chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ossuary - Supreme Degradation

Chronique

Ossuary Supreme Degradation (Démo)
Les Américains de Jex Toth étant au repos depuis 2013 et les sorties concomitantes de leur deuxième album intitulé Blood Moon Rise ainsi que d’un court EP baptisé Circles, il fallait bien que certains de ses membres assouvissent leurs pulsions créatrices ailleurs. Formé autour du bassiste Matt Jacobs et du batteur Nick Johnson, on retrouve pour compléter ce trio une demoiselle du nom d’Izzi Plunkett dont le curriculum vitae s’avère toutefois bien moins évocateur puisque hormis cette collaboration au sein d’Ossuary, celle-ci ne participe qu’à un seul autre projet du nom de Savage Death dont, personnellement, je n’ai jamais entendu parler.
En activité depuis déjà quelques années, le groupe originaire de Madison dans le Wisconsin a sorti en 2015 une première démo autoproduite intitulée Cremation Ritual (avant d’être éditée en cassette l’année suivante par Darkness Shall Rise Productions). Quatre ans plus tard, dans un premier temps au format numérique, celle-ci s’est vu rapidement offrir un traitement cassette grâce au soutien de Darkness Shall Rise Productions et Ruptured Fetus Productions.

Mise en avant par un artwork bien cradingue dont la simple qualité d’image évoque certaines des sorties les plus obscures des années 90, le groupe propose sur Supreme Degradation un Death Metal particulièrement vicieux et dérangé assez typique de ce que l’on peut trouver chez certains groupes du midwest et notamment dans la scène de Milwaukee rendue "célèbre" grâce à des formations telles que Viogression, Morta Skuld ou Accidental Suicide. Ce n’est toutefois pas la seule à laquelle on pense lorsque l’on aborde les quatre titres de cette seconde démo puisque l’on sent également l’influence absolument indiscutable de la scène finlandaise sur les compositions d’Ossuary.

La cadence vérolée et lancinante que nous impose le trio américain tout au long de ces quatre titres rend le parallèle d’emblée plutôt évident même si bien entendu ce n’est pas le seul élément de comparaison probant (les riffs pesants et tordus, l’atmosphère faisandée...). En attendant, avec une durée de plus de vingt-cinq minutes pour seulement quatre titres, il semble tout à fait clair qu’Ossuary ne mène pas son combat le couteau entre les dents. Le groupe préfère ainsi prendre son temps, laissant traîner ses riffs viciés et vicieux comme pour mieux plomber une atmosphère déjà particulièrement épaisse et putride grâce au chant lointain et affreusement possédé d’Izzi Plunkett (pas si éloigné que ça de celui de Jozy Kinnaman des très bons Grave Dust). Celle-ci insuffle à l’aide de son growl arraché et légèrement plus aigu que ses compères masculins une ambiance de mort palpable à main nue mais aussi et surtout un petit côté particulièrement dérangé et dérangeant grâce à ces gargouillis bien sentis et ces syllabes sifflantes et rampantes qui viennent vous lécher le fond des tympans.
Pour autant, Ossuary n’est pas totalement avare en accélérations puisque le groupe n’hésite pas à donner parfois un petit coup de fouet à son Death Metal à l’aide de séquences pour le moins rudimentaires mais ô combien rodées et efficaces comme notamment sur les premières parties plus groovy de "Bestial Triumph" et "Supreme Degradation", titre sur lequel on trouve d’ailleurs pas mal de semi-blasts plutôt tranquilles. Alors non, Ossuary n’entend certainement pas battre des records de vitesse mais il a au moins le mérite de varier les plaisirs et ainsi nuancer des compositions s’étalant systématiquement sur plus de cinq minutes. Ça n’empêchera pas tous ceux qui ne jurent que par le Saint blast-beat de continuer à tirer la gueule mais ceux qui aiment leur Death Metal lorsqu’il se fait également rampant sauront apprécier à leur juste valeur ces quelques variations bienvenues dans le tempo.

Parmi la pléthore de démos qui nous arrivent ces derniers mois des Etats-Unis (je vous refais un topo sur les sorties de chez Maggot Stomp ou c’est bon ?), celle d’Ossuary se classe aisément parmi les meilleures du genre et cela en grande partie parce qu’elle réussit à se démarquer du lot grâce à une approche plutôt personnelle ou en tout cas assez peu emprunté par d’autres avec notamment ces accointances Finlandaises évidentes et ces sonorités typiques d’un Death Metal du midwest. A l’image de cette photo en noir et blanc représentant un visage pour le moins esquinté, il y a dans le Death Metal d’Ossuary quelque chose de terriblement repoussant et dérangeant qui, forcément, rend la découverte et les écoutes qui s’en suivent particulièrement excitantes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

X-Death citer
X-Death
02/09/2019 19:02
note: 4/5
"ces syllabes sifflantes et rampantes qui viennent vous lécher le fond des tympans."

Celui qui me lèche le font des tympans part direct a l'hosto vu l'otite purulente que jme tape...

Ouai pas mal, pas mal. Les morceaux 2 et 4 révèlent le vrai potentiel des bonhommes à mon sens, dans un style rampant et conquérant, pas très rapide mais bonne ambiance. Je les attendrai donc sur ce créneau pour leur futur album.

C'est bien fait, j'aime bien le chant, ça change.

Edit: Bon la 3 elle est vachement bien aussi, on passe à 4 sur 5
N4pht4 citer
N4pht4
02/09/2019 15:06
note: 4/5
Une démo de qualité !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ossuary
Death Metal
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (2)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Ossuary
Ossuary
Death Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Lured By Cadence Of Wraiths  (07:39)
02.   Bestial Triumph  (05:10)
03.   Supreme Degradation  (05:31)
04.   Seep Into The Moldering Void  (06:50)

Durée : 25:10

line up
parution
15 Mai 2019

Essayez aussi
Incantation
Incantation
Dirges Of Elysium

2014 - Listenable Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Catch 22 (Réenr.)
(V2.0.08)

2008 - Nuclear Blast Records
  
Putrevore
Putrevore
Macabre Kingdom

2012 - Xtreem Music
  
Rude
Rude
Remnants

2017 - F.D.A.
  
Ectovoid
Ectovoid
Fractured In The Timeless Abyss

2012 - Hellthrasher Productions
  

Belenos
Argoat
Lire la chronique
Undeath
Demo '19 (Démo)
Lire la chronique
Total Hate
Throne Behind A Black Veil
Lire la chronique
10 MoM Challenge n°3 - Ceci n'est pas du DEATH !
Lire le podcast
Entombed A.D.
Bowels Of Earth
Lire la chronique
Mavorim
Silent Leges Inter Arma
Lire la chronique
Asagraum
Dawn of Infinite Fire
Lire la chronique
PPCM #23 - CELTIC pas beau ce METAL-là ?
Lire le podcast
Mgla
Age Of Excuse
Lire la chronique
Kruksog
Foster Prudence
Lire la chronique
Darkend
Spiritual Resonance
Lire la chronique
Adherent
Demo MMXVII (Démo)
Lire la chronique
Power From Hell
Profound Evil Presence
Lire la chronique
Imperial Cult
Spasm of Light
Lire la chronique
Jupiterian
Terraforming
Lire la chronique
Vitriol
To Bathe From The Throat Of...
Lire la chronique
Atlantean Kodex
The Course of Empire
Lire la chronique
Acid Witch
Evil Sound Screamers
Lire la chronique
Lutomysl
Ecce Homo
Lire la chronique
Various Artists
Slave to the Grind (DVD)
Lire la chronique
Temple Of Dread
Blood Craving Mantras
Lire la chronique
Antichrist Siege Machine
Schism Perpetration
Lire la chronique
Illdisposed
Reveal Your Soul For The Dead
Lire la chronique
Furia
Grudzień za grudniem
Lire la chronique
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
Rotted
Pestilent Tomb
Lire la chronique
Jesus Cröst
Tot
Lire la chronique
Impavida
Antipode
Lire la chronique
Imprecation
Damnatio Ad Bestias
Lire la chronique
Esoctrilihum
The Telluric Ashes Of The O...
Lire la chronique