chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
134 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Evohé - Deus Sive Natura

Chronique

Evohé Deus Sive Natura
EVOHE est un groupe français très sympa, mais qui met toujours un temps fou à sortir un nouvel album. Je me souviens très bien de la sortie en 2005 de Tellus Mater, chez le défunt label Oaken Shield. L’album faisait 45 minutes, avec 10 pistes. 6 ans plus tard, en 2011, la formation revenait avec Annwvyn. Cette fois-ci c’était chez Unlight Productions et il n’y avait plus que 6 pistes, pour pourtant une durée plus longue : 52mn. Les morceaux s’étalaient ainsi beaucoup plus, allant de 6 minutes pour le plus court, à 13 pour le plus long.

Cette fois-ci, ce sont 8 années qui ont passé. Le label a encore changé, et il s’agit maintenant d’un allemand, Folter Records. Bonne écurie, qui a sorti du ELITE, du ARCKANUM, du SCHRAT, du SKYFORGER ou encore du SAMMATH. Côté durée, cette sortie fait 62 minutes. Elle a donc encore gagné 10 minutes par rapport au précédent, et elle contient 9 morceaux. Cependant, il y en a aussi bien des courtes que des longues. Entre 2mn pour « Fylgja » et 17mn pour « The Thousand Eyes of a Lonely Soul ». Ce sont les extrêmes mais la durée approximative d’un titre d’EVOHE tourne vraiment autour des 6 ou 7 minutes. Le temps généralement de développer à chaque fois une atmosphère. Les musiciens aiment construire des titres de manière raisonnée, mais efficace, et ils s’appliquent pour placer couplets, ponts, et refrains réussis. Une pièce montée de black metal pagan à la française. Très peu de changements par rapport à ce que faisait le groupe sur l’album précédent, et les fans d’ambiances à la HIMINBJORG, NYDVIND ou même BELENOS vont apprécier.

Ce qui est plaisant, c’est que l’expérience des musiciens arrive à servir pleinement les morceaux. Même s’ils sortent peu d’albums, ils ont presque tous des projets parallèles, on citera MALMORT pour trois d’entre eux, mais aussi ALLOBROGIA, NAHAR et le petit URÐR. Ils ont le sens de la composition et savent mettre en valeur la présence de chacun d’entre eux. Il en ressort une harmonie, l’impression d’écouter des pistes d’une logique imparable. Une qualité qui peut aussi être considérée comme un défaut, car on n’est pas suffisamment bousculé par la musique. On l’apprécie, mais on ne se sent pas assez impliqué. On finit, en écoutant l’album d’une traite, par décrocher un peu.

Par contre, certains éléments parviennent toujours à nous remettre en place, comme le claquement de doigt d’un hypnotiseur. Généralement il s’agit des vocaux. Ce sont parfois les principaux, pas grâce à leur timbre qui est un peu trop monotone sur la longueur, mais par l’emploi du français. On a l’oreille qui apprécie et la tête qui se lève lorsque l’anglais laisse la place à notre langue. C’est dommage que ce soit seulement à quelques reprises. J’aurais beaucoup aimé que le français prenne plus de place. Ce sont les chœurs clairs, qui parsèment abondamment et efficacement les morceaux. En parlant des vocaux, il semblerait que chaque membre ou presque y ajouterait du sien. Il semblerait d’ailleurs que Corven de NEHEMAH ait aussi ajouté sa voix ! Sauf qu’il se fait appeler Valravn. Si cela pouvait lui redonner l’envie de relancer son groupe culte…

Deus Sive Natura est un album qui atteint ses objectifs. Il crée les atmosphères, les images s’imposent à l’esprit. Les musiciens ne cherchent pas à révolutionner quoi que ce soit, mais à faire ce qu'ils aiment, de manière appliquée. Le décor ne change pas suffisamment pour atteindre le niveau supérieur mais c'est bien, vraiment bien.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Evohé
Pagan Black Metal
2019 - Folter Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Evohé
Evohé
Pagan Black Metal - 2001 - France
  

nouveaute
A paraître le 31 Mai 2019

tracklist
01.   Differents Worlds
02.   Nemesis (Hall of the Slain)
03.   The Tears of Forgotten Times
04.   ...of Ancient Lores
05.   Fylgja
06.   Eola Monumenta
07.   Sleeping with Wolves
08.   A Thunder of Misfortune
09.   The Thousand Eyes of a Lonely Soul

Durée : 61:50

voir aussi
Evohé
Evohé
Tellus Mater

2005 - Oaken Shield
  

Essayez aussi
Kroda
Kroda
GinnungaGap GinnungaGaldr GinnungaKaos

2015 - Purity Through Fire
  
Enslaved
Enslaved
Ruun

2006 - Tabu Recordings
  
Kampfar
Kampfar
Ofidians Manifest

2019 - Indie Recordings
  
Graveland
Graveland
The Fire of Awakening

2003 - No Colours Records
  
Primordial
Primordial
Redemption At The Puritan's Hand

2011 - Metal Blade Records
  

Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast