chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
145 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Griffon / Darkenhöld - Atra Musica

Chronique

Griffon / Darkenhöld Atra Musica (Split-CD)
Actuellement l’époque médiévale semble bénéficier d’un intérêt grandissant voire carrément d’un effet de mode, tant celle-ci se retrouve mise à l’honneur sous diverses formes artistiques, et le Metal noir n’échappe pas à cette tendance où AORLHAC et VEHEMENCE ont récemment sorti chacun des albums impressionnants, à l’instar des sudistes de DARKENHÖLD. Après un excellent « Memoria Sylvarum » ceux-ci remettent le couvert avec quatre nouveaux titres de haute volée, à la fois différents mais aussi dans la lignée de ce qu’ils proposent depuis quelques années. Mais avant cela ce sont les parisiens de GRIFFON qui vont avoir l’honneur et la tâche délicate d’ouvrir ce Split, qui sur le papier a tout ce qu’il faut pour faire passer un bon moment. Peu connu encore le groupe n’est certes pas des plus productifs (n’ayant rien sorti depuis son premier opus en 2016), pourtant loin d’être resté inactif il a écumé les différents festivals en France, tout en ouvrant pour WYRMS ou encore MOONREICH. Evoluant dans un registre plus fougueux et guerrier que ses aînés, il conserve cependant une partie de cette trame moyenâgeuse qui va se retrouver ainsi parfaitement mêlée au concept global de cette galette.

Il n’y a qu’à écouter le long et prenant « Si Rome Vient à Périr » pour s’en apercevoir vu qu’il va débuter par un mélange mélodieux où l’acoustique et l’électrique sont posés l’un sur l’autre, avant qu’ils ne se séparent pour mettre en valeur leurs propres moments personnels. Mélangeant les rythmes élevés et plus lents le combo insère ici toutes ses influences où se greffent des voix religieuses envoûtantes complétés par du break à la guitare sèche qui sert de pause au milieu des passages plus virulents et explosifs, et montrent ainsi toute la panoplie créative de ses membres. Ceux-ci vont continuer de surprendre avec le très bon « Souviens Toi, Karbala » plus classique et sombre qui mise sur les ambiances, tout en jouant le grand-écart entre brutalité et lenteur, à l’instar du religieux et maléfique « Jérusalem » qui s’étire un peu inutilement mais qui a les arguments nécessaires pour qu’on n’en tienne pas rigueur. D’obédience ésotérique il révèle aussi un classicisme plus affirmé encore, où retentit sur la fin un clavecin particulièrement inquiétant qui renvoie aux messes-noires et à un certain côté kitch propre aux films de la Hammer. D’ailleurs cet instrument sera le seul à se faire entendre sur « Interlude » qui fait office d’outro, et dont l’intensité va aller crescendo, complétée par un côté symphonique agréable qui termine la prestation des franciliens. Sans être grandiose ni d’une violence folle, elle montre cependant une subtilité musicale plus affirmée chez eux par rapport à leurs précédentes sorties, avec également des morceaux relativement longs mais jamais ennuyeux ou linéaires, portés par un univers assez personnel qui fait plaisir à entendre, du coup il va être intéressant de voir comment sera la suite de leurs aventures, mais s’ils continuent comme cela elles vont être positives c’est certain.

Si du côté des niçois on avait déjà entendu des arrangements à la guitare sèche par le passé, ceux-ci poussent plus loin l’expérience en réalisant presque un Unplugged où leur touche spécifique ne sera pas absente, ce qui permet de (re)découvrir ce qu’ils sont capables de faire en débranchant les amplis. Si on savait que la musique de ceux-ci comportait une certaine joie et chaleur, ces points vont littéralement exploser au grand jour grâce justement à cette douceur des instruments jusqu’à présent insoupçonnée. Cela saute aux oreilles dès les premières notes du magnifique « Marche Des Bêtes Sylvestres » qui montre un rythme entraînant porté par des chœurs nostalgiques et des notes de claviers sobres et efficaces, ainsi que par une batterie fine et à peine effleurée (on croirait presque que les baguettes ont été remplacées par des balais jazzy). On retrouve ici toute la patte de la bande jouée de façon différente où les ambiances sont forcément plus présentes du fait du manque d’électricité, qui est compensé par un bien-être et une découverte à la fois sur soi-même comme dans un passé qui a façonné l’histoire de notre pays. D’ailleurs « Le Sanctuaire De La Vouivre » continue sur cette même voie en voyant l’apparition d’une voix chuchotée comme pour conserver un certain mystère, ce qui ajoute un peu de noirceur (chose qui va se confirmer dès la plage suivante) et un entrain communicatif et rythmé. Si ce point n’en démord pas sur « Les Goules Et La Tour » vu que ça reste très remuant question rythmique, cette composition voit l’apport de claviers qui amènent un sursaut d’obscurité, comme si l’orage pointant le bout de son nez. D’ailleurs on s’imagine très bien lever les yeux en l’air et regarder ce qui se peut se trouver au-dessus de nos têtes, tant son mid-tempo est propice au questionnement spirituel et à la contemplation même si l’heure n’est plus à la fête, vu qu’un évènement imprévu semble prêt à gâcher le cours normal des choses. Heureusement la « Citadelle d’Obsidienne » remet les pendules à l’heure et sert de rappel car tout y est de sortie, notamment les différents instruments traditionnels qui s’en donnent à cœur joie. Jouant sur la variation ainsi que par des cassures qui ne gâchent pas l’impression générale cette clôture festive est parfaite pour terminer ce projet commun, et confirme ici qu’Aldébaran et ses acolytes restent toujours dans le haut du panier national, et qu’ils ont vraiment passé un cap depuis quelques années. Car miser uniquement sur l’acoustique était un pari risqué qui a été franchi haut la main et reste dans la droite ligne de ce qu’ils avaient créés auparavant. Tout cela a été rendu possible notamment grâce à une écriture dont la durée qui ne s’éternise pas, et aussi parce que ses créateurs restent sobres et ne blindent pas l’ensemble d’éléments inutiles qui auraient fini par gâcher le ressenti et le plaisir entendu jusque-là.

Avec ces deux parties totalement différentes ce Split montre là-encore la qualité du catalogue du label angevin, et aussi celles des deux formations qui arrivent à se sublimer et à surprendre pour ce genre de travail toujours dangereux à la base. Chacun a en tout cas acquis une maturité qui en fait un élément à suivre… avec intérêt pour l’un et de manière incontournable pour l’autre, dans un style qui pullule actuellement et qui ne cesse de prendre de l’ampleur et de se montrer attractif. Si la France du moyen-âge a été d’une richesse culturelle et créatrice sans égal, notre époque moderne bien que n’ayant rien à voir fait preuve aussi d’un bouillonnement musical et intellectuel impressionnant sur tout le territoire, à la fois d’ouest en est comme du nord au sud. Autant dire qu’il serait dommage de passer à côté de cette réalisation réussie du début à la fin, vu que tout ce qui a été proposé ici n’augure que du bon pour la suite ce dont on ne va franchement pas se plaindre !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
13/06/2019 14:26
note: 7/10
J'adhère à 100% à la partie de Griffon, belle évolution depuis leur premier album ! Par contre Darkenhold ils m'ont complétement perdu. Je reste totalement hermétique à cet essai unplugged qui décidément ne ressemble vraiment pas à du BM (dans le sens traditionnel du terme en tout cas).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Griffon / Darkenhöld
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Darkenhöld
Darkenhöld
Black metal - 2008 - France
  
Griffon
Griffon
Black Metal - 2012 - France
  

nouveaute
A paraître le 31 Mai 2019

tracklist
GRIFFON :

01.   Si Rome Vient à Périr
02.   Souviens Toi, Karbala
03.   Jérusalem
04.   Interlude

DARKENHÖLD :

05.   Marche Des Bêtes Sylvestres
06.   Le Sanctuaire De La Vouivre
07.   Les Goules Et La Tour
08.   Citadelle d’Obsidienne

Durée : 47 minutes

line up
voir aussi
Darkenhöld
Darkenhöld
Castellum (Rééd.)

2014 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Darkenhöld
Darkenhöld
Memoria Sylvarum

2017 - Indépendant
  
Darkenhöld
Darkenhöld
Echoes from the Stone Keeper

2012 - Those Opposed Records
  
Darkenhöld
Darkenhöld
A Passage To The Towers

2010 - Ancestrale Production
  

Essayez aussi
Sinmara
Sinmara
Hvísl Stjarnanna

2019 - Ván Records
  
Various Artists
Various Artists
Odour Of Dust & Rot (Compil.)

2011 - Rhinocervs
  
Vananidr
Vananidr
Vananidr

2019 - Purity Through Fire
  
Blood Red Fog
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy

2018 - Deviant Records
  
Craft
Craft
Fuck The Universe

2005 - Carnal Records
  

Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique