chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Acid Witch - Evil Sound Screamers

Chronique

Acid Witch Evil Sound Screamers
J’ai toujours bien aimé Acid Witch, leur côté bonhomme, leur faculté à représenter réellement, sur leur pochette, le contenu glougloutant de leur doom psycho/death de bazar. Mais si Witchtanic Hellucinations m’avait relativement séduit, j’avais été plus refroidi par Stoned, la surprise passée, le glougloutage aussi.

L’arrivée en 2017 de leur nouvel effort longue durée, perdu au milieu d’une constellation de compil, split, split video, EP… à faire pâlir un groupe de grind, a ainsi suscité ma curiosité. Evil Sound Screamers allait-il relever le niveau comme l’artwork joliment déglingo le suggère ? Une réponse plutôt affirmative se dégage même si certains regrets pointent.

Dès la pochette donc, l’auditeur est plongé dans une ambiance Halloween de bon aloi. Les mauvaises blagues, les citrouilles, les bonbons et les tueurs en série sont de sorties. Toujours armé de son doom très death (ou de son death très doom), Acid Witch ne prend pas son public au dépourvu. Scare Tape introduit le film d’horreur (comme la plupart des intros de morceaux : Nain Rouge et Enter at your own risk par exemple) et plonge de suite dans l’ambiance du moment alors que Mr Beistle appuie sur les aspects sombres et lourds de la rythmique dont le groupe a le secret (Mutilation Mansion encore, avec de merveilleux claviers qui tapissent tout l’arrière-plan sonore de leur trémolos stridents). Sans temps morts, le groupe entraîne l’auditeur dans son univers horrifique, rampant aux tonalités écrasantes et grasses à souhait. Mais un peu comme sur leurs précédents efforts, les claviers psychédéliques aèrent le tout. On regrettera que le chant soit moins profond et que, globalement, le son soit plus faiblard tout de même qu’auparavant. Ce qui est gagné en atmosphère est perdu en puissance. Dommage.

Pour autant, le chant reste très varié puisque le phrasé guttural le dispute aux vocalises black, sans compter les petits arrangements où on a l’impression d’entendre des lutins ou je ne sais quoi d’autres venir susurrer leurs mauvaises blagues à l’oreille de l’auditeur. De même, quelques idées neuves interviennent assez rapidement, comme cette intro un peu électro sur I Hate Halloween, accompagnée d’un orgue Hammond pour la profondeur et l’emphase (il constitue parfois la base même du titre comme sur Enter at your own risk). Ce même morceau est d’ailleurs surprenant à plus d’un titre si on le remet en perspective avec la discographie du groupe. Il marque, dans sa structure, une volonté de proposer un titre évolutif, presque prog’ par instant, très travaillé dans les arrangements, sans que l’ambiance n’y perde en pertinence. Les solis heavy qui le parsème (sur la fin du morceau notamment) lui offre des contrastes tout à fait remarquables. Ce changement dans l’approche des compos ne réside pas dans ce seul titre. Cheap Gore et Nain Rouge par exemple comprennent des bases assez nettement thrash par instants (sur certaines attaques ou accélérations), alors que les claviers apportent encore cette touche prog’ latente et que les arrangements continent d’ancrer sérieusement les morceaux dans l’univers horrifique.

Les relents heavy, voire hard rock (Hardrock Halloween) apportent leur touche aux morceaux, qui renforcent les respirations sans dénaturer l’atmosphère globale. Au soutien des structures, ils confèrent variations et richesses aux titres, dynamisme aussi et se marient parfaitement avec les arrangements menaçants du combo américain (I Hate Halloween, Hardrock Halloween).

Si l’on accepte de concevoir que le retour aux ambiances de Witchtanic Hellucinations comme leur mélange à certains tiques de compositions de Stoned puisse aboutir à un album plus « sérieux », plus maitrisé, ce dernier effort d’Acid Witch pourrait bien vous séduire d’autant que la pièce de clôture, An Evil Sound Screaming, est aussi la plus riche avec son départ ultra doomisant, basse monopolisant l’espace sonore, avant que des chœurs, des arrangements menaçants et une ambiance digne de l’élite des films d’horreur ne s’installe en toute harmonie, façon Carpenter Brut, pour notre plus grand plaisir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Rigs Mordo citer
Rigs Mordo
09/09/2019 13:50
note: 10/10
J'ai mis plus de temps à l'apprécier que les autres, j'étais même plutôt déçu au départ. Mais à force je l'ai pris comme un disque d'ambiances et un hommage à une saison plus qu'un album à "chansons" en tant que tel. Il est donc moins accrocheur que le premier au niveau des mélodies, mais le propos me semble ailleurs. Le temps passant, c'est probablement devenu mon favori des trois en tout cas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Acid Witch
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  10/10
Webzines : (4)  7.5/10

plus d'infos sur
Acid Witch
Acid Witch
Doom/death - 2007 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Scare Tape
02.   Mr. Beistle
03.   I Hate Halloween
04.   Cheap Gore
05.   Nain Rouge (The Red Dwarf)
06.   Enter at Your Own Risk
07.   Mutilation Mansion
08.   Hardrock Halloween
09.   Nightmare in a Damaged Brain
10.   An Evil Sound Screaming

Durée : 37:25

parution
31 Octobre 2017

Essayez aussi
Anatomia
Anatomia
Dissected Humanity

2005 - Necroharmonic
  
Solothus
Solothus
No King Reigns Eternal

2016 - Doomentia Records
  
Painted Black
Painted Black
Cold Comfort

2010 - Ethereal Sound Works
  
Visceral Evisceration
Visceral Evisceration
Incessant Desire For Palatable Flesh

1994 - Napalm Records
  
Incantation
Incantation
Primordial Domination

2006 - Listenable Records
  

Belenos
Argoat
Lire la chronique
Undeath
Demo '19 (Démo)
Lire la chronique
Total Hate
Throne Behind A Black Veil
Lire la chronique
10 MoM Challenge n°3 - Ceci n'est pas du DEATH !
Lire le podcast
Entombed A.D.
Bowels Of Earth
Lire la chronique
Mavorim
Silent Leges Inter Arma
Lire la chronique
Asagraum
Dawn of Infinite Fire
Lire la chronique
PPCM #23 - CELTIC pas beau ce METAL-là ?
Lire le podcast
Mgla
Age Of Excuse
Lire la chronique
Kruksog
Foster Prudence
Lire la chronique
Darkend
Spiritual Resonance
Lire la chronique
Adherent
Demo MMXVII (Démo)
Lire la chronique
Power From Hell
Profound Evil Presence
Lire la chronique
Imperial Cult
Spasm of Light
Lire la chronique
Jupiterian
Terraforming
Lire la chronique
Vitriol
To Bathe From The Throat Of...
Lire la chronique
Atlantean Kodex
The Course of Empire
Lire la chronique
Acid Witch
Evil Sound Screamers
Lire la chronique
Lutomysl
Ecce Homo
Lire la chronique
Various Artists
Slave to the Grind (DVD)
Lire la chronique
Temple Of Dread
Blood Craving Mantras
Lire la chronique
Antichrist Siege Machine
Schism Perpetration
Lire la chronique
Illdisposed
Reveal Your Soul For The Dead
Lire la chronique
Furia
Grudzień za grudniem
Lire la chronique
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
Rotted
Pestilent Tomb
Lire la chronique
Jesus Cröst
Tot
Lire la chronique
Impavida
Antipode
Lire la chronique
Imprecation
Damnatio Ad Bestias
Lire la chronique
Esoctrilihum
The Telluric Ashes Of The O...
Lire la chronique