chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Beheaded - Only Death Can Save You

Chronique

Beheaded Only Death Can Save You
Après les deux tueries Never to Dawn (2012) et Beast Incarnate (2017) marquant une nouvelle ère dans la carrière de Beheaded, l'enthousiasme était fort pour ce Only Death Can Save You sorti en juin dernier sur Agonia Records, le premier pour le label polonais après trois opus chez Unique Leader qui préfère désormais signer des groupes de deathcore technique fluo en plastique. Les Maltais font partie de ces rares formations ne m'ayant jamais déçu, même après leur évolution plus européenne entamée sur Never to Dawn. Une nouvelle direction qui m'a au contraire fait adorer encore plus le combo qui s'éloignait alors du brutal death US pratiqué depuis son premier disque Perpetual Mockery. Enregistré par le même line-up que Beast Incarnate (sans aucun membre d'origine) et auréolé d'une pochette superbe, Only Death Can Save You ne donnait ainsi aucune raison de douter quant à sa qualité. Jamais deux sans trois en plus, comme on dit !

Sauf qu'on dit aussi que tous les groupes finissent un jour par décevoir. Enfin, ça c'est moi qui le dis, retour d'expérience de vingt années à écouter du metal. Beheaded rejoint désormais cette longue liste peu flatteuse de formations se prenant les pieds dans le plat. L'excitation a en effet vite fait place à la déception. Dès la première écoute, on sentait bien le malaise. Pourtant, à l'inverse d'Enforcer qui a montré un nouveau visage (l'autre grosse déception de 2019), Beheaded n'a pas changé de style, du moins pas aussi franchement. On reste dans du death à la polonaise. Brutal, efficace et millimétré. Avec juste une dose supplémentaire de noirceur, d'old-school et de thrash, ça je dis pas non. Ce qui a vraiment changé, c'est la qualité d'écriture, l'inspiration. Aux abonnés absents ici. Alors ça bourre oui, aucun problème là-dessus. L'Italien fou furieux Davide Billia (Hour of Penance, Septycal Gorge, Antropofagus, Repulsive Dissection, ex-Putridity, etc.) envoie toujours la tonne de blast-beats, balance des rafales de double pour du groove musclé et s'aventure parfois en territoire thrash (tchouka-tchouka !). La production puissante le met d'ailleurs bien en valeur. Mais derrière, pas grand chose à se mettre sous la dent. C'est même un peu le néant. Beheaded a trop simplifié sa musique. Le ratio riff par morceau a chuté et le riffing en lui-même se montre bien trop générique, sans génie. Ce n'est pas mauvais mais rien ne retient l'attention, on dirait un groupe de brutal death lambda. Putain c'est Beheaded, ça ?! Du coup, on se lasse vite. D'autant que les morceaux se font assez monotones, le groupe ne variant pas suffisamment de rythme et de riff et gardant le même motif trop longtemps. Franchement, ce "Embrace Your Messiah" longuet qui répète ad nauseam ce riff mid-tempo certes groovy et headbangant, c'est d'un banal, on dirait un groupe de death old-school de quartier ... Si "Unholy Man" s'en sort un peu mieux grâce à ses influences thrash bien utilisées, il ne varie pas non plus des masses et ne blaste jamais, sonnant parfois comme du groove metal sur certains riffs. Hey les gars, c'est Beheaded, pas Slit ! Ça tartine davantage et varie légèrement plus sur "The Charlatan's Enunciation", "Evil Be to Him Who Evil Seeks", "The Papist Devil" ou encore "From the Fire Where It All Began" mais ce n'est pas non plus la panacée. Le groupe fait même dans l'inutile total sur l'interlude instrumental "Gallows Walk" sans intérêt. Lot de consolation, le radical "The Greater Terror" au riffing sombre et menaçant un peu plus marquant, et "Only Death Can Save You" qui offre lui aussi de meilleurs riffs ainsi que du bon thrashy efficace tout en blastant joyeusement, remontent un peu la pente. Ces deux morceaux font partie des rares motifs de satisfaction de Only Death Can Save You, quoiqu'ils auraient été les moins intéressants sur les deux œuvres précédentes. Mais vu qu'on nivelle par le bas ici, on compare avec ce qu'on a. Beheaded n'a par contre pas trop baissé en qualité sur les deux-trois solos mélodiques parsemant l'opus que l'on aurait du coup souhaité plus fourni en la matière. C'est déjà ça de gagner, au moins !

Un autre problème, qui avant n'en était pas un, vient se greffer aux autres griefs. Le chant. Ceux n'ayant pas accroché à l'évolution du groupe sur Never to Dawn ont souvent pointé du doigt les vocaux de Frank Calleja, pour eux pas assez gutturaux, pas assez death metal. Je l'ai toujours défendu le Franky, trouvant son timbre plus arraché et intelligible plutôt personnel et puissant. Je trouvais qu'il incarnait bien le nouveau visage de la formation. Sur Only Death Can Save You, ce n'est plus possible. Il a vite tendance à me taper sur le système. Il se montre trop présent, il braille trop, toujours sur le même timbre et a cette fâcheuse manie de tenir trop longtemps la dernière syllabe de ses vers. On a bien souvent envie de lui dire de la fermer. Les backing vocals n'arrangent rien, trop criards et trop systématiques.

Décidément ! Qu'a-t-il donc bien pu se passer pour qu'un des leaders du brutal death européen nous ponde un album aussi anodin ? Surtout après deux sorties validant leur transformation réussie et une discographie de toute façon irréprochable, de la première démo Souldead (1995) étonnamment mélodique à Ominous Bloodline (2005), en passant par Recounts of Disembodiement (2002) et Perpetual Mockery (1998) qui faisaient la nique à bien des groupes américains sur leur propre territoire. J'avoue que c'est assez incompréhensible. Only Death Can Save You n'est pas tout pourri non plus. Le côté plus sombre, la dose de thrash, les blasts très présents, le groove tantôt rapide sur tapis de double tantôt mid-tempo appuyé et le peu de solos mélodiques font quelques effets. Le disque garde encore un peu d'efficacité malgré tout. C'est cependant bien trop peu pour un groupe de la trempe de Beheaded qui nous avait habitué à tellement mieux. Inspiration en berne, riffing générique au possible, compositions simplifiées, manque de variété, chant qui devient insupportable, ce sixième album semble avoir été composé à la va-vite. On espère qu'il ne s'agit que d'un accident de parcours et que le groupe redorera vite son blason sur son prochain opus. Mais là, quelle déception !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Insania citer
Insania
09/08/2019 15:09
Perso je fais le même constat que les 2 précédents, c'est pas trop ma came, trop d'influences Européennes, très loin de Recounts ou Ominous. Et effectivement le chant gâche tout...
Jean-Clint citer
Jean-Clint
08/08/2019 13:39
note: 6.5/10
Je ne serai pas si sévère que toi même si je trouve effectivement que l'album est plus faiblard que les précédents. Ce qui faisait le charme du groupe a disparu et de fait c'est beaucoup plus générique qu'auparavant, et que dire du chant qui est franchement fatiguant vu qu'il n'arrête jamais et en fait des tonnes. Il y'a bien quelques bons moments qui se détachent mais ils sont noyés dans un océan de banalité où tout finit par se ressembler à la longue.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Beheaded
Brutal Death
2019 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines : (7)  7.41/10

plus d'infos sur
Beheaded
Beheaded
Brutal Death - 1991 - Malte
  

tracklist
01.   The Charlatan's Enunciation  (04:26)
02.   Evil Be to Him Who Evil Seeks  (04:30)
03.   A Greater Terror  (04:24)
04.   Unholy Man  (04:30)
05.   Embrace Your Messiah  (05:17)
06.   The Papist Devil  (04:03)
07.   Gallows Walk (02:41) (instrumental)
08.   Only Death Can Save You  (04:03)
09.   From the Fire Where It All Began  (04:16)

Durée : 38:10

line up
parution
14 Juin 2019

voir aussi
Beheaded
Beheaded
Never To Dawn

2012 - Unique Leader Records
  
Beheaded
Beheaded
Beast Incarnate

2017 - Unique Leader Records
  
Beheaded
Beheaded
Ominous Bloodline

2005 - Unique Leader Records
  

Essayez plutôt
Suffocation
Suffocation
Pinnacle Of Bedlam

2013 - Nuclear Blast Records
  
Arsebreed
Arsebreed
Munching The Rotten

2005 - Neurotic Records
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Killing On Adrenaline

1998 - Relapse Records
  
Nephren-Ka
Nephren-Ka
La Grande Guerre de l'Epice

2017 - Dolorem Records
  
Recueil Morbide
Recueil Morbide
Waste Of Senses

2006 - Rupture Music
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique