chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Monolith Deathcult - The White Crematorium

Chronique

The Monolith Deathcult The White Crematorium
Quelle baffe ! A ma première écoute des deux mp3 dispos sur le site de The Monolith Deathcult, je m’étais dit que l’achat de l’album serait inévitable. Et en tombant par hasard dessus lors d’une visite quotidienne à Gibert, aucune hésitation n’était possible…
Ma première expérience avec ce groupe date de l’année dernière, lors de leur tournée avec The Crown aux Pays Bas. J’y avais observé un groupe visiblement très énervé, engoncé dans un Brutal Death très (trop) influencé par Nile, sonorités orientales et textes sur les momies inclus, mais qui techniquement mettait une claque énorme. Bref un groupe qui sortait du lot (peu de groupes ont osés s’attaquer à un monument de la taille de Nile) mais qui n’égalait pas son inspirateur principal.

Et bien ce que l’écoute des deux mp3 en question m’avait fait penser a été confirmé par l’achat de ce second album : The Monolith Deathcult s’est visiblement détaché de sa parenté Nilesque pour emprunter une voie beaucoup plus personnelle et qui démontre une maîtrise effroyable. Oublié ou presque les gammes orientales (la mineure mélodique ?), la pochette cliché (même si j’admet que les taches de sang ne sont pas non plus d’une originalité flagrante, encore un groupe qui a été visiter un certain webzine métal avant de définir son artwork lol) et les textes sur la résurrection d’Apophis dans la Grande Pyramide de Seth, non cette fois ci The Monolith Deathcult varie ses horizons en traitant aussi bien d’événements advenus durant la Second Guerre Mondiale que de Tchernobyl ou de la possible origine extraterrestre de la race humaine (quand je vous disais que c’était varié..). Enfin j’avoue que ce n’est pas pour les textes (fort bien écrits au demeurant) que j’ai acquis cet album vous vous en doutez… avant de quitter ce sujet on notera que le groupe (à l’instar de Nile tiens donc..) offre au lecteur des encadrés explicatifs sur le sens profond des textes. Anecdotique mais toujours sympathique.

Pour ce qui nous intéresse principalement (non je ne parle pas du futur gagnant de la 1ère Compagnie), il est vite évident que The Monolith Deathcult n’est pas réservé à tout le monde. Quand on parle de Brutal Death on s’imagine de suite un gros beugleur, chevelu de préférence, débitant des paroles gores sur fond de riffs inaudibles et de blasts martelés. Et bien vous enlevez les paroles gores, vous remplacez « inaudibles » par « proprement excellents », sans oublier d’inclure quelques nappes de claviers, une intensité impressionnante et un sens de la composition « bam dans ta face » poussé à l’extrême, et l’ensemble donne une vague idée de TMDC. « 7 months of Suffering » se classe d’emblée dans mon top 5 des meilleurs chansons de Death de l’année à venir, tant tout dans ce titre a tout pour me plaire : un riff génialissime pour l’intro, une soudaine accélération blastbeatienne qui durera tout le long du morceau, des break ultra heavy et perclus de double pédale, et un solo planant sur fond de BPMs alignés à vitesse supersonique (le genre de contraste qui m’a toujours plu). Ce titre propose aussi une utilisation très intéressante des vocaux (assurés par le bassiste et un des guitaristes, ça vous rappelle pas quelqu’un ça non plus ?), qui sont utilisés non pas seulement pour aligner les paroles mais participent également à la dynamique du morceau (écoutez ce passage entre 1mn55 et 2mn qui relance le morceau).

Les autres titres prouvent eux aussi que TMDC a tout compris à l’art d’être percutant, ultra rapide sans pour autant se répéter indéfiniment : un court solo de basse (2 secs lol) sur « Army of the Despised »), un début ultra rapide sur « Concrete Suffering » soudainement interrompu par un sample pour repartir sur un mid tempo inattendu, ou l’enchaînement carnassier d’ « Origin » (à l’introduction particulièrement agressive) sur la fin de l’instrumental doomesque le précédant, enchaînement soudain qui forcément surprend un peu !
Ce que j’apprécie tout particulièrement ici, c’est la maîtrise de l’intensité musicale dont fait preuve le groupe : ils savent alterner avec beaucoup de nuance (enfin façon de parler :p) passages ultra rapides et mid tempos suprêmement lourds dans une même lancée, ce qui fait qu’on ne se lasse jamais d’un titre avant qu’il ne soit terminé. J’aime également beaucoup la surenchère de duels de solos Slayeresques, qui ne sont pas vraiment fait pour être entendus vu que ce sont davantage des notes piochés au hasard qu’un réel travail de composition, mais qui parsèment chaque titre en ajoutant encore davantage à la confusion, c’est très efficace en tout cas. Et là ou on pourrait penser finir abruti par tant de brutalité sur plus de 40 minutes, il n’en est au final rien car l’album est très équilibré, avec 4 chansons très brutales qui ouvrent le bal, suivi de l’instrumental mélodique dont j’ai parlé précédemment, puis on ré-enchaîne sur 3 titres pour conclure sur un monument de lourdeur comme chaque album culte de Death se doit d’en contenir : « The White Crematorium ». Au même titre qu’un « Where the Slime Live » ou qu’un « Sarcophagus », « The White Crematorium » est l’instant fort de l’album, le titre plus posé que le reste avec une athmosphère proche du Doom, des vocaux alternant chant Death et voix susurrés, et des nappes de claviers grandiloquentes. Du grand art je vous dis.

Vous aurez remarqués les nombreuses similitudes avec Nile énoncés tout au long de la chronique, il en ressort pour moi que TMDC s’est approprié certaines caractéristiques de ce groupe sans pour autant dépendre d’une quelconque influence musicale trop forte, et c’est là que se situe tout l’intérêt de cet album pour les fans (ou pas) de Nile. TMDC a tout ce qu’il faut pour devenir un grand de la scène européenne, et en attendant ce jour il constitue un prétendant très sérieux au titre de meilleur album de Death de l’année à venir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

kollapse citer
kollapse
06/04/2005 11:41
yep excellente chro et qui résume tout ce que je pense de ce skeud: qu'il est énorme! et indispensable à tous les amateurs de death plutot brutal...(au même titre que les nouveau aborted et nile, je ne le répeterai jamais assez lolClin d'oeil
Chri$ citer
Chri$
06/03/2005 12:21
note: 9/10
je savais que tu étais un homme de gout Keyser Moqueur
Keyser citer
Keyser
05/03/2005 23:15
Plus j'écoute les 2 mp3 plus je trouve ça génial! rha la brutalité quand c'est bien fait y'a rien de mieux! *bave*

rha et ce passage à 2 min sur Seven Months Of Suffering!!!!!!!
Backstaber citer
Backstaber
05/03/2005 13:44
Putain Chris tu fais cher ! J'avais prévu ne m'acheter que des classiques prochainements et aucune nouveautés !
Putain ça déboite sa race ce groupe !

:headbangue:
Chri$ citer
Chri$
05/03/2005 13:30
note: 9/10
mais de quoi parles-tu? je ne comprend pas Moqueur
Keyser citer
Keyser
05/03/2005 13:19
C'est bizarre je ne connais pas "Where The Sim Lives"! (ça me fait penser au Sim des grosses têtes d'ailleurs!). Par contre j'adore "Where The Slime Live" Moqueur
Dead citer
Dead
05/03/2005 11:52
C'est pas trop mon truc, mais putain ça envoie des buches !!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Monolith Deathcult
Brutal Death
2005 - Karmageddon Media
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (14)  8.39/10
Webzines : (12)  7.23/10

plus d'infos sur
The Monolith Deathcult
The Monolith Deathcult
Electro-néo Bozo le Clown - 2002 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Army of the Despised
02.   7 Months of Suffering
03.   Concrete Sarcophagus
04.   1567 - Under the Bloodcampaign
05.   The Haunted Ravines of Babi Yar
06.   Origin
07.   The Cruel Hunters
08.   1917 - Spring Offensive (Dulce et Decorum est)
09.   The White Crematorium

Durée totale: 43:52

line up
voir aussi
The Monolith Deathcult
The Monolith Deathcult
The Apotheosis

2003 - Karmageddon Media
  
The Monolith Deathcult
The Monolith Deathcult
Trivmvirate

2008 - Twilight-Vertrieb
  
The Monolith Deathcult
The Monolith Deathcult
Tetragrammaton

2013 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Decrepit Birth
Decrepit Birth
...And Time Begins

2003 - Unique Leader Records
  
Thornesbreed
Thornesbreed
The Splendour Of The Repellent

2003 - Animate Records
  
Cephalectomy
Cephalectomy
The Dream Cycle Mythos (EP)

2008 - Discorporate Music
  
Cryptopsy
Cryptopsy
None So Vile

1996 - Wrong Again Records
  
Insain
Insain
Enlightening The Unknown (EP)

2014 - Kaotoxin Records
  

Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Defecrator
Abortion of Humanity
Lire la chronique
Sabïre
Gates Ajar (EP)
Lire la chronique
Örmagna
Örmagna
Lire la chronique
Vargrav
Reign In Supreme Darkness
Lire la chronique