chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
184 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bastard Grave - What Lies Beyond

Chronique

Bastard Grave What Lies Beyond
Des seconds couteaux dans le petit monde du Death Metal, on en trouve à la pelle à ne plus savoir qu’en faire. Alors pourquoi aborder aujourd’hui le cas de Bastard Grave plutôt que celui d’un autre ? Et bien tout simplement parce que leur deuxième album sorti récemment est plutôt bon et que le groupe m’est également très sympathique (non, non, rien à voir avec sa délicieuse bassiste). Du coup, avant de m’attaquer à la chronique de Diorama Of Human Suffering, petit retour sur leur début de carrière avec ce premier album sorti en 2015 sur Pulverised Records.

Originaire d’Helsingborg, petite ville située juste en face du Danemark, Bastard Grave trace sa route depuis maintenant quelques années (2012 pour être exact). Après une première démo parue en 2014, la formation poursuit alors son petit bout de chemin avec la sortie l’année suivante de What Lies Beyond, un premier album sans prétention destiné aux seuls amateurs de Death Metal suédois. Se tirant d’emblée une balle dans le pied, le groupe va faire appel aux services de Ragnar Persson dont les talents d’illustrateur, sans forcément laisser à désirer, ne sont pas non plus parmi les meilleurs que l’on ait pu voir. Si on appréciera le style primitif et dégoulinant rappelant quelque peu celui de David Torturdød, le coup de pinceau trop dépouillé et simpliste peine néanmoins à convaincre et surtout, n’invite pas spécialement à la découverte.

Produit par Ulf Blomberg au HoboRec Studio (avec qui le groupe retournera d’ailleurs en studio quatre ans plus tard pour l’enregistrement de son deuxième album dont nous parlerons prochainement), What Lies Beyond marche naturellement dans les pas de ses ainés grâce à ce son chaud et rugueux rappelant les plus belles heures des Sunlight Studios. Profitant des années qui ont passé, Bastard Grave jouie cependant en 2015 d’une production plus compacte qui gagne en efficacité immédiate ce qu’elle perd au passage en personnalité. Car s’il n’y a effectivement pas grand-chose à reprocher à ce genre de son particulièrement abrasif que même la scène Hardcore s’est appropriée depuis maintenant quelques années (coucou Kurt Ballou), on ne peut pas dire que ce soit par celui-ci que les Suédois cherchent à se démarquer du reste de la meute.
D’ailleurs, il ne semble pas que cela soit l’une des principales préoccupations de Bastard Grave dont le Death Metal, inscrit dans un cahier des charges respecté au pied de la lettre, n’apporte effectivement rien de neuf. Destiné ainsi à tous ceux qui n’en n’ont jamais assez, What Lies Beyond reprend sans rougir tous les gimmicks déjà largement exploités dans le milieu. Outre cette production typique, on retrouve ces fameuses accélérations héritées de la scène Crust/Punk anglaise des années 80 (les Discharge, Exploited et autres GBH...), ces riffs tronçonneuses simples mais à l’efficacité et à l’immédiateté indiscutables, ces quelques séquences plombées dont le groove facile et plutôt irrésistible risque de faire secouer quelques têtes, cette dynamique particulièrement entraînante (beaucoup de double tout au long de l'album histoire de bien dynamiter l'ensemble) et ces atmosphères de cimetière abandonné la nuit tombée... Bref, je ne vous apprends rien. Du coup, et ce n’est là encore pas une surprise, What Lies Beyond possède bien évidemment les défauts de ses qualités à savoir qu’il se destine à un public d’initiés n’ayant pas peur d’emprunter un chemin extrêmement balisé, n’offrant rien de plus que des morceaux de seconde zone, certes efficaces mais pour lesquels personne n’ira jamais crier au génie.

Si vous êtes plutôt d'accord avec ce genre de postulat, alors What Lies Beyond vous permettra de passer à n’en point douter un très bon moment. Pas du genre de ceux qui resteront gravés dans votre mémoire ad vitam aeternam mais de ceux qui font plaisir dans l’instant. Et ça, c’est déjà un bon début non ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
03/10/2019 11:40
note: 7/10
Je me retrouve assez dans ton avis, je l'avais chroniqué sur Vs à l'époque et c'est exactement ce que je disais. C'est bien joué et exécuté mais totalement sans surprise, et surtout dans le genre il y'a bien mieux et plus mémorable, car une fois l'écoute terminée on s'aperçoit qu'on n'a pas retenu grand-chose au final ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bastard Grave
Death Metal
2015 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (3)  7/10

plus d'infos sur
Bastard Grave
Bastard Grave
Death Metal - 2012 - Suède
  

tracklist
01.   From The Depths  (06:09)
02.   Doomed To Stay  (03:39)
03.   Awaiting Rebirth  (03:29)
04.   Stalker  (02:35)
05.   Path To Extinction  (05:03)
06.   Bastard Grave  (03:51)
07.   Reborn In Filth  (03:30)
08.   River Of Death  (04:44)
09.   Misery  (02:35)
10.   Profana Vesperam  (05:34)

Durée : 41:09

line up
parution
30 Octobre 2015

voir aussi
Bastard Grave
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering

2019 - Pulverised Records
  

Essayez aussi
Gouge
Gouge
Beyond Death

2015 - Hells Headbangers Records
  
Triumvir Foul
Triumvir Foul
Spiritual Bloodshed

2017 - Invictus Productions
  
Graveyard
Graveyard
The Altar Of Sculpted Skulls (EP)

2012 - Pulverised Records
  
Preludium
Preludium
Redemption

2013 - Transcending Obscurity
  
Revel In Flesh
Revel In Flesh
Emissary Of All Plagues

2016 - Cyclone Empire Records
  

Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique