chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
124 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Chiens - Trendy Junky

Chronique

Chiens Trendy Junky
Les amateurs de musique qui tabasse, tout comme ceux suivant l'actualité de la scène Française, auront probablement déjà vu passer le nom de Chiens. Active depuis 2009, la formation s'est rendue coupable de méfaits tous aussi courts que décapants, que ce soit en solitaire ou en bonne compagnie sur split albums : ACxDC, The Afternoon Gentlemen, Whoresnation... Pour être tout à fait honnête, je suivais leur évolution d'assez loin, trouvant que l'efficacité monstrueuse du combo était handicapée par un son un poil trop cru pour mes oreilles, pourtant rompues aux pires saloperies. Ca ne s'explique pas.

Par contre, j'ai toujours gardé une sympathie énorme pour la formation, d'une part à cause de leur nom, de l'autre parce que leur vocaliste, Jubs, m'avait déjà fait saigner les oreilles au sein d'Herpes de Crachat de Fillette, groupe qui n'a jamais aussi bien porté son nom. Et ayant, j'en suis persuadé, marqué bon nombre d'amateurs de sensations fortes - je me souviens encore de la rubrique de Zoltar, dans Metallian (ou Hard'N'Heavy, ma mémoire me fait défaut), où ce dernier vantait les mérites, mi-amusé mi-dégoûté, de leur split avec Solstis.

"Trendy Junky", enregistré et sorti pour soutenir la tournée du trio en Amérique du Nord, s'impose à moi comme ce que Chiens a pu faire de mieux. Non pas que je crache sur le reste de leur discographie, plus qu'honorable et hautement recommandable. Mais ce court opus a bénéficié des soins les plus diligents, mis au service de la production, gonflée comme jamais - enfin à la hauteur de la hargne du combo.

Dix titres-uppercuts pour moins de dix minutes. Pas le temps de s'ennuyer. D'autant que Chiens ne se contente pas de bourrer bêtement tout du long... Simplement venu prendre une raclée, j'ai pris double tarif avec supplément. Des déflagrations que sont "David Hasseloffman" où "Punk Fluid" (me rappelant un peu le stop'n'go PV des regrettés Jesus Cröst), de la hargne absolument Punk d'un "France de Merde" jusqu'au rythmiques plus posées du final "We Are Aids", presque dissonant, le cahier des charges est rempli. D'autant que, pour ne rien gâcher, les gonzes savent jouer. Jubs s'égosille à s'en faire saigner la gorge, tout en hystérie communicative, Sacha déboîte son kit avec une endurance qui force le respect, et Michol dispense des riffs tantôt délicieusement débiles, tantôt bien plus corrosifs (savoureux duo complété par la voix sur "David Hasseloffman", justement) qui relèvent bien la sauce. Tout ceci mélangé pousse au replay immédiat après écoute. La marque d'un attentat Grindcore réussi, en somme.

C'est d'ailleurs son seul défaut. "Trendy Junky" est bien trop court, même pour un obus de Grind. Les titres s'enchaînent à merveille, la branlée est si pure, si parfaitement musclée par ce son aux oignons, que je n'aurais pas craché sur un peu de rab'. Néanmoins, pas de glaviot dans la soupe, les canidés restent fidèles à leur ligne de conduite en nous délivrant une explosion pure et simple de Grindcore mâtiné juste ce qu'il faut de Powerviolence. Une sortie idéale pour se rappeler que la France n'a pas à rougir face aux ténors du genre, loin de là.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
27/07/2019 10:37
Tu cites Herpès de Crachat de Fillette, je me dois donc de checker ça !
Raziel citer
Raziel
27/07/2019 10:19
J'adore ce groupe.
Autant je reste hyper sélectif dans le grind comme dans le death, autant Chiens me donne l'impression de développer un truc à part, complément fou mais très structuré en même temps. J'approuve le côté très punk de leurs morceaux. Mais j'avoue aussi que le batteur envoie sévère, bien carré.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Chiens
Grindcore/Powerviolence
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Chiens
Chiens
Grindcore/Powerviolence - France
  

tracklist
01.   Trendy Junky  (00:49)
02.   Dégage!  (00:36)
03.   David Hasseloffman  (00:32)
04.   Victims Of Victims  (01:18)
05.   Punk Fluid  (00:35)
06.   Knife Party  (00:54)
07.   France De Merde  (00:48)
08.   Rehab  (00:42)
09.   Fake Punk Is Not Dead  (00:45)
10.   We Are Aids  (01:53)

Durée : 8:52

line up
parution
31 Mai 2019

Essayez aussi
Jesus Cröst
Jesus Cröst
Tot

2009 - Bones Brigade Records
  
Magrudergrind
Magrudergrind
Magrudergrind

2009 - Willowtip Records
  
Dead In The Dirt
Dead In The Dirt
The Blind Hole

2013 - Southern Lord Recordings
  
ACxDC
ACxDC
The Second Coming (EP)

2011 - Autoproduction
  

Surprise de l'année
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique