chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
135 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Black Majesty - Seventh Kingdom of Edom

Chronique

Black Majesty Seventh Kingdom of Edom (EP)
Plus secret que secret, plus occulte qu’occulte. Black Majesty est enfoui dans la lie de cette fameuse scène Nidrosian Black Metal, basée à Trondheim, qui échange ses musiciens d’un groupe à l’autre. Tout ce qui a défini cette scène se retrouve dans ce black metal austère, dévoué et monolithique aux ambiances ritualistes et profondément ésotériques. En automne, c’était Mare qui avait frappé un grand coup en sortant rien de moins qu’un des meilleurs albums de black metal de la décennie à mes yeux. Azazil et ses comparses ont accouché d’une liturgie funèbre d’une force évocatrice terrifiante, qui respire la dévotion à Son Nom à chaque battement d’encensoir. Mais Azazil entretient également son culte secret intime, ses propres versets que nul autre ne partage.

Black Majesty existe depuis 2005, et sortait dans le secret du confessionnal Seventh Kingdom of Edom en 2009, un EP de treize minutes aussi underground que possible. Le son est immonde, grésillant, sale en Diable, confus et délétère. Il rappelle beaucoup celui des Légions Noires, avec cette distorsion excessive qui noie tout le reste et qui oblige à la concentration de tous les instants pour saisir les mélodies. L’énorme « Thus Singeth the Sword of Curse, Key of Truth » qui assomme d’entrée de jeu avec ses accords malsains et ses trémolos possédés plonge immédiatement dans les ténèbres d’Azazil. Des ténèbres épaisses, profondes, et pourtant presque lumineuses par moments, et manifestement habitées. La batterie très lointaine, la voix entre déclamation et vagissements, les assauts constants de guitare distordue qui se répètent encore et encore … C’est le Trône du Maître qu’Azazil est en train de dresser.

Nidrosian Black Metal oblige, Black Majesty aime l’ambient. Même si l’EP est profondément ancré dans le black metal, Azazil utilise la distorsion de sa guitare pour créer par moments d’étranges lancinances qui finissent par se confondre avec le son des claviers fantomatiques sur « Ad Portas Mortis ». Les voix spectrales qui s’échappent de l’arrière-fond sonore alimentent encore cette atmosphère funéraire, qui prend une ampleur et une intensité à perdre pied sur la très litanique « Shemhamphorasch ! ».

L’EP se conclue sur « From the Kingdoms of Edom, Come Ye Forth! », sorte de linceul qui s’enroule autour de l’être de mort qu’est Azazil à coup de riffs ensorcelants. On y retrouve les mélodies typiques de Mare, grandioses et presque tragiques, qui arrivent véritablement à faire peur tant on les sent composés dans un objectif avant tout spirituel et non purement musical. Chaque seconde de cet EP doit être considéré comme une profession de foi irrépressible, un appel aux forces occultes.

Un mot sur la swastika que personne n’aura pu manquer sur les travaux visuels du groupe. Il semble qu’Azazil soit plongé dans une forme de Kabbale, une émanation ésotérique du Talmud, interprété comme à sa manière sans se restreindre à un unique courant occulte, comme il l’expliquait dans une interview dans l’excellent webzine Bardo Methodology. Je serai tenté de croire que ce symbole n’est présent pour son symbolisme ésotérique, mais les quelques Soleils Noirs qu’on a pu voir apparaître sur d’autres photos du projet laissent planer un flou quant à la valeur qu’Azazil donne à tout ceci … A chacun de se faire son idée.

Black Majesty est un reliquaire satanique qui ne s’ouvrira que pour les âmes les plus frénétiques dans leur recherche du Malin. A la manière des Légions Noires, Black Majesty se veut aussi cryptique et repoussant que possible. Et pourtant, il renferme d’inestimables témoignages de foi et de dévotion, contenu dans quelques riffs primaires et des ambiances d’une profondeur rarement atteinte. Un vrai temple brûlant, dont les contours brouillés forcent à courber la nuque.

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
16/08/2019 20:56
note: 4/5
Pas le disque le plus facile d’accès de la scène de Trondheim mais comme tu le dis très justement, un disque particulièrement habité. Vraiment possédé.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Majesty
Black Metal
2009 - Death Rituals
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Black Majesty
Black Majesty
Black Metal - 2005 - Norvège
  

tracklist
Side A - Great Work

01.   Thus Singeth the Sword of Curse, Key of Truth
02.   Ad Portas Mortis

Side B - True Will

03.   Shemhamphorasch!
04.   From the Kingdoms of Edom, Come Ye Forth!

Durée : 13:12

Essayez aussi
Dødsfall
Dødsfall
Døden skal ikke vente

2019 - Osmose Productions
  
Pendulum
Pendulum
Les Fragments du Chaos

2012 - Hass Weg Productions
  
Goath
Goath
Luciferian Goath Ritual

2017 - Ván Records
  
Bovary
Bovary
Mes racines dans le desert (Démo)

2018 - Nar Productions
  
Vrag
Vrag
Remete

2017 - Neverheard Distro
  

METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique
Fifth Angel
Third Secret
Lire la chronique
Undergang
Den Gobbelte Grav (EP)
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique