chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
116 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Meads of Asphodel - Running Out of Time Doing Nothing

Chronique

The Meads of Asphodel Running Out of Time Doing Nothing
Au même titre que SIGH et PENSEES NOCTURNES, THE MEADS OF ASPHODEL est un groupe qui divise, qui irrite, qui fait même rigoler certains d’entre nous. Parce qu’il maltraite le black metal pour proposer quelque chose d’étrange, de provocant, de différent. Parce que ses pochettes sont toujours très à part, perdues entre l’originalité et le mauvais goût. En tout cas, elles ne s’oublient jamais, que ce soit les photos des débuts, avec la côte de maille qui était de sortie, ou alors les dessins d’inspiration naïve qui se retrouvent sur les derniers opus...












Et cela fait plus de 20 ans que le groupe fait la polémique parmi les auditeurs. Né en 1998, THE MEADS OF ASPHODEL n’a jamais cessé d’en faire à sa tête. Et sa tête, c’est Metatron, seul membre d’origine encore présent depuis belle lurette. Il s’occupe des vocaux et guide ensuite ses partenaires vers ses délires musicaux. Ce sont désormais J.D. Tait qui est aux guitares, aux claviers ainsi qu’au micro par moments, et Andre Kjelbergvik Thung à la batterie et aux percussions.

Le style pratiqué depuis les débuts est assez indéfinissable et le principal intéressé parle de Metal Extreme Experimental. Moi, j’aime bien le décrire comme du black metal psychédélique, même si c’est considéré comme un sacrilège par ceux qui me prennent pour un fou. Mais que voulez-vous, de nombreuses distros dédiées au black metal proposent ses albums, donc je ne suis pas le seul à être déraisonnable. Ce qui est sûr, c’est que la musique des Londoniens est très personnelle, et d’une liberté excessive. Peut-être même encore plus sur ce 6ème album, qui s’est fait plus qu’attendre puisque 6 années le séparent de l’intrigant Sonderkommando qui m’avait plutôt déçu et mérité qu’un faible 6.5/10 en 2013. En fait, il avait été trop loufoque et partait dans trop de sens différents pour me convaincre. Ce qui n’est plus vraiment le cas sur Running Out of Time Doing Nothing.

Bien entendu, THE MEADS OF ASPHODEL est toujours extrêmement barré, et fort d’une personnalité improbable, mais il farfouille dans moins de styles différents, et devient alors plus logique. Plus facile à suivre, plus agréable à écouter. Il y a tout au long de ces 11 nouvelles compositions une folie légère, une impression de planer continuellement à quelques mètres du sol. Les ingrédients de cet album pourraient se décrire par : épiques, chtarbés, envolés, positifs... et saupoudrés de faible noirceur sur quelques passages. La première écoute est assez difficile parce qu’on est malmené dans le labyrinthe du groupe, mais on se plaît à le réécouter et à le redécouvrir petit à petit, en retrouvant certains passages qui avaient marqué tout de sutie, en en découvrant d’autres passés inaperçu. Il y a de quoi faire effectivement, et cette fois-ci encore il y a une cascade d’invités. On se souvient que sur les albums précédents il y avait entre autres Mirai de SIGH, Hoest de TAAKE, Vincent Crowley de... la fameuse église de Satan... Et bien cette fois, nous avons moins de noms légendaires, mais presque toute la famille au complet avec des membres qui ont déjà donné un coup de main par le passé : Alan Davey et Iain Smith, la chanteuse de EBONILLUMINI (Christina Poupoutsi aka The Maiden), le saxophoniste Malcolm Tait... Il n’y a peut être bien que la chanteuse italienne, Cristina Padaveno, qui est là pour la première fois...

Tous ensembles, ils s’appliquent donc à mettre en forme les idées détonnantes de Metatron, et c’est pour cette fois-ci assez réussi. Plusieurs titres méritent un grans respect, comme « Souvenir of Death » qui flirte avec le jazz et le psyché. Il n’y a en fait qu’une véritable fausse note, c’est « I Stood Tiptoe, Reaching Up for Heaven » qui part dans l’électro de bas étage. Alors que l’album arrivait à être logique, ce titre choque et martyrise les oreilles en rappelant les sonorités d’un GUNTHER et son hymne « Ding Dong Song (You touch My Tralala) ». C’est horrible, ce titre me fait rentrer le zizi à l’intérieur du corps... Heureusement il est suivi par un « Like Blood Shaped Flakes of Snow » qui remet sur les bons rails, sage mais mélodieux, avec une des voix féminines qui berce d’une mélancolie charmante...

THE MEADS OS ASPHODEL va encore diviser alors qu’il est moins farfelu, et la plupart arrêteront sans aucun doute l’écoute au bout de quelques minutes, mais c’est tout de même une mine de petits détails plaisants, qui renvoient donc à SIGH mais aussi à A FOREST OF STARS.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Meads of Asphodel
Black Metal Psychédélique
2019 - Godreah Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
The Meads of Asphodel
The Meads of Asphodel
Black Metal Psychédélique - 1998 - Royaume-Uni
  

vidéos
I'm Running Out of Time Doing Nothing
I'm Running Out of Time Doing Nothing
The Meads of Asphodel

Extrait de "Running Out of Time Doing Nothing"
  

tracklist
01.   Bug Splat
02.   I Am Oblivion, Deep Drenched in Forever
03.   I'm Running Out of Time Doing Nothing
04.   Black Is Black & White Is White
05.   Cockroach Marionettes
06.   I Stood Tiptoe, Reaching Up for Heaven
07.   Like Blood Shaped Flakes of Snow
08.   The Broken Wings of a Hud-Hud
09.   Funeral Drums of Insomnia's Labyrinth
10.   Recollections of a Hand Loom-Weaver
11.   Souvenir of Death

Durée : 64:36

parution
21 Juin 2019

voir aussi
The Meads of Asphodel
The Meads of Asphodel
Sonderkommando

2013 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
Borknagar
Borknagar
Epic

2004 - Century Media Records
  
Borknagar
Borknagar
Empiricism

2001 - Century Media Records
  
Horseback
Horseback
Half Blood

2012 - Relapse Records
  
Nachtmystium
Nachtmystium
Instinct : Decay

2006 - Battle Kommand Records
  
Borknagar
Borknagar
Quintessence

2000 - Century Media Records
  

Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique