chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
121 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sunn O))) - Life Metal

Chronique

Sunn O))) Life Metal
Du bruit ? De la musique concrète ? Un OMNI (objet musical non identifié) ? Une blague ? Du génie ? Sunn O))) est tout cela à la fois. Dans l’intégration de chacun de ces éléments qui lui confèrent une portée quasi unique dans la scène metal, une place à part, de celle qui divise autant qu’elle porte la gloire.

Je suis le groupe depuis ses débuts et, pour ma part, adhère à leur démarche depuis la même époque. Difficile d’accès, le groupe l’est assurément. Autant d’ailleurs sur disque qu’en concert où l’hermétisme des représentations le dispute à leur caractère ultra monolithique. De fait, Sunn O))) est un morceau de granit. Son drone doom se répand en longueur comme une nappe de lave, recouvrant tout l’espace sur son passage, ne laissant aucune vie en suspens. Peu nombreux sont les groupes à pouvoir exciper de compos, d’un son si menaçants. White 1 et ses My Wall et The Gates of Balard ultra glauques. White 2 et son Bass Alien possédé. Black One et ses Sin Nanna et It Took the Night to Believe souterrains et telluriques. La liste est longue. Elle pourrait encore s’allonger.

Il n’en reste pas moins que depuis quelques années, Sunn O))) a choisi de régresser dans son radicalisme. Le groupe semble opter, surtout depuis Monoliths & Dimensions, pour des structures plus ramassées, plus « ouvertes », plus accessibles. Les morceaux de 9/10 minutes prennent la place des pièces de 25/30 minutes et, du coup, offrent davantage de prises à l’auditeur, même si l’immersion demeure.

Life Metal est à la croisée des chemins. Composé de 4 morceaux oscillant entre 12 et 25 minutes, le groupe y explore l’ensemble de son catalogue, sans surprise et toujours avec qualité. On notera cependant le lien avec « l’ouverture » dont je parlais juste avant, en termes musicaux naturellement mais également en terme logistique. Ainsi, le groupe a-t-il fait le choix d’enregistrer de manière analogique, de bout en bout, dans le studio de Steve Albini, davantage réputé pour son travail pour des groupes indé (Fugazi, Pixies...) que pour son apport au drone/doom. De même, et pour la première fois depuis longtemps, le hongrois Attila Csihar n’est pas de la partie, au profit d’Hildur Guðnadótti, dont la voix porte le premier titre Between Sleipnir's Breaths. Enfin, la pochette même tranche avec la noirceur conceptuelle habituelle du groupe. Œuvre de Samantha Keely Smith, l’artwork symboliste, baigné de tonalités orangées, vogue entre volutes célestes et esquisses divines. C’est là la force du groupe, que de retranscrire, comme je le soulignais, par cet artwork l’évolution récente de sa musique vers davantage de lumière, de structures solaires.

Between Sleipnir's Breaths débute ainsi comme un album de Bathory, sur fond de hennissements de chevaux célestes avant que l’avalanche de vibrations ne déferle, supportée par un son profond, très ample, très confortable. La modification dans la méthode d’enregistrement se ressent immédiatement. Les murs de son qui entrent en résonnance se mêlent habilement à la voix fragile d’Hildur Guðnadótti, colorant ce premier morceau de mélodies profondes, presque aériennes, telle une chevauchée au travers des nuages lourds, percés par la lumière du Soleil. Le choc des tonalités, la mouvance naturelle de la structure et, encore une fois, la grande profondeur du son accouchent là d’un premier titre flamboyant. De nouveau, on se surprend à penser que Sunn O))) sait s’y prendre en terme de collaboration fructueuse (déjà avec Wrest et Xasthur, sur Black One ou avec Julian Cope sur White 1).

Troubled Air ne change pas de méthode. Mais il prend le chemin des souterrains. Bien plus occulte dans son esprit, ce titre pousse les guitares dans leurs derniers retranchements. La force du groupe est encore de mélanger ce mur de son avec un peu d’orgue grandiloquent. Il en résulte encore de la mélodie, du mouvement audible et aérien, de la respiration au milieu de la chape de lave. Ultra puissant, ce second titre s’enchaîne parfaitement avec le premier dans la construction de la tracklist.

Si Aurora est plus classique, Novae constitue la pièce maîtresse de Life Metal. Atteignant quasiment la demi-heure, ce dernier titre installe une menace ultra prenante, totalement immersive, qui jongle entre des boucles drones très mémorisables et l’orgue funèbre, discret mais présent, tout en convoquant dans la structure, en toile de fond, l’haldorophone (un dérivé du banjo) de Guðnadóttir qui semble hanter le morceau. Mais surtout, en guise de quasi pont central, c’est le violoncelle de l’instrumentiste islandaise qui résonne, délivrant des notes drones comme par mimétisme avec les guitares !

Ce Sunn O))) est, pour ma part, une belle réussite, comme le fut Monoliths and Dimensions en son temps. Du changement de méthode d’enregistrement aux idées pertinentes et collaborations intelligentes, ce Life Metal est enthousiasmant, lumineux et tellurique, menaçant et aérien à la fois.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sunn O)))
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (4)  7.54/10

plus d'infos sur
Sunn O)))
Sunn O)))
Drone doom - 1998 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Between Sleipnir's Breaths  (12:42)
02.   Troubled Air  (11:48)
03.   Aurora  (19:08)
04.   Novæ  (25:24)

Durée : 1:09:02

parution
13 Avril 2019

voir aussi
Sunn O)))
Sunn O)))
Black One

2005 - Southern Lord Recordings
  

Essayez aussi
King Woman
King Woman
Doubt (EP)

2015 - The Flenser
  
Monarch!
Monarch!
Sabbracadaver

2014 - Profound Lore Records
  
Undersmile
Undersmile
Anhedonia

2015 - Black Bow / Bttfck Srprs Rcrds
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Droner

2017 - Svart Records
  
Wrekmeister Harmonies
Wrekmeister Harmonies
Night of Your Ascension

2015 - Thrill Jockey Records
  

Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique