chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
135 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Memoriam - Requiem For Mankind

Chronique

Memoriam Requiem For Mankind
Débarrassé de ma chronique du pénible The Silent Vigil, je peux enfin me pencher sur celle de Requiem For Mankind qui me faisait quand même beaucoup plus envie. Comme je l’expliquai il y a encore peu de temps, j’ai été particulièrement peu emballé par le contenu de ce deuxième album à tel point que je ne me faisais absolument aucune illusion au sujet de ce Requiem For Mankind dont la sortie était annoncée pour le mois de juin, soit un tout petit peu plus d’un an après celle de The Silent Vigil. Un rythme de parution particulièrement soutenu qui après cette petite déconfiture ne laissait rien présager de bon.
Sauf que voilà, en dévoilant mi-avril le titre "Shell Shock" en guise de premier extrait, les petits gars de Memoriam sont gentiment venus me rappeler qu’ils n’étaient pas nés de la dernière pluie et qu’il serait judicieux de ma part de revoir mon jugement et de ne pas les enterrer aussi rapidement. Car ces derniers ont beau jouer leurs troisième mi-temps, ils n’en ont pas dit leur dernier mot pour autant. Une piqûre de rappel qui s’est fait accompagner quelques semaines plus tard par le tout aussi convaincant "Undefeated", deuxième extrait qui finissait ainsi de me convaincre de jeter une oreille à ce disque dès que j’en aurais l’occasion.

Ainsi ragaillardi, je nourrissais de manière presque involontaire l’espoir d’une certaine cohérence entre ces deux morceaux lâchés en pâture et le reste de l’album même si, pour être tout à fait honnête, je ne me faisais pas trop d’illusions... Aussi, qu’elle n’a pas été ma surprise de constater que que ce Requiem For Mankind tenait en fait particulièrement bien la route là où ses deux prédécesseurs montraient bien vite des signes de faiblesses. Alors comment expliquer ce revirement de situation ? Et bien il y a plusieurs raisons à cela :

La première et probablement la plus évidente concerne la production signée cette fois-ci des mains de Russ Russell. En trois albums, Memoriam aura ainsi changé à trois reprises de studios et de producteurs. Faut-il y voir le signe d’une grande insatisfaction ou tout simplement l’envie de se créer de nouvelles opportunités ? Toujours est-il que le groupe anglais n’a pas souhaité renouveler l’expérience avec ces précédents camarades de studios, optant après James Pitts et Jon Dewsbury pour un producteur nettement plus expérimenté. En effet, ce dernier n’en est pas à son premier coup d’essai puisqu’il a déjà collaboré avec des groupes comme Amorphis, At The Gates, Belligerent Intent, Dimmu Borgir, Napalm Death, Lock Up, Vallenfyre et bien d’autres encore. Un CV qui en dit long sur ses compétences et qui va permettre à Memoriam de gagner enfin en puissance là où le groupe a toujours grandement souffert de ce côté particulièrement "fatigué". Cette production beaucoup plus musclée va clairement renforcer l’impact que peuvent avoir ces nouvelles compositions, faisant au passage de Requiem For Mankind l’album de Memoriam se rapprochant le plus d’un Bolt Thrower.
La seconde est assurément ce regain de vitalité qui touche aujourd’hui monsieur Karl Willetts. Fatigué lui aussi, son chant n’était jusque-là pas des plus convaincants et on sentait clairement le poids des années sur sa voix qui n’avait plus grand-chose à voir avec celle de ses débuts. L’homme n’a jamais été un growleur comme le sont (ou l’ont été) Craig Pillard, Mikael Åkerfeldt, John Tardy ou George Fisher mais son chant n’avait pourtant jamais manqué de puissance dans ce registre plus intelligible qui est le sien. Seulement depuis l’aventure Memoriam, on sentait que l’Anglais n’en avait plus vraiment sous le pied, donnant bien plus l’impression d’un chanteur de Punk/Crust à la voix éraillée qu’un chanteur de Death Metal digne de ce nom. Doit-on également ce changement au producteur Russ Russell ? En tout cas, cette puissance retrouvée fait évidemment plaisir à entendre et ne pouvait pas mieux tomber, gagnant ainsi cette virilité qui leur faisait jusque-là terriblement défaut.
La troisième la qualité des riffs dispensés par Scott Fairfax. Si j’avais mis celui-ci en défaut sur The Silent Vigil, ce n’est pas du tout le cas ici. Pourtant, on ne peut pas dire que le bonhomme ait changé quoi que ce soit à sa formule (toujours très largement inspirée par le riffing de Gavin Ward et Barry Thomson) mais au moins, on ne sent pas la gêne monter à l’écoute de certains de ses riffs. Au contraire, on retrouve même l’aspect fier et conquérant caractérisant les productions du regretté groupe de Coventry. C’est flagrant dès le morceau d’ouverture, l’excellent "Shell Shock" rendu encore plus savoureux par ces mélodies amères et désabusées qui auraient très bien pu trouver leurs place sur un album comme …For Victory. D’ailleurs, on sent qu’un travail a été fait sur le sujet avec, sur quelques titres comme "Never The Victim", "Refuse To Be Led" ou l’instrumental "Interment", des mélodies bien plus présentes qu’auparavant mais aussi plus lumineuses que celles d’un Bolt Thrower. On ne parlera donc certainement pas de grands bouleversements mais Requiem For Mankind est assurément l’album où Scott Fairfax s’est montré pour le moment le plus inspiré.
Enfin, on remarque également que Memoriam a quelque peu allégé son propos. Avec des morceaux qui désormais ne dépassent pas les six minutes, le groupe a clairement gagné en dynamisme alors que dans l’ensemble il ne va pas nécessairement plus vite qu’auparavant (on pourrait même dire qu’il y a encore un peu trop de mid-tempo). Mieux dosées, ces nouvelles compositions ne donnent jamais le sentiment de traîner en longueur, chose qui faisait jusque-là clairement défaut à Memoriam notamment sur son prédécesseur plombé en partie par une durée bien trop excessive (certains titres affichant tout de même plus de sept minutes au compteur...).

Sans grande discussion possible, ce troisième album des darons de Memoriam est clairement leur meilleur à ce jour. Si certains défauts exprimés dans mes deux chroniques précédentes sont toujours d’actualité ici (ça pourrait quand même aller un peu plus vite, surtout avec un ancien Sacrilege impliqué dans cette affaire), ils sont néanmoins gommés par les gros progrès réalisés ici. Plus inspiré, mieux rythmé et servi par une production plus aboutie, Requiem For Mankind dame le pion sans difficulté à ses deux prédécesseurs et hisse enfin Memoriam parmi les groupes véritablement digne d’intérêt alors qu’il ne se destinait jusque-là qu’aux amoureux inconditionnels de Bolt Thrower manquant parfois suffisamment de clairvoyance pour ne pas voir que les Anglais faisaient parfois un peu de peine à voir et à entendre. C’est aujourd’hui chose corrigée et on espère que le groupe sera capable de continuer sur cette lancée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
10/08/2019 16:25
note: 6/10
Bon pour le service.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
09/08/2019 13:14
note: 7.5/10
Clairement le meilleur album du groupe (ça n'est pas très difficile en même temps) où celui-ci se décide enfin se lâcher un peu plus et oublier ainsi ses rythmiques pantouflardes et linéaires. Certes il y'a des morceaux anodins et passe-partout mais d'autres bien plus intéressants et agréables, alors oui on est encore loin de l'accroche de BOLT THROWER mais on s'y rapproche un peu plus sur ce coup-là

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Memoriam
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  6.5/10
Webzines : (8)  7.77/10

plus d'infos sur
Memoriam
Memoriam
Death Metal - 2015 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Shell Shock  (05:48)
02.   Undefeated  (04:11)
03.   Never The Victim  (05:05)
04.   Austerity Kills  (04:01)
05.   In The Midst Of Desolation  (04:35)
06.   Refuse To Be Led  (05:24)
07.   The Veteran  (04:51)
08.   Requiem For Mankind  (05:08)
09.   Fixed Bayonets  (05:13)
10.   Interment  (03:47)

Durée : 48:03

line up
parution
21 Juin 2019

voir aussi
Memoriam
Memoriam
For The Fallen

2017 - Nuclear Blast Records
  
Memoriam
Memoriam
The Silent Vigil

2018 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Uncanny
Uncanny
The Path Of Flesh (EP)

2012 - Dark Descent Records
  
Necronaut
Necronaut
Necronaut

2010 - Regain Records
  
Vomitory
Vomitory
Terrorize Brutalize Sodomize

2007 - Metal Blade Records
  
Tribulation
Tribulation
The Children Of The Night

2015 - Century Media Records
  
Deathcult
Deathcult
Demo MMXII (Démo)

2012 - Invictus Productions
  

METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique
Fifth Angel
Third Secret
Lire la chronique
Undergang
Den Gobbelte Grav (EP)
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique