chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
150 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sabaton - The Great War

Chronique

Sabaton The Great War
Derrière un groupe qui peut sembler bien simpliste se cache en réalité une mini-étude de cas sur la façon dont nous autres, amateurs de metal, jugeons les groupes que nous connaissons et que nous écoutons parfois. En effet, depuis sa formation en 1999 (vingt ans déjà!), Sabaton n'a eu de cesse de déchirer ceux qui s'intéressent suffisament à leur cas. Soupe fade sans intérêt novateur d'un côté, l'étiquette "power metal" faisant déjà office de premier obstacle, groupe génial et charismatique pour les autres. Pourtant, un groupe si bon, ou si mauvais, devrait faire l'unanimité des opinions? Ou du moins, une ligne directrice d'idées devrait s'en dégager? Rien, nothing, nada. Autour de Sabaton, c'est le flou. Pourtant, qu'on le veuille ou non, cette formation suédoise a su se distinguer de ses comparses en proposant un heavy/power metal à claviers très catchy, qui rappelle parfois les faits d'armes de groupes plus "pop" (et plus anciens...), le tout en nous montrant une passion indéfectible pour la guerre. Concept novateur pour les uns, summum du mauvais goût pour les autres, là aussi, ce choix artistique a déjà fait couler beaucoup d'encre par le passé. "Mais, ce qui compte, c'est qu'ils soient original dans leurs paroles!" c'est vrai qu'un groupe de metal a pour but premier d'être prof d'Histoire. "La guerre, c'est froid, c'est sombre. C'est l'apanage du black metal le plus sale, c'est ce genre qui lui correspond le mieux". Oui, tout le monde se souvient que les poilus fredonnaient "Fruhlingserwachen" d'Endstille au fond de leurs tranchées.

Vous voyez, à deux écoles, deux pensées, et deux réponses critiques correspondantes (elles-mêmes criticables!). Alors, comment s'en sortir? La réponse est toute simple, on s'en sort pas. On fait avec et on se contente d'écouter l'avis de chacun. Pour ma part, Sabaton ne part pas gagnant (pour ne pas dire qu'il a été le groupe que j'ai le plus détesté pendant un temps), me trouvant plutôt dans la catégorie de ceux qui prennent un malin plaisir, peut-être un peu immature certes, à le critiquer (les fans de metal sont très critiques vis-à-vis de leur genre, vous ne trouvez pas?). Mais si parler de guerre ou jouer un metal plutôt bon marché, facile d'accès, ne me gêne pas, c'est bien leur répétitivité que j'ai toujours critiquée chez eux. C'est simple: à mon goût, ce groupe n'a jamais proposé quelque chose à la hauteur de la réputation qui leur traîne aux pattes, n'hésitant pas à se reposer sur leur succès (comme on a pu le voir avec l'horrible "The Last Stand") au détriment de nouvelles fournées prometteuses, qui ont tout à faire encore, et qui s'échinent à sortir de l'ombre mais que les logos "Sabaton" ou "Powerwolf" éclipseront toujours plus ou moins. Musicalement, c'est les montagnes russes: je peux tantôt apprécier, voire adorer (comme sur "Heroes" par exemple) ou détester ("The Last Stand" déjà mentionné). Et les montagnes russes, vous connaissez le principe: après être retombé... on remonte.

Donc aujourd'hui, ce sera une chronique plutôt positive. Je n'attendais pas grand chose de cet album, les récents faits commerciaux du groupe (un dernier album fade au possible, une édition à 150 pruneaux avec un CHAR D'ASSAUT en gadget indispensable et un récent clip "Bismark" immonde et uniquement motivé par une sponsorisation de World of Warships...) ayant dissuadé mon esprit d'une quelconque réussite. Et pourtant...

Pourtant, on y trouve du bon, dans ce "The Great War". Non pas que le groupe rénove sa formule mais il semble ici l'adapter, la polir, au ton de l'événement. Avec un concept autour de la Grande Guerre, plus question de s'amuser, plus question de jouer un heavy joyeux et cheesy. Le premier des avertissements, c'est la pochette, avec ce soldat (britannique, à en croire sa tenue), se masquant les yeux pour se cacher de toutes les horreurs qui le hanteront pour le restant de ses jours. Quant à l'album, on y retrouve tout ce qui a fait l'identité de ce groupe: un chant particulièrement puissant et appuyé, une rythmique très Manowar-esque avec sa batterie lourde à en faire lever le poing, et des refrains mémorables, allant du passable ("82nd All the Way") à l'excellent ("Fields of Verdun", "The End of the War to Ends All Wars"). Ce power metal là, ce n'est pas celui de Gamma Ray ou, plus récemment, de Majestica, à nous bombarder de riffs épiques allant à 400 à l'heure. C'est celui des vieux groupes de heavy épique américain à la rythmique très binaire fonctionnant à grand renfort de power chords ou de choeurs synthétiques.

Et malgré une formule recyclée jusqu'à l'os et qui s'essouffle souvent bien vite, le groupe a su ici la transformer pour y mêler de nouvelles influences jusqu'à là jamais entendues, pour produire quelque chose d'un peu plus profond et qui prend un peu plus de forme - et c'est ça, le plus gros atout de ce disque. Par exemple, l'album possède sa propre outro, et quelle outro! Il aurait pu se conclure sur l'épique et tonitruant "The End of the War to Ends all Wars" mais non, il faut toujours viser plus grand, comme le soutient Joakim Brodén dans un texte de promo pour l'album, en ajoutant encore quelque chose après cette belle conclusion. Ce quelque chose, c'est l'outro "In Flanders Fields", chorale féminine adaptant le poème de John McCrae publié en 1915, détail ultime qui montre que le groupe a souhaité donner davantage de relief à son disque.

Les influences semblent donc se multiplier, et surtout, semblent être utilisées à bon escient. On pensera par exemple à "Fields of Verdun", reprise pas vraiment assumée de "Electric Eye" de Judas Priest et dont la tonalité globale, plus légère, s'apparente beaucoup plus au heavy traditionnel britannique. Au contraire, on pourra aussi citer des morceaux bien plus sombres et moins "power" dans sa définition stricto sensu comme avec la tonalité limite thrash de "The End of the War..." mais aussi "A Ghost in the Trenches", "Great War" ou le punchy "Devil Dogs". Le groupe citera également une fois ses inspirations speed-power germaniques avec "Seven Pilliars of Wisdom" et son côté speed. Certaines mélodies semblent même se dégager et adopter une teneur unique, à en croire le solo de "A Ghost in the Trenches" qui me rappelle la patte artistique des japonais frappés de Galneryus. Malheureusement, certains autres titres seront bien moins intéressants, à en croire l'opening "The Future of Warfare" et "The Attack of the Dead Men" dont rien à part leur refrain respectif semble se dégager.

Moi qui comptait vicieusement incendier ce disque avant même de l'avoir écouté, me voilà quelque peu déconcerté et, je dois le dire, assez honteux. En effet, ce "The Great War", propose un contenu nettement plus intéressant que son prédécesseur. Sans forcément se montrer très novateur ou renversant, il aura au moins le mérite de proposer un contenu honnête qui saura (enfin!) satisfaire des gens autres que sa simple fanbase.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

andreas_hansen citer
andreas_hansen
22/07/2019 23:09
Sebathan a écrit : Dire que ce groupe finira tete d'affiche dans les années à venir, je me dis que la relève est vraiment pas terrible ...

Il l'est pas déjà? Mr Green
Sebathan citer
Sebathan
22/07/2019 22:35
Dire que ce groupe finira tete d'affiche dans les années à venir, je me dis que la relève est vraiment pas terrible ...
dantefever citer
dantefever
22/07/2019 20:13
MoM a écrit : Sabaton sont des show men, basta, et chaque album me paraît comme les leçons à apprendre avant l'interro : c'est pénible sauf si tu aimes la matière enseignée et, le jour J, tu t'éclates, tu roules sur tout parce que tu connais tout par coeur.

Clairement pas un groupe qui m'est destiné, car beaucoup trop large dans son ratissage, et trop campé sur des positions de grand 8 ("non mais tu comprends, c'est le seul groupe où le batteur joue sur UN TANK" XD) si bien qu'hormis leur spectacle, la musique ne tient pas seule.
Mais ils proposent une autre facette. Et dans le Metal tous publics ultra lisse, eh bien ils font un bon taff.

Mais, voilà, c'est pas du gros Metal. Et ceux qui se la jouent culture Metal en allant voir Sabaton qu'au Hellfest, puis plus rien de l'année, ceux-là de toute façon n'écouteront plus de Metal une fois passée la trentaine, si ce n'est moins. Donc, voilà, le tri se fait naturellement Clin d'oeil


Détrompe toi, j'ai vu des tonnes de dans du groupe ayant passé les 40 ou 50 ans ...

Jean-Clint a écrit : Pareil que les autres commentaires, je n'ai jamais pu encadrer ce groupe, musicalement je trouve ça insupportable tant ça me parait synthétique à mort. Par contre sur scène il faut reconnaître que ça envoie même si le show prime sur la musique Mr Green


Vrai pour le show
Jean-Clint citer
Jean-Clint
22/07/2019 18:07
Pareil que les autres commentaires, je n'ai jamais pu encadrer ce groupe, musicalement je trouve ça insupportable tant ça me parait synthétique à mort. Par contre sur scène il faut reconnaître que ça envoie même si le show prime sur la musique Mr Green
MoM citer
MoM
22/07/2019 18:35
Sabaton sont des show men, basta, et chaque album me paraît comme les leçons à apprendre avant l'interro : c'est pénible sauf si tu aimes la matière enseignée et, le jour J, tu t'éclates, tu roules sur tout parce que tu connais tout par coeur.

Clairement pas un groupe qui m'est destiné, car beaucoup trop large dans son ratissage, et trop campé sur des positions de grand 8 ("non mais tu comprends, c'est le seul groupe où le batteur joue sur UN TANK" XD) si bien qu'hormis leur spectacle, la musique ne tient pas seule.
Mais ils proposent une autre facette. Et dans le Metal tous publics ultra lisse, eh bien ils font un bon taff.

Mais, voilà, c'est pas du gros Metal. Et ceux qui se la jouent culture Metal en allant voir Sabaton qu'au Hellfest, puis plus rien de l'année, ceux-là de toute façon n'écouteront plus de Metal une fois passée la trentaine, si ce n'est moins. Donc, voilà, le tri se fait naturellement Clin d'oeil
andreas_hansen citer
andreas_hansen
22/07/2019 17:05
Bah, je savais que postant un article comme ça sur Thrashocore, j'allais être en nette minorité, c'est peut être le dernier endroit pour parler d'un groupe pareil, mais bon, il en faut pour tous les goûts et toutes les couleurs. Moqueur
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
22/07/2019 15:59
Pareil, peux pas les saquer
dantefever citer
dantefever
22/07/2019 15:46
Keyser a écrit : J'exècre ce groupe de toute mon âme Mr Green

La même putain
Keyser citer
Keyser
22/07/2019 13:37
J'exècre ce groupe de toute mon âme Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sabaton
Heavy/power metal
2019 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (12)  7.08/10

plus d'infos sur
Sabaton
Sabaton
Heavy/power metal - 1999 - Suède
  

vidéos
Great War
Great War
Sabaton

Extrait de "The Great War"
  
Fields of Verdun
Fields of Verdun
Sabaton

Extrait de "The Great War"
  
82nd All the Way
82nd All the Way
Sabaton

Extrait de "The Great War"
  

tracklist
01.   The Future of Warfare  (03:26)
02.   Seven Pilliars of Wisdom  (03:02)
03.   82nd All the Way  (03:31)
04.   The Attack of the Dead Men  (03:56)
05.   Devil Dogs  (03:17)
06.   The Red Baron  (03:22)
07.   Great War  (04:28)
08.   A Ghost in the Trenches  (03:26)
09.   Fields of Verdun  (03:17)
10.  The End of the War to End All Wars  (04:45)
11.   In Flanders Fields  (01:57)

Durée : 38:27

line up
parution
19 Juillet 2019

voir aussi
Sabaton
Sabaton
Attero Dominatus

2006 - Black Lodge Records
  

Essayez aussi
Children Of Bodom
Children Of Bodom
Hexed

2019 - Nuclear Blast Records
  
Garagedays
Garagedays
Dark And Cold

2011 - Massacre Records
  
Heretic
Heretic
From The Vault... Tortured And Broken (Compil.)

2013 - Metal Blade Records
  
Anthrax
Anthrax
For All Kings

2016 - Megaforce Records
  
Mystic Prophecy
Mystic Prophecy
Ravenlord

2011 - Massacre Records
  

METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique
Fifth Angel
Third Secret
Lire la chronique
Undergang
Den Gobbelte Grav (EP)
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique