Ensemble, le groupe n’enregistrera officiellement qu’une seule démo intitulée Fuckin' Death avant de faire à nouveau un peu de ménage dans ses effectifs (exit Kirk Miller et John Leprich, welcome back Bill Schmidt) et reprendre au passage le nom de Master. Sortie en janvier 1985, cette unique démo sera éditée en LP quelques années plus tard par Nuclear Blast avec en guise de supplément quatre morceaux restés jusque-là inédits ainsi qu’un nouvel artwork particulièrement badass. Il faudra cependant attendre 2010 et Dark Descent Records pour qu’enfin voit le jour une version CD agrémentée pour l’occasion de quatre autres titres (dont deux inédits) en mode « rehearsal ».

Si l’on cite à juste titre Possessed comme les instigateurs du Death Metal avec leur premier album sorti en 1985, il ne faudrait pas pour autant oublier Death Strike qui était là à la même époque. Ce sont malheureusement ces histoires de line-up et de contrat non respecté qui joueront contre Paul Speckmann et ses acolytes puisque s’il a été enregistré lui aussi en 1985, le premier album de Master ne sera finalement rendu public qu’en 1990. Malgré tout, personne ne pourra démentir le rôle de précurseur qu’a joué à l’époque Death Strike dans l’underground même si son nom n’est pas celui le plus cité lorsque l’on évoque les origines du Death Metal.
Encore très largement inspiré par les premiers élans de la scène Thrash, notamment ceux d’un certain Slayer, ainsi que par les groupes les plus agressifs de la NWOBHM (Motörhead et Venom en tête), la formule dispensée par le groupe de Chicago prend la forme d’un proto-Death Metal relativement simple et surtout particulièrement dépouillé. Auréolés par une production sommaire qui a pourtant plutôt bien vieillit malgré cette batterie dont les peaux semblent flotter à chacune des attaques de John Leprich, les quatre premiers titres de ce vrai/faux album se concentrent sur l’essentiel à coup de tchouka-tchouka (plus ou moins rapides) et autres rythmes Punk ultra entraînants, de riffs thrashisants plutôt simples mais alors toujours hyper efficaces, de solos foutraques à l’image de cette musique dépouillée ("The Truth" à 1:34, "Mangled Dehumanization" à 1:00, "Re-Entry And Destruction" à 1:41, "Pay To Die" à 1:46) et des lignes de chant arrachées et pleines de véhémence d’un Paul Speckmann déjà bien en verve ("Open your eyes. Clear your fuckin' mind. Remove that disguise deep in your mind", "They send you to churches and sick institutions. Brainless excuses for mindless abuses"). Le tout servi dans une atmosphère sombre et vicieuse assez typique du son de Chicago (Cianide, Abomination, Macabre, Contagion…). On pourrait presque parler d’une version non-Grindcore de Repulsion tant les deux groupes partagent à mon sens une approche assez similaire.

Composé à peu près à la même époque, les quatre morceaux suivants (ceux qui ne figurent pas sur la démo Fuckin’ Death parue en 1985) s’inscrivent pourtant dans un registre quelque peu différent. Au-delà de cette production plus soignée dont le défaut de batterie évoqué plus haut a été corrigé, Death Strike se plait cette fois-ci à évoluer sur des tempos nettement moins soutenus et plus lourds comme en témoigne à juste titre la durée des compositions qui flirte en moyenne avec les six minutes. Moins immédiat et plus sournois, le Death Metal de Death Strike y côtoie des sonorités Doom tout en nous offrant encore par moment de belles accélérations témoignant de cet intérêt évident pour le Thrash, le Heavy Metal burné et la scène D-Beat anglaise (Discharge, G.B.H., The Exploited...). Et si je ne suis pas forcément très client de cet exercice de réinterprétation auquel aime se prêter Paul Speckmann ("Man Killed America" ici, "America The Pitiful" sur On The Seventh Day God Created... Master), le reste s’avère particulièrement bien senti à commencer par l’excellent "The Final Conflict" sur lesquels les leads dispensés en première partie instaurent un climat encore plus moribond qu’à l’accoutumé.

Si cette première démo n’a jamais eu la portée d’un Seven Churches, elle n’en demeure pas moins l’un des premiers témoignages d’un genre qui n’en était alors qu’à ses tout premiers balbutiements. Et si la frontière avec le Thrash semble encore particulièrement mince, on sent tout de même que ce qui caractérisera plus tard le Death Metal et déjà là en filigrane (ces riffs plus sombres, la lourdeur de certaines compositions, le chant arraché encore très Punk dans l’esprit mais tout de même agressif…). Bref, le témoignage d’une époque aujourd’hui révolue et un classique à l'aura peut-être moins forte que certains mais aux compositions certainement tout aussi redoutables d'efficacités (compositions que l'on retrouvera d'ailleurs pour l'essentiel sur le premier album de Master).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
01/08/2019 02:33
Ultra violent dans tout ce qu'il dégage, je le préfère au premier Master. Speckmann a un chant bien plus agressif.
Dantefever citer
Dantefever
18/07/2019 15:45
Belle découverte en ce qui me concerne

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Death Strike
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Death Strike
Death Strike
Death Metal - 1984 - Etats-Unis
  

formats
  • Vinyl / 1991 - Nuclear Blast Records
  • CD, Vinyl / 2010 - Dark Descent Records

tracklist
01.   The Truth  (03:21)
02.   Mangled Dehumanization  (01:58)
03.   Re-entry And Destruction  (03:02)
04.   Pay To Die  (03:35)
05.   The Final Conflict  (07:05)
06.   Man Killed America / Embryonic Misconceptions  (06:02)
07.   Pervert  (02:58)
08.   Remorseless Poison  (05:52)

Durée : 33:53

line up
parution
1 Août 1991

Essayez aussi
Obituary
Obituary
World Demise

1994 - Roadrunner Records
  
Act Of Gods
Act Of Gods
Maat

2006 - Osmose Productions
  
Tribulation
Tribulation
Down Below

2018 - Century Media Records
  
Necros
Necros
To An Endless Chaos... (Démo)

2009 - Autoproduction
  
Binah
Binah
Hallucinating In Resurrecture

2012 - Dark Descent Records
  

Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique
Dauþuz
Grubenfall 1727 (EP)
Lire la chronique
Mercyful Fate
In The Shadows
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Alcest
Spiritual Instinct
Lire la chronique