chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
116 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hate - Auric Gates Of Veles

Chronique

Hate Auric Gates Of Veles
Toujours aussi régulière en fréquence de sorties, la formation menée par l’inoxydable Adam Buszko continue contre vents et marées à déverser sur disque comme sur scène son Death bien massif, malgré les incessants changements de personnel et de labels. Désormais signée chez Metal Blade celle-ci continue d’évoluer sous forme de duo, une formule qui présente l’avantage d’éviter les soucis en interne et ainsi d’essayer de retrouver un attrait qui s’est un peu estompé avec le temps. Car ayant évolué pendant longtemps dans l’ombre de BEHEMOTH elle a depuis profité de la nouvelle orientation de Nergal et ses acolytes pour enfin s’en éloigner, et ainsi poursuivre dans sa voie initiale et pratiquement inchangée depuis ses débuts. Cependant avec les années on sent que le combo de Varsovie a besoin d’un second souffle, car si la précédente décennie comportait des disques forts l’actuelle en revanche a vu une nette baisse de régime à cause des décevants « Solarflesh : A Gospel Of Radiant Divinity » (qui tournait trop rapidement en pilotage automatique), et surtout via le trop long et pompeux « Crvsade : Zero » difficile à s’enquiller d’une seule traite. Heureusement « Trememdum » a défaut d’être mémorable voyait les Polonais renouer avec un certain standing, qui prouvait également qu’ils n’étaient pas finis comme certains finissaient par le penser. Du coup il est aujourd’hui important pour eux de confirmer ce renouveau et montrer ainsi qu’ils terminent mieux les années 2010 qu’ils ne les avaient commencées, et cela est effectivement le cas.

Sans changer quoi que ce soit dans sa formule le binôme (accompagné à la basse par Heinrich de VESANIA) a cependant eu la bonne idée de revenir à un disque plus condensé et court, car les précédents casaient le maximum d’idées et de compos à l’intérieur et du coup l’impact général en était finalement affaibli tout en ternissant les moments intéressants qui s’y trouvaient. En pratiquement quarante minutes et huit morceaux le chanteur-guitariste sort sa réalisation la plus courte depuis le très bon « Morphosis » en 2008, et semble avoir pris conscience de ses erreurs récentes. Bref il n’y a pas grand-risque à dire que ce onzième album s’il n’apporte rien de plus à la contribution de HATE à la musique, fait néanmoins partie du haut du panier de sa production pléthorique. Et en effet dès le démarrage avec le très bon « Seventh Manvantara » on voit que ses créateurs ont repris du poil de la bête, car ici on (re)trouve toute la palette de ceux-ci où le tabassage et la vitesse sont présents sans pour autant être prédominants. En effet ils préfèrent laisser les parties plus lourdes être mises en avant tout comme les nappes voilées afin de créer une ambiance voilée et nuageuse plus qu’intéressante, et qui donne le ton général. Si la forme est ultra-classique elle fait néanmoins mouche à l’instar de « Triskhelion » qui reprend les mêmes ingrédients mais cette fois-ci inversés, afin d’offrir une brutalité plus affirmée qui côtoie des passages plus massifs pour éviter tout essoufflement qui serait dommageable si tôt. Afin de terminer cette triplette d’ouverture la directe et radicale « The Volga’s Veins » se révèle absolument parfaite, et nul doute qu’elle va cartonner en concert tant sa rapidité et son entrain quasi-continu font très mal (et sont seulement interrompus par une courte partie centrale plus posée). Plus dépouillée et techniquement plus simple elle signe également le début d’une série de titres plus travaillés qui s’étirent également sur une durée plus importante, au risque de retomber dans les travers entrevus et entendus ces dernières années.

Et malheureusement c’est un peu ce qui arrive avec les trois plages suivantes, et en premier lieu avec le sympathique et fouillé « Sovereign Sanctity » qui mise sur des longues périodes à la double pédale complétées par un tempo qui ne s’excite qu’en de rares occasions. Si le résultat n’est pas mauvais en soi il aurait été meilleur en se faisant plus court, vu qu’ici il a tendance à répéter les mêmes plans et riffs sans motif valable, ce qui est dommage car les idées y étaient intéressantes. Pour « Path To Arkhen » on est là-encore dans un classicisme exacerbé mais hélas joué sans folie ni passion, et on a la sensation que le groupe se contente de réciter ses gammes sans chercher plus loin, au risque de tomber dans une certaine routine (d’ores et déjà palpable). Et quand le duo essaie d’alourdir son propos au maximum là-encore l’excès de longueurs fait ronronner l’ensemble de la mauvaise façon, c’est le cas ici avec « Auric Gates Of Veles » où les accélérations et explosions sont carrément absentes, créant une ambiance plus sombre et froide intéressante. Mais parallèlement on finit par s’endormir plus qu’autre chose à cause justement de ce côté linéaire flagrant et même franchement énervant, tant on aimerait qu’il se lâche un peu et joue de façon plus frontale, au lieu de vouloir meubler un opus qui n’a pas besoin de cela.

Car en revenant à l’essentiel le gros son redevient tout de suite plus palpitant, et de ce fait la galette retrouve un intérêt certain lors de cette dernière partie ponctuée par la doublette « Salve Ignis » et « Generation Sulphur » qui retrouve à la fois de l’agressivité et de l’intérêt en misant sur un gros équilibre afin de densifier tout cela et de terminer ainsi de la meilleure des façons. Sans être un incontournable des deux compères ce long-format a néanmoins suffisamment d’arguments favorables pour qu’on s’y penche un peu, grâce surtout à une sobriété que l’on croyait perdue et qui fait plaisir à entendre, confirmant définitivement que c’est la formule qui réussit le mieux. Si comme d’habitude on trouvera à boire et à manger à l’intérieur il ne faut cependant pas faire la fine bouche, car au milieu de passages moins consistants et passe-partout certains se dégagent du lot et trouveront facilement leur place lors de la future tournée. Si l’entité ne changera pas de statut et restera toujours considérée comme un éternel outsider, celle-ci a malgré tout retrouvé un second souffle et une légitimité après des égarements qui auraient pu lui être dommageables de façon plus importante, au lieu de cela elle montre un retour en forme plaisant et que l’on espère durable dans le futur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hate
Death Metal
2019 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.81/10

plus d'infos sur
Hate
Hate
Death Metal - 1991 - Pologne
  

tracklist
01.   Seventh Manvantara
02.   Triskhelion
03.   The Volga’s Veins
04.   Sovereign Sanctity
05.   Path To Arkhen
06.   Auric Gates Of Veles
07.   Salve Ignis
08.   Generation Sulphur

Durée : 39 minutes

line up
parution
14 Juin 2019

voir aussi
Hate
Hate
Morphosis

2008 - Listenable Records
  
Hate
Hate
Anaclasis
(A Haunting Gospel Of Malice And Hatred)

2005 - Listenable Records
  

Essayez aussi
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Extermination Revelry

2003 - Moribund Records
  
Affliction Gate
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)

2018 - Forgotten Wisdom Productions
  
Torso
Torso
Demonic Vomiting (Démo)

2019 - Me Saco Un Ojo Records
  
Spectral Voice / Phrenelith
Spectral Voice / Phrenelith
Spectral Voice / Phrenelith (Split 7")

2016 - Dark Descent Records / Iron Bonehead Productions
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
War Master

1991 - Earache Records
  

Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast
Bethlehem
Lebe Dich Leer
Lire la chronique
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
The Negative Bias
Narcissus Rising
Lire la chronique
Abysmal Grief
Blasphema Secta
Lire la chronique
Bastard Grave
What Lies Beyond
Lire la chronique
NONE # 1 - PATHOLOGY - Reborn to Kill
Lire le podcast
Sarcasm
Esoteric Tales Of The Unserene
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Pisces Iscariot (Compil.)
Lire la chronique
Iron Flesh
Forged Faith Bleeding
Lire la chronique
Elder
The Gold & Silver Sessions ...
Lire la chronique