chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
178 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Wraith - Absolute Power

Chronique

Wraith Absolute Power
Depuis ses débuts en 2016 le trio de l’Indiana se montre particulièrement pressé d’en découdre et de montrer à la Terre entière ce qu’il vaut, car à l’instar du tempo moyen de sa musique il faut que les choses aillent vite chez lui en matière de sorties, comme si ce sentiment d’urgence était primordial pour lui. On peut légitimement se poser la question vu qu’en à peine trois années d’existence un EP suivi par un premier puis ce second album sont venus agrémenter une discographie qui prend de l’ampleur, de façon quantitative comme qualitative. Après « Heed The Warning » publié il y’a un an à peine de façon ultra-confidentielle sous format cassette, voici déjà que son successeur pointe le bout de son nez tout en étant toujours aussi expéditif au niveau de sa durée, vu qu’en moins d’une demi-heure les choses sont pliées, et cela n’est finalement pas si mal tant son côté primaire n’a guère besoin de plus de temps pour exprimer toute sa rage et sa puissance. Evoluant dans un Speed/Thrash particulièrement sombre et rétro les américains nous renvoient aussi bien vers les débuts de VENOM que du côté de TOXIC HOLOCAUST et MIDNIGHT pour sonner plus actuel, et si sur le papier le rendu semble prometteur il est effectivement à la hauteur des attentes engagées.

Le ton est donné dès le départ avec l’excellent « Devil’s Hour » au côté punk affirmé et qui techniquement ne s’embarrasse pas de futilités, vu que ça va jouer à cent à l’heure en permanence ne laissant de fait aucun répit à l’auditeur pour souffler, car il est pris à la gorge dès les premières secondes par la musique du combo qui ne le laissera tranquille qu’une fois arrivé au bout de l’écoute. Si le démarrage se fait de manière frontale le reste de la galette le sera tout autant et portée par un rythme global élevé qui ne donne pas le temps de se poser des questions, cependant pour éviter les baisses de régime et une linéarité trop rapide les américains ont réussi à varier suffisamment leurs compos pour ne pas tomber dans ce piège récurrent. On s’en rend compte dès la plage suivante la redoutable « Acid Mass » qui bien que misant principalement sur sa facette la plus débridée a la bonne idée de lever un peu le pied afin de proposer un mid-tempo remuant et entraînant parfait pour headbanguer. Il faut dire qu’en plus d’un vrai feeling au niveau de la batterie le riffing proposé est lui-aussi super efficace et donne instantanément envie de bouger la tête, à l’instar du très bon « The Curse » thrashisant à souhait et à l’énergie communicative (même constat sur le très réussi « At The Stake » qui ne débande pas un instant et voit juste quelques breaks apparaître ici et là afin de reprendre ses esprits).

Mais si musicalement ça reste relativement rudimentaire et mené de manière frénétique (les titres tournant aux alentours des trois minutes) le groupe a cependant toujours l’intelligence de varier aussi un peu son propos, notamment en ralentissant de manière plus flagrante la cadence comme sur le très bon « Meaningless Planet » où en plus d’un long solo la variété est de mise malgré l’absence de vitesse. Jouant ici sur la lenteur et même la lourdeur les mecs arrivent cependant à rester crédibles et à conserver leur ligne directrice, à l’instar de l’étonnant « Absolute Power » beaucoup plus sombre que tout ce qui a été entendu jusque-là et inspiré nettement par le Black-Metal. Proposant une lourdeur jamais encore atteinte l’explosivité y est totalement supprimée et remplacée par une sensation écrasante et massive, qui s’intègre bien à leur son. Si quelques accélérations sont au rendez-vous elles n’atteignent pas la furia de ce qui a été proposé auparavant et maintiennent de fait l’ensemble vers des influences proches du Doom, qui renforcent de fait l’obscurité générale présente sur cet ultime morceau original, vu que ce long-format se termine par une reprise fidèle de « Death Comes Ripping » des MISFITS, légèrement cradingue et sale.

C’est en effet un autre bon point de cette galette que cette production naturelle et légèrement crachotante, vu qu’on a franchement l’impression que le tout a été enregistré live et cela est en totale cohérence avec l’ensemble ici proposé que l’on pourrait croire avoir été écrit juste avant d’être mis en boîte. Sans prétention aucune hormis se défouler et faire se vider la tête cette découverte est un vrai bonheur auditif qui bien qu’étant prévisible et relativement linéaire au fur et à mesure (les plans et breaks ont tendance à se ressembler et à être interchangeables) passera assez facilement le cap des écoutes. Malgré ces petits défauts précités elle s’écoutera sans modération et avec plaisir chaque fois qu’elle sortira de son étagère du fait de sa longueur idéale, de son énergie communicative et aussi grâce à sa spontanéité à toute épreuve, toujours appréciable en ces temps de surenchère instrumentale indigeste.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wraith
Blackened Speed/Thrash
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  8.67/10

plus d'infos sur
Wraith
Wraith
Blackened Speed/Thrash - 2016 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Devil's Hour
02.   Acid Mass
03.   Meaningless Planet
04.   The Curse
05.   War Of Aggression
06.   At The Stake
07.   The Hunt
08.   Eyes Of The Sacred Ram
09.   Absolute Power
10.   Death Comes Ripping (THE MISFITS cover)

Durée : 28 minutes

line up
parution
16 Août 2019

Regurgitate
Carnivorous Erection
Lire la chronique
Nex Carnis
Black Eternity (EP)
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
Infidel
Lire la chronique
Black Spirit
In A Vortex To The Infinite...
Lire la chronique
Malokarpatan
Krupinské ohne
Lire la chronique
Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique