chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Imprecation - Damnatio Ad Bestias

Chronique

Imprecation Damnatio Ad Bestias
Bizarrement, si je me suis empressé de mettre la main sur l’un des deux ou trois liens promotionnels mis à notre disposition pour télécharger ce nouvel album des Texans d’Imprecation quelques semaines avant sa parution officielle, je n’ai pas du tout fait preuve du même enthousiasme pour ce qui fût de l’écouter. Récupéré début février et ajouté à mon iTunes le jour même, il m’aura fallu six mois pour que je me décide enfin à m’y intéresser… Pourtant, il y avait largement de quoi me convaincre à commencer par cet artwork bestial et surtout plein de promesses signé Sebastian Mazuera (Oxygen Destroyer, Torture Rack, Cerebral Rot, Scolex...). Mais non, j’ai choisi de faire l’impasse un long moment avant de me dire qu’il serait peut-être temps que je m’y intéresse enfin. Ce « enfin » c’était il y a quelques semaines seulement et comme souvent dans ce genre de cas, bien m’en a pris.

Intitulé Damnatio Ad Bestias, ce deuxième album vient étoffer la discographie d’un groupe dont la carrière à tout de même débuté il y a près de trente ans, en 1991. Il fait suite à un premier album paru il y a seulement six ans sur le label Dark Descent qui, suite à la reformation d’Imprecation en 2009 après dix ans d’absence, avait souhaité parier sur le groupe de Dave Herrera et Ruben Elizondo, seuls membres de la première heure encore présents à ce jour. Depuis Satanae Tenebris Infinita, le groupe a dû faire face à quelques changements de personnels avec les départs de Danny Hiller et David Ramirez remplacés par Dustin James (Church Of Disgust) et Jeff Tandy (Birth A.D.) auxquels est également venu se joindre un troisième guitariste en la personne de Nick Norris (Birth A.D.).

Néanmoins, l’arrivée de ces trois nouveaux membres dans le giron d’Imprecation n’est pas pour autant le signe de grands bouleversements puisque sans grande surprise le groupe persiste dans la voie qu’il a lui-même tracé depuis le début des années 90, celle d’un Death Metal diabolique largement inspiré par les premières sorties d’un certain Incantation (même si on a plutôt l’impression d’entendre Morbid Angel (période Domination/Formulas Fatal To The Flesh/Gateways To Annihilation) sur l’excellent "Temple Of The Foul Spirit").
Aussi, rien n’a fondamentalement changé depuis la sortie de Satanae Tenebris Infinita décrié par Keyser pour son manque flagrant de brutalité. Et les griefs auraient très certainement pu rester les mêmes si ce dernier c’était chargé d’écrire ces quelques lignes. Sauf qu’en ce qui me concerne, je suis plutôt du genre à apprécier toutes ces choses que mon compère a pu à l’époque reprocher à son prédécesseur. Une chose est sûre, Imprecation n’entend pas changer quoi que ce soit à sa formule et s’inscrit naturellement dans une relecture de choses que l’on a déjà pu entendre ici ou là depuis déjà belle lurette. Doit-on alors le reprocher aux Texans qui, rappelons-le à toute fin utile, étaient déjà là au tout début des années 90 ? Cela va évidemment dépendre de votre inclinaison sur ce sujet récurent qu’est l’originalité mais pour ma part, vous connaissez déjà mon point de vue tranché sur la question.

Du coup, il n’y a pour ma part aucune raison valable pour ne pas se délecter de ce Damnatio Ad Bestias si vous êtes un tant soit peu client de ce genre de Death Metal sombre et malfaisant. On y retrouve tout ce qui fait effectivement le charme des premiers albums d’Incantation avec en plus cette espèce de lourdeur infernale si cher à la scène texane (Blaspherian, Crucifixion, Infernal Dominion...). Rien de bien nouveau mais un savoir-faire indiscutable au service d’un Death Metal pesant et blasphématoire (gros plaisir que ces ralentissements diaboliques à la gloire du Malin qui parsèment le disque) régulièrement vitaminé par des séquences de blasts toujours aussi bienvenues ("Temple Of The Foul Spirit" à 2:27 et 3:46, la première moitié de "Morbid Crucifixion", les premières mesures de "Baptized In Satan’s Blood" ainsi qu’à 1:40, "Beasts Of The Infernal Void" à 1:03, "Damnatio Ad Bestias" à 0:53, etc). Quant aux riffs dispensés par Imprecation, ces derniers n’ont absolument pas à rougir de leur interprétation pour le moins classique (ni même de leur nature parfois un peu redondante sur quelques plans) tant l’efficacité et l’atmosphère qui s’en dégage suffisent à faire oublier ce léger détail. Atmosphère d’ailleurs rendue encore plus malfaisante grâce aux nombreux leads diaboliques et autres solos chaotiques et frénétiques dispensés par les Texans tout au long de ces trente-sept minutes.

Six ans après un premier album réussi mais sans surprise, Imprecation revient se rappeler à nos bons souvenirs avec un Death Metal à la sauce texane tout ce qu’il y a de plus classique mais aussi d’efficace. Et si on peut pas dire que les Américains soient à la pointe de l’originalité, il n’en reste pas moins que ce Damnatio Ad Bestias demeure un très bon disque dans son genre. D’ailleurs, ce dernier est même un poil meilleur que son prédécesseur qui ne m’avait pas autant séduit à l’époque. En attendant, si ce manque de brutalité tout relatif et ces fortes résonances avec certains groupes plus connus ne sont pas du genre à vous faire rebrousser chemin, il y a de fortes chances pour que vous soyez sous le charme de ce Death Metal sombre et blasphématoire comme la plupart des Texans ont l’habitude de nous le servir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Imprecation
Death Metal
2019 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.8/10

plus d'infos sur
Imprecation
Imprecation
Death Metal - 1991 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Temple Of The Foul Spirit  (05:17)
02.   Morbid Crucifixion  (03:31)
03.   Baptized In Satan's Blood  (05:20)
04.   Beasts Of The Infernal Void  (03:58)
05.   Damnatio Ad Bestias  (04:23)
06.   Dagger, Thurible, Altar Of Death  (04:18)
07.   The Shepherd And The Flock  (05:20)
08.   Ageless Ones Of None  (05:05)

Durée : 37:12

line up
parution
22 Mars 2019

voir aussi
Imprecation
Imprecation
Satanae Tenebris Infinita

2013 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Kataklysm
Kataklysm
Waiting for the End to Come

2013 - Nuclear Blast Records
  
Wombripper
Wombripper
From The Depths Of Flesh

2018 - Redefining Darkness Records
  
Scars On Murmansk
Scars On Murmansk
Into Dead Lights

2012 - Great Dane Records
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Feeding Hell's Furnace

2012 - Nuclear Winter
  
Abysmal Dawn
Abysmal Dawn
From Ashes

2006 - Crash Music
  

Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique
Dauþuz
Grubenfall 1727 (EP)
Lire la chronique
Mercyful Fate
In The Shadows
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Alcest
Spiritual Instinct
Lire la chronique