chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cerebral Rot - Odious Descent Into Decay

Chronique

Cerebral Rot Odious Descent Into Decay
Devinez qui a jeté son dévolu sur les Américains de Cerebral Rot après cette première démo dont je vous avais parlé à l’automne dernier ? Et bien c’est encore une fois le label 20 Buck Spin qui, en bon limier, n’en finit plus de faire parler ces dernières semaines/mois/années grâce à des sorties toutes plus recommandables les unes que les autres. Un flair particulièrement aiguisé qui fait aujourd’hui du label originaire de Pennsylvanie l’une des structures les plus intéressantes à suivre ces dernières années (mais je crois que je vous l’ai déjà dit).
Après la sortie de cette première démo ayant récolté à l’époque pléthore de retours positifs, le groupe dans lequel on retrouve des membres de Fetid (autre formation signée sur 20 Buck Spin Records), Excarnated Entity, Cauterized et Crurifragium s’est attelé sans tarder à la composition de son premier album. Intitulé Odious Descent Into Decay celui-ci part néanmoins avec un petit handicap qui en général a le don de m’agacer puisque l’on retrouve trois titres issus de cette fameuse première démo ("Cerebral Rot", "Putrefaction (Eternal Decay)" et "Primordial Soup Of Radioactive Sewage"). Ce sont ainsi six nouvelles compositions que se proposent de nous offrir Cerebral Rot ce qui, en soit, n’est déjà pas si mal.

Si vous n’avez encore jamais posé vos oreilles sur la musique de Cerebral Rot et bien sachez que le groupe a pris grand soin de choisir une artiste capable de retranscrire visuellement ce qui se passe dans votre esprit une fois la touche "Play" enfoncée et les yeux fermés. S’il s’agit ici de sa première commission pour un groupe de Death Metal (selon Metal Archives), Karina Monzon n’en demeure pas moins influencée par le travail de Turkka G. Rantanen dont les réalisations ont marqué la scène finlandaise dans les années 90 (Demilich, Demigod, Depravity...). Un clin d’œil qui n’est certainement pas anodin au regard de ce Death Metal putride et marécageux qui n’hésite pas à prendre racine de ce côté-ci de la Scandinavie.

De fait, rien n’a vraiment changé du côté de Cerebral Rot qui se contente de reprendre les choses là où il les avait laissés quelques mois auparavant à l’image de cette production qui, si elle a tout de même gagné en lourdeur et en précision, conserve cette âpreté (notamment ces guitares qui vous feront saigner les oreilles) et ce côté particulièrement dépouillé qui sied à merveille à ce genre de Death Metal d’un autre temps (pas de chichi, une grosse caisse qui flotte et une caisse-clair qui claque juste comme il faut). Un Death Metal qui partage son temps entre séquences mid-tempo baveuses au groove bien souvent irrésistible ("Odious Descent Into Decay" à 1:53, "Swamped In Festering Excrementia" à 1:07, le début de "Reeking Septic Mass", "Sardonic Repentance" à 2:04, etc) et accélérations bas du front touchées par la grâce perfide de Satan ("Odious Descent Into Decay" à 4:27, "Swamped In Festering Excrementia" à 2 :36, les premières mesures de "Cerebral Rot" et "Repulsive Infestation Of Cadaver", "Putrefaction (Eternal Decay)" à 2:58...). Difficile dans tous les cas de rester de marbre face à de tels passages aussi efficaces taillés pour rendre dingue n’importe quel amateur de Death Metal à l’ancienne. Entre ces riffs sinistres et nauséabonds, cette batterie rampante capable pourtant de bondir dès qu’il le faut, cette basse saturée et ce growl venu des entrailles de la terre, le cahier des charges est parfaitement rempli. Sans parler de ces quelques leads absolument démoniaques que le groupe avait jusque-là gardés secret. Des leads tordus, vibrants et déglingués qui à leur manière vont nourrir les atmosphères marécageuses délivrées par Cerebral Rot avec quelque chose d’encore un peu plus dérangé et dérangeant (la fin de "Odious Descent Into Decay", "Swamped In Festering Excrementia" à 1:52 et 3:12, "Repulsive Infestation Of Cadaver" à 1:31). Aussi fugaces soient-ils, ils apportent en tout cas une véritable personnalité aux compositions des Américains tout comme ces solos qui épousent également (mais dans une moindre mesure) ces mêmes harmonies hallucinées.

Attendu au tournant après une première démo particulièrement réussie dans un genre pour le moins balisé, ce premier album de Cerebral Rot vient confirmer les doigts dans le nez qu’il est désormais un groupe sur lequel il faudra compter, capable de prendre à son compte une formule vieille comme le monde et de se l’approprier pour sortir quelque chose de plutôt personnel. Certes, Odious Descent Into Decay ne révolutionnera pas le monde de la musique mais les amateurs éclairés de Death Metal y trouveront néanmoins par petites touches des éléments intéressants permettant tout de suite d’identifier Cerebral Rot parmi la cohorte de groupes évoluant dans ce genre de Death Metal rampant et marécageux. Et si ce premier album ne constitue pas véritablement une surprise (bah oui, je vous avais quand même prévenu en octobre dernier), il n’en reste pas moins l’un des meilleurs sortis cette année grâce à ces atmosphères baveuses et putrides, à ce groove et ces accélérations ultra efficaces et à ces riffs/leads/solos particulièrement bien sentis qui devraient vous filer la chair de poule. Une chose est sure, voilà un disque qui aura sa place en fin d’année à l’heure des bilans.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Sim citer
Sim
17/10/2019 09:18
note: 8/10
Høsty a écrit : Il souffre beaucoup de la comparaison avec le Fetid et surtout avec le Mortiferum.
En tout cas 20 Buck Spin est vraiment de plus en plus recommandable effectivement !


Ouais il est quand même pas mal similaire au Fetid mais plus bourrin et classique dans les tempi je trouve. Après la prod fait la différence, le Fetid est bien plus baveux, sludgy.

(C'est Profound Lore Records le dernier Mortiferum, sympa mais sans plus je trouve)
Høsty citer
Høsty
16/10/2019 10:54
note: 7/10
Un bon album, mais je rejoins tout de même Keyser et Jean-Clint pour dire qu'il n'est pas vraiment marquant. Il souffre beaucoup de la comparaison avec le Fetid et surtout avec le Mortiferum.
En tout cas 20 Buck Spin est vraiment de plus en plus recommandable effectivement !
AxGxB citer
AxGxB
16/08/2019 20:51
note: 8.5/10
Sim a écrit : Je l'ai enfin écouté ! Pas déçu en tous cas. Toujours ce feeling Fetid/scène finlandaise bien présent, vraiment cool avec une ambiance bien crade qui me rappelle pas mal Autopsy (le début de Sardonic Repentance). Bonne durée ce qui le rend encore plus addictif, j'ai hâte qu'il arrive en dur pour mieux admirer la couverture !
Ça aurait été juste parfait pour le Killtown ce groupe, dégoûté ahah


Enfin quelqu’un de bon goût Mr Green ! Ouais, carrément que ça colle à l’affiche. Je croise les doigts pour l’année prochaine !
Sim citer
Sim
16/08/2019 11:07
note: 8/10
Je l'ai enfin écouté ! Pas déçu en tous cas. Toujours ce feeling Fetid/scène finlandaise bien présent, vraiment cool avec une ambiance bien crade qui me rappelle pas mal Autopsy (le début de Sardonic Repentance). Bonne durée ce qui le rend encore plus addictif, j'ai hâte qu'il arrive en dur pour mieux admirer la couverture !
Ça aurait été juste parfait pour le Killtown ce groupe, dégoûté ahah
Jean-Clint citer
Jean-Clint
13/08/2019 13:28
note: 6.5/10
Du bon Death sympathique et sans prétention qui fait le métier, mais je trouve quand même que ça s'essouffle un peu sur la durée à cause de plans assez similaires.
Keyser citer
Keyser
12/08/2019 15:44
Je ne l'ai écouté qu'une fois et il ne m'avait pas du tout marqué, j'avais trouvé ça chiant. Je vais retenter du coup.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cerebral Rot
Death Metal
2019 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7.17/10
Webzines : (3)  6.11/10

plus d'infos sur
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Death Metal - 2016 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Odious Descent Into Decay  (07:01)
02.   Swamped In Festering Excrementia  (04:47)
03.   Reeking Septic Mass  (04:21)
04.   Cerebral Rot  (03:54)
05.   Putrefaction (Eternal Decay)  (04:18)
06.   Sardonic Repentance  (07:06)
07.   Repulsive Infestation Of Cadaver  (03:43)
08.   Primordial Soup Of Radioactive Sewage  (03:44)
09.   Foul Stench Of Ruination  (06:33)

Durée : 45:27

line up
parution
16 Août 2019

voir aussi
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)

2018 - Parasitic Records
  

Essayez aussi
Nile
Nile
Vile Nilotic Rites

2019 - Nuclear Blast Records
  
Gruesome
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)

2017 - Relapse Records
  
Firespawn
Firespawn
Abominate

2019 - Century Media Records
  
Scorched
Scorched
Ecliptic Butchery

2018 - 20 Buck Spin Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Stillborn

1993 - Roadrunner Records
  

French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Batisseurs de Cathédrales :...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique