chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
160 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Acid Witch - Evil Sound Screamers

Chronique

Acid Witch Evil Sound Screamers
J’ai toujours bien aimé Acid Witch, leur côté bonhomme, leur faculté à représenter réellement, sur leur pochette, le contenu glougloutant de leur doom psycho/death de bazar. Mais si Witchtanic Hellucinations m’avait relativement séduit, j’avais été plus refroidi par Stoned, la surprise passée, le glougloutage aussi.

L’arrivée en 2017 de leur nouvel effort longue durée, perdu au milieu d’une constellation de compil, split, split video, EP… à faire pâlir un groupe de grind, a ainsi suscité ma curiosité. Evil Sound Screamers allait-il relever le niveau comme l’artwork joliment déglingo le suggère ? Une réponse plutôt affirmative se dégage même si certains regrets pointent.

Dès la pochette donc, l’auditeur est plongé dans une ambiance Halloween de bon aloi. Les mauvaises blagues, les citrouilles, les bonbons et les tueurs en série sont de sorties. Toujours armé de son doom très death (ou de son death très doom), Acid Witch ne prend pas son public au dépourvu. Scare Tape introduit le film d’horreur (comme la plupart des intros de morceaux : Nain Rouge et Enter at your own risk par exemple) et plonge de suite dans l’ambiance du moment alors que Mr Beistle appuie sur les aspects sombres et lourds de la rythmique dont le groupe a le secret (Mutilation Mansion encore, avec de merveilleux claviers qui tapissent tout l’arrière-plan sonore de leur trémolos stridents). Sans temps morts, le groupe entraîne l’auditeur dans son univers horrifique, rampant aux tonalités écrasantes et grasses à souhait. Mais un peu comme sur leurs précédents efforts, les claviers psychédéliques aèrent le tout. On regrettera que le chant soit moins profond et que, globalement, le son soit plus faiblard tout de même qu’auparavant. Ce qui est gagné en atmosphère est perdu en puissance. Dommage.

Pour autant, le chant reste très varié puisque le phrasé guttural le dispute aux vocalises black, sans compter les petits arrangements où on a l’impression d’entendre des lutins ou je ne sais quoi d’autres venir susurrer leurs mauvaises blagues à l’oreille de l’auditeur. De même, quelques idées neuves interviennent assez rapidement, comme cette intro un peu électro sur I Hate Halloween, accompagnée d’un orgue Hammond pour la profondeur et l’emphase (il constitue parfois la base même du titre comme sur Enter at your own risk). Ce même morceau est d’ailleurs surprenant à plus d’un titre si on le remet en perspective avec la discographie du groupe. Il marque, dans sa structure, une volonté de proposer un titre évolutif, presque prog’ par instant, très travaillé dans les arrangements, sans que l’ambiance n’y perde en pertinence. Les solis heavy qui le parsème (sur la fin du morceau notamment) lui offre des contrastes tout à fait remarquables. Ce changement dans l’approche des compos ne réside pas dans ce seul titre. Cheap Gore et Nain Rouge par exemple comprennent des bases assez nettement thrash par instants (sur certaines attaques ou accélérations), alors que les claviers apportent encore cette touche prog’ latente et que les arrangements continent d’ancrer sérieusement les morceaux dans l’univers horrifique.

Les relents heavy, voire hard rock (Hardrock Halloween) apportent leur touche aux morceaux, qui renforcent les respirations sans dénaturer l’atmosphère globale. Au soutien des structures, ils confèrent variations et richesses aux titres, dynamisme aussi et se marient parfaitement avec les arrangements menaçants du combo américain (I Hate Halloween, Hardrock Halloween).

Si l’on accepte de concevoir que le retour aux ambiances de Witchtanic Hellucinations comme leur mélange à certains tiques de compositions de Stoned puisse aboutir à un album plus « sérieux », plus maitrisé, ce dernier effort d’Acid Witch pourrait bien vous séduire d’autant que la pièce de clôture, An Evil Sound Screaming, est aussi la plus riche avec son départ ultra doomisant, basse monopolisant l’espace sonore, avant que des chœurs, des arrangements menaçants et une ambiance digne de l’élite des films d’horreur ne s’installe en toute harmonie, façon Carpenter Brut, pour notre plus grand plaisir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Rigs Mordo citer
Rigs Mordo
09/09/2019 13:50
note: 10/10
J'ai mis plus de temps à l'apprécier que les autres, j'étais même plutôt déçu au départ. Mais à force je l'ai pris comme un disque d'ambiances et un hommage à une saison plus qu'un album à "chansons" en tant que tel. Il est donc moins accrocheur que le premier au niveau des mélodies, mais le propos me semble ailleurs. Le temps passant, c'est probablement devenu mon favori des trois en tout cas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Acid Witch
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  10/10
Webzines : (4)  7.5/10

plus d'infos sur
Acid Witch
Acid Witch
Doom/death - 2007 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Scare Tape
02.   Mr. Beistle
03.   I Hate Halloween
04.   Cheap Gore
05.   Nain Rouge (The Red Dwarf)
06.   Enter at Your Own Risk
07.   Mutilation Mansion
08.   Hardrock Halloween
09.   Nightmare in a Damaged Brain
10.   An Evil Sound Screaming

Durée : 37:25

parution
31 Octobre 2017

Essayez aussi
Mar de Grises
Mar de Grises
First River Regards (EP)

2010 - Firebox Records
  
Schammasch
Schammasch
Contradiction

2014 - Prosthetic Records
  
The Fall of Every Season
The Fall of Every Season
Amends

2013 - Grau Records
  
Imindain
Imindain
The Enemy of Fetters and the Dweller in the Woods (EP)

2007 - Indépendant
  
The Whorehouse Massacre
The Whorehouse Massacre
Altar of the Goat Skull / VI (Compil.)

2015 - Transcending Obscurity
  

Tool
Fear Inoculum
Lire la chronique
Bloody Alchemy
Reign Of Apathy
Lire la chronique
Chthonic Deity
Reassembled In Pain (Démo)
Lire la chronique
Flesh of the Stars
Mercy
Lire la chronique
Meuchelmord
Waffenträger
Lire la chronique
Blood Incantation
Hidden History Of The Human...
Lire la chronique
EMPATH EUROPE - VOLUME 1
Devin Townsend + Haken
Lire le live report
Vastum
Orificial Purge
Lire la chronique
Verdun
Astral Sabbath
Lire la chronique
Unfathomable Ruination
Enraged & Unbound
Lire la chronique
Witch Mountain
Witch Mountain
Lire la chronique
Die Kunst Der Finsternis
Revenant in a Phantom World...
Lire la chronique
Opeth + The Vintage Caravan
Lire le live report
Negator
Vnitas Pvritas Existentia
Lire la chronique
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique
Maïeutiste
Veritas
Lire la chronique
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam
Lire la chronique