chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Antichrist Siege Machine - Schism Perpetration

Chronique

Antichrist Siege Machine Schism Perpetration
Ce groupe ne déconne pas du tout. Mais alors vraiment pas. Tout l’indique. Le nom, les photo, les artworks, les titres de chanson … Les mecs vivent avec la bave aux lèvres, les yeux injectés de sang, les muscles tremblants et le couteau à portée de main. Et moi j’aime, les mecs dans ce style. Quand ils décident de prendre des instruments pour vomir sur disque leur haine de toute vie et qu’ils ne sont par conséquent par en train de génocider leur quartier, ils arrivent souvent à me transmettre un peu de leur divine furie, à moi qui me sens déjà mal quand je n’ai pas dit « bonjour » à la boulangère.

Bon, après, c’est sûr que ces mecs-là n’ont souvent pas la patience d’apprendre plus de technique que le strict nécessaire. On arrive à envoyer du power-chord, du blast primitif et des vociférations bestiales, et on est prêts à enregistrer. C’est exactement ce qu’avait fait le duo d’Antichrist Siege Machine il y a deux ans, avec leur EP Morbid Triumph qui m’avait bien retourné la gueule à l’époque. Nom de Dieu ce que c’était méchant, ce que c’était haineux, ce que c’était brutal …

Schism Perpetration est le premier longue-durée du tandem barbare, et représente à merveille tout ce que la scène war black metal dont je ne parviens décidément pas à me lasser fait de mieux. Je suis même surpris de ne pas me retrouver avec un gros logo rouge signé Chris Moyen et un monochrome plus marqué sur l’artwork tant l’affiliation est évidente. Antichrist Siege Machine aime la guerre, le blasphème, la brutalité, la mort et le chaos. Il n’aime pas les gens, Dieu, l’entraide, la charité, Benoît Hamon, la tolérance et le respect d’autrui.

Il y a bien en revanche une chose qu’Antichrist Siege Machine semble apprécier un peu plus que ses compagnons de régiment. Et cette chose, c’est le death metal. Le groupe a tendance à riffer un peu plus style suédois que la moyenne des groupes du genre, et même à sonner un peu Stockholm dans sa production. Il y a du Entombed là-dedans, c’est certain. Et c’est aussi très bien, puisque les deux premiers Entombed demeurent une référence absolue en matière de death metal.

War black metal oblige, la production n’est pas clairette. C’est gras comme un abattoir en fin de journée, ça suinte les pires viscosités et le sang coagulé, le tout raclé sur fond de limaille de fer. Antichrist Siege Machine a un son sale, grésillant et indistinct, mais malgré tout massif et puissant, écrasant. On évite le syndrome du premier Blasphemy et de beaucoup d’autres groupes de cette scène, en somme, même s’il est évident que les deux américains sont de fervents adeptes du fameux Ross Bay Cult. En fait, le groupe a pris le temps de mettre sa bestialité en valeur, un peu comme a pu le faire Profane Order. Les riffs finissent toujours par s’imprimer dans le cerveau passée la première impression de bouille inaudible, la batterie fait dans le très simple mais très efficace en cognant âprement tout le long sur ce qui peut bien se présenter à elle, et la voix éructe impérieusement, correctement mise en avant et non pas noyée dans le mur de son. Un petit mot sur la sonorité de la batterie d’ailleurs, qui avoine comme il faut en claquant très naturellement avec un côté « percussif » très plaisant. Antichrist Siege Machine fait de la krieg musique, servie dans juste ce qu’il faut de krieg production.

Le groupe ne s’éternise pas, du coup moi non plus. Moins d’une demi-heure de grosse, grosse bagarre qui alterne entre blasts de tarés avec riffs belliqueux en Diable et ralentissements méchants à en crever qui font un peu penser à Archgoat parfois. Il y a rarement réellement matière à disserter pendant des heures sur la composition d’un groupe de war black (sauf quand on s’appelle Diocletian). Soit ça marche, soit ça marche pas. Et là, nom de Dieu, ça marche !

Antichrist Siege Machine a fait l’erreur de sortir son album juste après celui de Diocletian, qui va forcément lui rouler sur la gueule. Mais si vous n’avez pas encore votre dose de war black bestial et ultra bourrin, les deux canonniers de Virginie ont tout ce qu’il faut dans leurs chargeurs pour vous anéantir comme vous le méritez.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
06/09/2019 10:37
note: 8/10
Sagamore a écrit : Gras à souhait. Un bonheur quand vient la pulsion fast-food.

Tu te mets un petit Profane Order ou un petit Weregoat juste derrière et tu te fais un taux de cholestérol impeccable digne de Depardieu
Sagamore citer
Sagamore
06/09/2019 07:40
note: 8/10
Gras à souhait. Un bonheur quand vient la pulsion fast-food.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Antichrist Siege Machine
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (1)  6/10

plus d'infos sur
Antichrist Siege Machine
Antichrist Siege Machine
War metal - 2016 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Incinerated Enemy
02.   Cleaved from Flesh
03.   Enduring Power
04.   Hell Fire Reign
05.   Numbing Decay
06.   Schism Perpetration
07.   Prime Mover
08.   Apocalyptic Despair
09.   Utopian Hope

Durée : 28 minute

parution
26 Août 2019

Essayez aussi
Infernal War
Infernal War
Redesekration
(The Gospel Of Hatred And Apotheosis Of Genocide)

2007 - Agonia Records
  
Infernal Execrator
Infernal Execrator
Antichrist Execration (MCD)

2008 - Pulverised Records
  
Impiety
Impiety
Dominator (EP)

2008 - Pulverised Records
  
Infernal Execrator
Infernal Execrator
Obsolete Ordinance

2018 - Pulverised Records
  
Impiety
Impiety
Formidonis Nex Cultus

2007 - Agonia Records
  

Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique
Dauþuz
Grubenfall 1727 (EP)
Lire la chronique
Mercyful Fate
In The Shadows
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Alcest
Spiritual Instinct
Lire la chronique