chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Torche - Admission

Chronique

Torche Admission
Il est tentant de promulguer Admission comme le disque où Torche s’épanouit et s’émancipe. Cette pochette signée Richard Vergez, ainsi qu’une campagne promotionnelle proclamant ce disque comme « un nouveau chapitre » marquant, entre autres, un changement de poste et l’arrivée d’un nouveau membre après le départ d’Andrew Elstner (Jon Nuñez s’occupant désormais de la guitare, tandis que Eric Hernandez de Wrong prend sa place à la basse), donnent envie d’acclamer la formation comme étant enfin arrivée à maturité. Cette bonne blague : cela fait un moment que la bande de Miami a atteint un certain pic dans son style particulier, au moins depuis l’explosion Harmonicraft ! Aussi accrocheuse qu’originale dès ses débuts, elle n’a fait que tracer sa propre route, donnant à chaque nouvelle œuvre une sensation assez différente de la précédente rencontre pour alimenter l’envie de tracer un bout de route en sa compagnie.

Et Admission ne change rien à cela. Comment résister à ce disque, contenant à la fois tout ce que j’aime chez ce groupe tout en allant un peu plus loin dans cette mélancolie réconfortante décelable sur Restarter ? Finies les années lycée, Torche vieillit et se fait toujours plus contemplatif, tout en gardant cet amour pour le jouissif qui le caractérise (cf. l’exutoire « From Here » ou encore ce batteur autoritaire le long de ces nouvelles trente-six minutes). Poussant davantage son appropriation des années 90, il offre à l’amateur des titres frôlant noise-rock et post-hardcore bataillant de leurs meilleures acrobaties en skateboard (« Slide », « On the Wire ») jusqu’à s’écrouler, épuisé mais heureux, dans le shoegaze le plus tendre (le morceau-titre, « Times Missing »). Menées par le chant vaporeux de Steve Brooks, ces onze compositions mélangent l’énergie sauvage des créateurs de Meanderthal (Hé ! On ne s’invente pas bourgeois du jour au lendemain) avec une finesse que seule l’expérience apporte.

Ce qui, paradoxalement, fait que j’ai du mal à m’enthousiasmer pour ce longue-durée autant que durant Harmonicraft et Restarter. Ne vous y trompez pas, Torche reste pour moi, dans cette case rare des formations parvenant à allier fond et forme, classe et profondeur, accroche et sentiments, un élément de choix, jusqu’à me pousser à militer pour lui auprès de chaque personne ayant le malheur de ne pas encore écouter les Ricains. Seulement, du haut de sa montagne personnelle, il ne semble ni vouloir redescendre (ouf, voilà qui serait bien pire !), ni chercher d’autres hauteurs à gravir, préférant contraster ses dessins sans y tracer de nouvelles lignes. Cela marchait (et marche toujours) lors de Restarter et sa tristesse avançant masquée ; cela marche un peu moins sur Admission et ses charges aussi directes et travaillées que peu surprenantes pour le fanatique de longue date. Loin d’être une caricature d’elle-même, la troupe n’en reste pas moins ici aussi qualitative que circonscrite à son domaine d’expertise.

Ceci posé, il n’y a rien à redire et tout à prendre au sein de cette succession de grands moments qu’est Admission. Loin de mettre une moue sur notre visage, Torche fait toujours s’extasier en sa compagnie lors de la surprenante salve « Extremes of Consciousness » par exemple. Plus des questionnements que de réels défauts en somme, les Floridiens ayant atteint ce niveau où il n’y a certes rien à critiquer, mais où le fait qu’ils fassent se poser quelques questions est déjà en soi un peu de trop. Peut-être que le titre final, « Changes Come », est-il annonciateur d’accomplissements futurs ? Pourquoi ne pas rêver, notamment à voir se réaliser pleinement cette étrange sensation d’avoir ici le frère optimiste de Helmet et 16 ? En attendant, Admission sera un ami de choix pour vous faire vivre un été digne de ce nom, et c’est déjà plus que ce que l’on mérite ! Admis, haut la main.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
05/08/2019 23:09
Bien sympa ! Dans ma playlist pour l'été
gulo gulo citer
gulo gulo
04/08/2019 09:34
Non non, j'aime beaucoup Nothing, dans le genre shoegaze de chauffeurs-livreurs mal rasés.
Là c'est l'effet (très) gros son + déodorant + pas d'émotion autre que la satisfaction profonde de tout cela (le choix du déo, la netteté du rasage des pattes, la teinte pastel du chandail...).
lkea citer
lkea
04/08/2019 09:29
gulo gulo a écrit : aseptisé

shoegaze hein ? J'ai rien contre, mais je suis un peu inquiet pour la suite, comme sous-entendu.
gulo gulo citer
gulo gulo
04/08/2019 09:21
Cette flemme d'entrer dedans ; toutes proportiosn gardées, il m'a paru presque aussi aseptisé dans sa puissance que le disque reformation de Floor.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Torche
Stoner / Rock / Pop
2019 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.29/10

plus d'infos sur
Torche
Torche
Stoner / Rock / Pop - 2004 - Etats-Unis
  

vidéos
Admission
Admission
Torche

Extrait de "Admission"
  
Slide
Slide
Torche

Extrait de "Admission"
  

tracklist
01.   From Here
02.   Submission
03.   Slide
04.   What Was
05.   Times Missing
06.   Admission
07.   Reminder
08.   Extremes of Consciousness
09.   On the Wire
10.   Infierno
11.   Changes Come

Durée : 36 minutes 10 secondes

line up
parution
12 Juillet 2019

voir aussi
Torche
Torche
Restarter

2015 - Relapse Records
  
Torche
Torche
Harmonicraft

2012 - Volcom Entertainment
  
Torche
Torche
Songs For Singles (EP)

2010 - Hydra Head Records
  

Essayez aussi
Elder
Elder
The Gold & Silver Sessions (EP)

2019 - Blues Funeral Recordings
  
Baroness
Baroness
Red Album

2007 - Relapse Records
  
Witchcraft
Witchcraft
The Alchemist

2007 - Rise Above Records
  
Entombed
Entombed
Same Difference

1998 - Threeman Recordings
  
Down
Down
Down II
(A Bustle In Your Hedgerow)

2002 - Elektra Records
  

Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique