chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Imperial Cult - Spasm of Light

Chronique

Imperial Cult Spasm of Light
2019, IMPERIAL CULT sort son premier album. Mais ce n’est pas un album vraiment banal. C’est plutôt une expérience puisqu’un seul titre le compose, long de 34 minutes. Un exercice qui a déjà été tenté par d’autres, mais qui est toujours dangereux, avec des handicaps clairs dès le début, et ils n’ont pas vraiment été évités ici non plus...

IMPERIAL CULT est un groupe venu des Pays-Bas, formé en 2016 par René Aquiarius, batteur de DOSSIER NEGRO, SNEEZING PUS ou encore DUNGEÖNHAMMER, par Omar, guitariste chez TURIA, NUSQUAMA, GALG et ISKANDR, et enfin par T, chanteur qui a la particularité d’être une chanteuse. Oui, oui, je dis « particularité » parce qu’à aucun moment son timbre ne trahit son sexe. C’est simple, je ne l’avais pas remarqué avant de voir la biographie. Elle aussi officie chez TURIA et NUSQUAMA, montrant ainsi à quel point elle s’entend comme larron en foire avec Omar.

René, Omar et T se font ici créditer sous leurs initiales : R, O et T. Lettres qui mises ensembles donnent ROT... Une petite anecdote bien inutile, j’en conviens. Et donc, IMPERIAL CULT s’est lancé dans l’écriture d’un album avec une seule piste, un véritable morceau qui s’étire, qui s’allonge, qui se déroule sur 34 minutes. Et si l’on a toujours envie de respecter l’approche et le challenge que cela représente, on ne peut pas nier que l’auditeur aura du mal à revenir vers ce genre de titres. Moi, j’ai du mal. Alors même que je sais que la durée est inférieure à la plupart des albums « normaux », j’ai l’impression que je me lance dans quelque chose de très long, quelle que soit la qualité de la musique. « Meeeerde, je suis sur le point de me farcir une demi-heure du MÊME morceau ! ». Parce que c’est rare que ce genre de compositions arrive à maintenir l’intérêt et à justifier la longueur.

Alors voyons… Eh bien Spasm of Light commence assez fort, avec un black metal dévastateur, cauchemardesque, véritable interprétation musicale de l’Apocalypse. Rythme soutenu et vocaux enragés. On est dans du black metal sans concession qui vous ronge de l’intérieur. Génial. Mais ça continue comme ça sans pratiquement aucune variation jusqu’à la 16ème minute ! Alors qu’au bout de 6 ou 7 on commençait à fatiguer de la répétition excessive, c’est carrément 16 minutes ! Et là, on a un break, qui fait enfin varier les ambiances. Qui vient enfin nous rassurer que ce ne serait pas pendant 30 minutes la même chose répétée à l’infini. Ça commençait vraiment à tourner en rond. On pousse un ouf, mais ce passage dure lui aussi un peu longtemps : 4 minutes de tranquillité. Et vers la vingtième minute, les hostilités repartent. J’aime bien cette partie, qui revient crescendo, qui remet de l’agressivité avec une tension très palpable. L’explosion est belle et se meurt à la 28ème minute. Il en reste plus de 5, elles seront ambiant, atterrissage très en douceur qui saura calmer, bercer, endormir. 2 auraient suffi…

Et donc, sachant que les 34 minutes se divisent ainsi en 4 grandes parties, je n’ai plus envie de l’écouter. Je n’ai pas envie de me relancer dans cette pièce qui est longue sans raison. Respect, mais pas de rappel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Imperial Cult
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Imperial Cult
Imperial Cult
Black Metal - 2016 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Spasm of Light

Durée : 33:57

parution
22 Août 2019

Essayez plutôt
Nordjevel
Nordjevel
Necrogenesis

2019 - Osmose Productions
  
Animus Herilis
Animus Herilis
Recipere Ferum

2005 - Oaken Shield
  
Black Cilice
Black Cilice
Transfixion of Spirits

2019 - Iron Bonehead Productions
  
Balmog
Balmog
Vacuum

2018 - War Anthem Records
  
Candelabrum
Candelabrum
Portals

2018 - Altare Productions
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique