chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
112 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

State Faults - Resonate/Desperate

Chronique

State Faults Resonate/Desperate
Que cet album est triste. Triste comme du black metal ukrainien. Triste comme du hardcore terne, malgré les mélodies constamment dynamiques. Triste comme du Circle Takes The Square qui n’aurait plus la volonté d’emberlificoter ce qu’il ressent, là, maintenant. Triste comme quand on est triste, sans réfléchir à la chose, à chercher à y trouver une forme de bonheur mélancolique. Uniquement, constamment, intensément triste.

Ils sont rares, les disques de screamo à me faire cet effet. Généralement trop portés sur la poésie, trop majestueux dans leurs climats éplorés, maniérés avec leurs titres en français et leurs accalmies contemplatives. State Faults, lui, ne cherche rien de cela sur Resonate/Desperate, premier album pour le label No Sleep Records. Il plonge les deux pieds dans les flaques de larmes, jouant trente-sept minutes durant un screamo construisant des viaducs entre post hardcore actuel et nineties, bâtissant ses structures sur une violence malheureusement souvent édulcorée de nos jours.

Impossible d’y échapper, une fois Resonate/Desperate lancé. Si on retrouve directement l’accroche, la simplicité charmante, que la bande a pu développer sur Desolate Peaks, les quelques maladresses ont laissé la place à une orfèvrerie de chaque instant guidée par la férocité de Johnny Andrew, ses cris qui déraillent et ne paraissent jamais chercher à se contrôler. State Faults devient ici pleinement ce groupe d’amateurs de screamo le pliant à ses exercices de style, copieur doué pour la synthèse sans pour autant intellectualiser la chose. Au point de ne pas donner envie de citer les noms défaitistes, lunaires, pianistes et dentaires, auxquels il peut faire penser, tant cette musique paraît sienne.

Le bleu grisé qui colore ses compositions, State Faults le transmet avec une fluidité constante, obligeant à écouter à chaque fois Resonate/Desperate d’un trait. Commençant directement de façon abrasive avec « Meteor », il s’écoule et coule progressivement, appuyant de plus en plus sa détresse jusqu’à s’épancher dans des élans mélodiques qui arrivent sans crier gare, là un solo solitaire cherchant de l’air dans des hauteurs irrespirables (« Stalagmites »), ici une noyade évoquant The Cure (« Spectral ») se prolongeant dans des spasmes hardcore névrosés frôlant le crust le plus épique et désespéré par des backing vocals grognards (« Incantations »). Onze titres paraissant raconter une seule et même histoire que, pour des raisons évidentes de dignité, je garderai personnelle.

Car chacun pourra s’inventer ici sa petite mise en mots honteuse des émotions passionnées traversant Resonate/Desperate. Se terminant par l’explosif « Old Wounds », sorte de préfiguration de la joie particulière que développera le groupe sur Clairvoyant, ce deuxième album, sans pour autant innover, s’approprie avec talent ce qui traverse le meilleur de la scène, avec une telle sincérité dans les sentiments convoqués qu’il donne l’impression de les redécouvrir. Un disque définitivement triste, au point de me faire penser que le screamo est du doom qui n’a plus le temps d’attendre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
State Faults
Screamo / (Post) Hardcore
2013 - No Sleep Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
State Faults
State Faults
Screamo / (Post) Hardcore - 2010 - Etats-Unis
  

vidéos
Ultima
Ultima
State Faults

Extrait de "Resonate/Desperate"
  

tracklist
01.   Meteor
02.   Wildfires
03.   Ultima
04.   Stalagmites
05.   Diamond Dust
06.   Disintegration
07.   Spectral
08.   Incantations
09.   Luminaria
10.   Amalgamation
11.   Old Wounds

Durée : 37 minutes 37 secondes

line up
parution
15 Novembre 2013

voir aussi
State Faults
State Faults
Desolate Peaks

2012 - Tiny Engines
  
State Faults
State Faults
Clairvoyant

2019 - No Sleep Records / Dog Knights Productions
  

Essayez aussi
La Dispute
La Dispute
Rooms Of The House

2014 - Better Living / Staple Records
  
Touché Amoré
Touché Amoré
Is Survived By

2013 - Deathwish Inc.
  
La Dispute
La Dispute
Somewhere At The Bottom Of The River Between Vega And Altair

2008 - No Sleep Records
  
La Dispute
La Dispute
Wildlife

2011 - No Sleep Records
  
Circle Takes the Square
Circle Takes the Square
As the Roots Undo

2004 - Robotic empire
  

Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique
Posthumous Regurgitation
Glorification Of Medical Ma...
Lire la chronique
Halphas
The Infernal Path into Obli...
Lire la chronique
Kickback
Forever War
Lire la chronique
Rivers Like Veins
Z iskier srebrnych orszaków
Lire la chronique
Visigoth
Bells of Awakening (EP)
Lire la chronique