chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Carnal Tomb - Abhorrent Veneration

Chronique

Carnal Tomb Abhorrent Veneration
Quasiment trois ans jour pour jour après la sortie du très bon « Rotten Remains » les berlinois sont enfin de retour avec ce très attendu successeur, tant ils donnaient l’impression de posséder un potentiel important qui ne demandait qu’un soupçon d’expérience supplémentaire pour exploser totalement. Après de nombreux concerts chez eux comme à l’étranger, et un Split aux côtés de SOULROT, ECTOPLASMA, ROTTEN HATE et ANARCHOS, les voici qui reviennent auréolés d’une signature chez leurs compatriotes de Testimony Records et d’un nouveau guitariste qui a déjà eu le temps de prendre ses marques. Pour le reste rien n’a changé ou presque, le groupe a pris de la bouteille et pratique toujours un Death Metal à l’ancienne particulièrement gras et putride où vitesse et lenteur ne cessent de se croiser dans tous les sens. Si le précédent opus pouvait pêcher par un certain manque de maturité il n’en est rien ici, et ce second épisode le surpasse largement car il est beaucoup plus dense notamment via les solos du dernier arrivé, dont la patte technique et mélodique va se révéler précieuse. En plus de cela l’autre force de ce disque est la longueur de ces morceaux qui sont certes peu nombreux mais ne descendent jamais sous les cinq minutes, laissant ainsi le temps de dévoiler leur univers global et de pouvoir placer les diverses influences de ses géniteurs.

Cela est d’ailleurs flagrant dès les premières notes du redoutable « Putrid Fumes », où l’équilibre entre brutalité et lourdeur s’avère particulièrement bien foutu, car après un long démarrage où ça tabasse vite et fort la suite va progressivement lever le pied entre mid-tempo parfait pour headbanguer et passages plus posés. Ces deux parties voient en plus l’apparition au micro de David Mikkelsen (UNDERGANG, PHRENELITH) qui sans amener un supplément majeur à l’ensemble mérite quand même d’être signalé, et on sent naturellement que de biens belles choses vont arriver tout au long de l’écoute. L’équilibre des forces va aussi être majoritaire sur cette galette, et cela va se retrouver un peu plus loin tout d’abord avec l’excellent « Cryptic Nebula » (qui conjugue riffing rampant avec une noirceur particulièrement proéminente), ainsi que sur le tout aussi agréable « Amid The Graves » (très classique sur la forme mais à l’accroche immédiate) qui vont cartonner sur scène tant leurs variations font mouche. D’ailleurs on se rend compte que les allemands ont progressé également dans ce domaine, les cassures plus nombreuses se font plus fluides que dans un passé proche, le summum étant atteint avec le tentaculaire « Feeding Mold » qui passe son temps à jouer les montagnes russes. S’ils misent sur le grand-écart les passages intermédiaires sont eux-aussi comblés avec brio, remplissant de fait leur mission d’aérer l’ensemble au maximum afin d’offrir une ambiance suffocante et surtout glaciale, sentiment qui atteint son paroxysme sur le monstrueux « Sepulchral Descent ». Naviguant dans un registre très suédois l’ambiance ici se fait aussi neigeuse que l’hiver de ce pays, sans pour autant se montrer redondante grâce à une multitude de variations subtilement disséminées, afin de calmer cette tempête de blizzard et de neige.

Si le classicisme reste prépondérant chez le quatuor celui-ci maîtrise suffisamment bien son sujet pour ne pas lasser ni tomber dans la répétition facile, et ce même quand il décide d’abandonner la vitesse et le secouage de têtes en cadence, pour proposer une alternative d’obédience Doom. Ce point apparaît sur le très bon « Abhorrent Veneration » qui se paie quand même le luxe d’une fin explosive où la pression a fini par sortir de sa torpeur, mais pour le reste on est plongé dans quelquechose d’humide et poisseux où la sensation de tomber vers les abîmes est tenace. Pour le reste on a droit à des notes coupantes et sèches complétées par une batterie qui se freine et reste bridée quasiment en continu, ce qui est également le cas pour « Dissonant Incubation », qui va pousser plus loin l’expérience. Car nulle trace ici de vitesse ou d’accélération, tout est calé en première du début à la fin et cela augmente de fait l’obscurité de ce titre qui pousse l’auditeur dans ses derniers retranchements. Mais si le fait de miser au maximum sur le bridage pouvait être une bonne idée sur le papier cela se retourne hélas contre ses créateurs, la faute à une répétition des idées qui apparait bien trop rapidement et donnent l’impression du coup de durer une plombe tout en montrant une certaine ressemblance avec l’œuvre de CORPSESSED, sans pour autant atteindre le niveau des finlandais.

Autant dire que ce morceau fait un peu office de maillon faible sur ce disque mais heureusement c’est le seul, et ça reste malgré ses défauts tout à fait écoutable sans aller plus loin que cela. Pour le reste il n’y a rien à reprocher à ce long-format tant la bande est montée d’un cran dans la hiérarchie et réalise par la même occasion un sacré bond en avant que peu avaient prédit, confirmant ainsi que la scène Death d’outre-Rhin est actuellement en plein renouveau et qu’elle réserve nombre de surprises. Même si la pochette franchement moche ne met pas en avant le contenu il serait dommage de ne pas se pencher sur cette réalisation de haute volée, qui ne réinvente rien mais fait le boulot avec passion et selon les critères de qualité allemands. Bref le type de galette parfaite pour l’été afin de trouver de la fraîcheur au milieu de la chaleur de saison… et même au-delà d’ailleurs, car elle passera allègrement le cap des écoutes et du temps qui passe. On appréciera en effet de se la réécouter de temps en temps toujours avec grand plaisir et sans se prendre la tête, et surtout en se surprenant à taper du pied et à déguster chaque passage en lead hyper fouillé en raccord avec le reste. Autant dire qu’avec tous ses arguments cela sent bon la marque des grands pour CARNAL TOMB qui a trouvé la formule adéquate pour faire parler de lui sur la planète Metal, à lui d’en faire bon usage désormais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carnal Tomb
Death Metal
2019 - Testimony Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  6.99/10

plus d'infos sur
Carnal Tomb
Carnal Tomb
Death Metal - 2014 - Allemagne
  

tracklist
01.   Putrid Fumes
02.   Abhorrent Veneration
03.   Cryptic Nebula
04.   Amid The Graves
05.   Dissonant Incubation
06.   Feeding Mold
07.   Sepulchral Descent

Durée : 45 minutes

line up
parution
26 Juillet 2019

voir aussi
Carnal Tomb
Carnal Tomb
Rotten Remains

2016 - Memento Mori
  
Carnal Tomb
Carnal Tomb
Descend (EP)

2020 - Fucking Kill Records / Final Gate Records
  

Essayez aussi
Insision
Insision
Ikon

2007 - Dental Records
  
Loudblast
Loudblast
Sublime Dementia

1993 - Semetery Records
  
Carcass
Carcass
Heartwork

1993 - Earache Records
  
Hate
Hate
Auric Gates Of Veles

2019 - Metal Blade Records
  
Dismember
Dismember
Death Metal

1997 - Nuclear Blast Records
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique