chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
176 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hellish Grave - Hell No Longer Waits

Chronique

Hellish Grave Hell No Longer Waits
Toujours aussi brutale et bas du front la scène brésilienne ne cesse de conserver une activité grouillante et obscure dans l’underground le plus sale, jusqu’au jour où une partie de ces formations inconnues finissent par apparaître dans la lumière et balancent ainsi leurs créations à la face du monde. C’est le cas de ce quintet originaire de la région de Sao Paulo dont le Black/Speed délicieusement rétro et sans prétention (qui ne cesse de revenir au premier plan) va faire du bien par où ça passe. Si depuis ses débuts en 2011 il a été relativement productif (2 EP et autant d’albums avec ce « Hell No Longer Waits ») sa discographie est malgré tout passée inaperçue, pourtant il serait dommage de ne pas poser une oreille dessus tant son entrain communicatif et l’énergie déployée compensent largement le manque d’originalité et les légères lacunes techniques. Car s’il faut bien avouer que par moment la musique des Sud-Américains n’est pas toujours très carrée et en place elle a malgré tout suffisamment d’arguments pour ne pas lui donner sa chance, vu qu’elle n’hésite pas à y inclure des influences Thrash et même Heavy-Metal.

D’ailleurs en parlant de ce dernier style il apparaît de façon flagrante sur l’instrumental « Transilvanian Nights » qui fait office d’intro et qui n’est pas sans rappeler le fameux « The Ides Of March » d’IRON MAIDEN, tant son mid-tempo parfait pour remuer la tête nous renvoie à la vierge de fer période Paul Di’Anno, à l’instar de l’excellent « Possessed By The Witch ». Conservant ici cette base très NWOBHM le groupe y ajoute une bonne dose épique à l’entrain imparable qui se voit complétée par des solos de qualité (ils seront une constante sur cet opus) qui montrent qu’il est capable de garder son accroche même en n’allant pas trop vite. Mais c’est quand même les passages les plus rapides qui sont présents ici avec le plus de vigueur, il n’y a qu’à écouter le redoutable « Revenant Awakening » pour s’en rendre compte. Celui-ci ne débande pas une seconde et voit l’apparition de parties plus brutales et sombres au milieu d’autres plus thrashisantes, tout comme sur le très réussi « Over My Haunted Pact » à l’équilibre parfait et à la forte voracité. Si ces deux compositions privilégent l’agressivité et les bpm élevés sans baisser l’allure d’autres vont compiler toute la palette d’influences, cela se retrouve sur le très bon et remuant « In Nomine Draculae » où les leads sont de sortie d’entrée et les riffs calés sur un tempo moyen et entrainant, ponctués de roulements de toms à l’ancienne. Après cela la très bonne doublette « Macabre Worship »/« Locomotive Blast » va quant à elle être construite de la même façon, à savoir trois parties distinctes où les extrémités sont basées sur la rapidité et complétées en son milieu par de la lourdeur et du brise-nuques.

Mais à force de jouer sur une certaine simplicité technique l’attrait de cette galette va progressivement décliner et perdre en intérêt, le meilleur exemple étant l’ennuyeux « Lust For Youth » qui mise ici sur les ambiances et la noirceur, mais où l’absence de parties explosives et une répétition incessante des idées finissent par sonner totalement creux. Même constat pour le morceau-titre même si ici c’est sa durée qui va finir d’endormir l’auditeur, car avec pratiquement sept minutes (au lieu d’environ quatre jusqu’à présent) cela est beaucoup trop long, malgré que son démarrage ait été relativement convaincant. Si le classicisme régnait jusque-là plus on va avancer dans son écoute et plus ça va partir dans tous les sens ce qui est regrettable, d’autant plus avec cette clôture douce en arpèges qui ne sert à rien, à part prolonger les débats inutilement à l’instar du bonus « Soldiers Of Hell » pas mauvais en soi mais qui tourne en rond sans faire avancer le schmilblick.

Du coup si le côté interchangeable apparaît de façon flagrante il n’en reste pas moins que malgré ses erreurs de jeunesse ce disque recèle quand même de bonnes choses à défaut de marquer les esprits, et de s’essouffler fortement dans son dernier tiers, et ce malgré toute l’envie de bien faire des musiciens. Avec sa production naturelle qui nous renvoie trois décennies en arrière et sa sobriété relative il a quand même tout ce qu’il faut pour faire passer un bon moment, même s’il est certain qu’il prendra rapidement la poussière dans son étagère (d’où il ne ressortira que très rarement). En effet on préfèrera retourner vers les classiques et valeurs-sûres si on veut avoir quelquechose de plus mémorable et costaud à se mettre sous la dent, mais néanmoins ce type de galette est parfaite pour assurer une ouverture de concert et chauffer le public à défaut de mieux, ce qui n’est déjà pas si mal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hellish Grave
Black/Speed
2019 - Helldprod Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  9/10

plus d'infos sur
Hellish Grave
Hellish Grave
Black/Speed - 2011 - Brésil
  

tracklist
01.   Transilvanian Nights
02.   In Nomine Draculae
03.   Revenant Awakening
04.   Possessed By The Witch
05.   Over My Haunted Pact
06.   Macabre Worship
07.   Lust For Youth
08.   Locomotive Blast
09.   Hell No Longer Waits
10.   Soldiers Of Hell (bonus track)

Durée : 43 minutes

line up
parution
31 Mai 2019

Essayez aussi
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
Reaper
Reaper
Unholy Nordic Noise

2020 - Iron Bonehead Productions
  
Barbarian
Barbarian
To No God Shall I Kneel

2019 - Hells Headbangers Records
  
Power From Hell
Power From Hell
Profound Evil Presence

2019 - High Roller Records
  
Merciless
Merciless
The Awakening

1990 - Deathlike Silence Productions
  

Regurgitate
Carnivorous Erection
Lire la chronique
Nex Carnis
Black Eternity (EP)
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
Infidel
Lire la chronique
Black Spirit
In A Vortex To The Infinite...
Lire la chronique
Malokarpatan
Krupinské ohne
Lire la chronique
Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique