chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Total Hate - Throne Behind A Black Veil

Chronique

Total Hate Throne Behind A Black Veil
Près de deux décennies après sa création la formation de Nuremberg menée par l’inusable chanteur Adrastos (dernier membre d’origine encore présent) n’a jamais réussi à devenir un incontournable au sein d’une scène Black allemande qui a du mal à retrouver un certain allant. A l’instar de nombre de ses compatriotes TOTAL HATE fait encore aujourd’hui preuve d’une persévérance et d’une motivation à toute épreuve, mais n’est toujours pas arrivé à transformer l’essai malgré des débuts intéressants. S’inspirant sans vergogne de la scène norvégienne des années 90, et affichant ouvertement sa passion pour URGEHAL, GORGOROTH ou encore DARKTHRONE, il en est par contre resté très loin en termes de qualité comme d’accroche, la faute à une musique beaucoup trop générique pour se détacher de la masse de nouveautés de seconde zone qui inondent un marché de l’extrême saturé. Du coup il faut arriver à créer quelquechose de marquant pour pouvoir s’extraire de cette masse grouillante de platitude voire de nullité, et malgré tous leurs efforts les bavarois n’ont jamais pu vraiment s’en extirper même si quelques titres ici et là ont pu avoir leur petit effet. Si les peu reluisants « Depopulating Planet Earth » et « Necare Humanum Est » n’ont pas laissé de souvenirs impérissables (tant l’encéphalogramme restait désespérément plat), en revanche « Lifecrusher – Contributions To A World In Ruins » voyait le désormais quintet relever légèrement le niveau, même s’il n’y avait pas de quoi sauter au plafond. De ce fait on peut légitimement se dire que ce quatrième album (où un nouveau frappeur fait partie de l’aventure) remontera le niveau de ses prédécesseurs relativement dispensables et vite oubliés, et malheureusement cela ne sera pas le cas.

Car malgré de très bons moments il y’a tout à parier que ce long-format passera tout aussi inaperçu que les autres, à cause notamment d’un trop grand déséquilibre des forces en présence où l’excellent côtoie le passe-partout voire le pantouflard. Pourtant l’ensemble avait bien démarré avec le très réussi « Psychopath » où toute la palette technique des teutons était mise en avant de façon équilibrée, possédant ainsi un entrain communicatif et agréable qui faisait passer un bon moment. Après cela on retrouvait plus loin le tout aussi bon « His Throne Behind A Black Veil » qui montrait une facette glaciale et neigeuse accrue, complétée par des changements de rythmes bien placés et des passages épiques simples mais diablement efficaces, en raccord complet avec la pochette, tout comme avec le très court « Death Raid Apocalypse ». Lorgnant ici largement vers le Punk comme du côté de TAAKE on est ici en présence d’une compo encore plus bas du front et directe que ce qui a été proposé jusque-là, mais à la différence de ce qui va suivre cela est encore parfaitement exécuté grâce notamment à un savant dosage entre instants débridés parfaits pour un pogo et d’autres où la vitesse augmente plus fort pour montrer que ça reste quand même du Metal frontal et sans concessions, qui fait franchement du bien.

Mais après ces réussites agréables le reste de l’opus ne va pas être du même acabit, en cause justement cette construction simple et épurée qui va finir par tomber dans une certaine redondance et routine, c’est le cas de « Decline Of Human Life – Part II » qui n’est pas mauvais en soi mais qui se montre d’une prévisibilité sans bornes. On sait pratiquement de suite où et quand vont tomber tels passages ou breaks, qu’ils soient rapides ou plus lents, et cela sans compter les riffs et patterns interchangeables qu’on a l’impression de retrouver régulièrement tout au long de l’écoute. Preuve en est avec « Thou Shalt Kill (Killing Spree Unleashead) » aux accents scandinaves prononcés et qui tabasse pratiquement sans discontinuer pour une fureur plus importante mais aussi une linéarité renforcée (ce qui cause sa perte), et cela est plus flagrant encore à cause d’une durée nettement excessive. En effet même si on entend de bonnes choses celles-ci retombent progressivement du fait de morceaux qui s’étirent inutilement en longueur (à une exception près ça ne descend jamais sous les cinq minutes), à l’instar de « Lunatic Beast » qui joue sur le grand-écart entre passages lents aux deux extrémités et des longues chevauchées blastistiques le reste du temps, mais dont l’ennui finit malheureusement par l’emporter. Si l’écriture en elle-même sans être grandiose avait le mérite d’être intéressante l’intérêt disparait à cause de ces excès temporels, d’ailleurs ce constat s’impose tout autant sur le sympathique « Venomed Seed » qui aurait gagné en accroche en étant raccourci, au lieu de cela ça s’empatte et ça ronronne pour au final faire décrocher totalement l’auditeur. Et quand le rendu est quant à lui franchement raté comme sur l’ennuyeux « Raven Wings & Witchcraft Spells » il n’y a hélas plus rien à sauver, hormis attendre qu’on en termine le plus rapidement possible et qu’on revienne écouter les classiques qui ont influencé le quintet ici présent.

Malgré une production naturelle et équilibrée où chaque instrument est bien audible il n’y a pas grand-chose de mémorable là-dedans, tant il est difficile de faire ressortir un titre plus qu’un autre (toujours à cause de cette sensation justifiée d’interchangeabilité) et où tout est sans surprises et déjà entendu des milliers de fois auparavant. Du coup il ne fait aucun doute que les gars resteront bien calés dans la deuxième division du genre, et ne feront pas remonter la moyenne de la scène noire de leur pays qui décidemment traverse des heures sombres et a du mal à voir de nouveaux talents sortir du lot. Avec autant d’années au compteur les mecs semblent devoir être condamnés définitivement à jouer les premières parties des ténors, même s’ils font le métier avec application et sérieux, mais dont le rendu trop scolaire n’a pas la saveur ni le talent pour pouvoir espérer mieux que cela, et grimper ainsi dans la hiérarchie nationale comme internationale.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Total Hate
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.56/10

plus d'infos sur
Total Hate
Total Hate
Black Metal - 2000 - Allemagne
  

tracklist
01.   Psychopath
02.   Decline Of Human Life – Part II
03.   Thou Shalt Kill (Killing Spree Unleashed)
04.   Raven Wings & Witchcraft Spells
05.   His Throne Behind A Black Veil
06.   Death Raid Apocalypse
07.   Lunatic Beast
08.   Venomed Seed

Durée : 43 minutes

line up
parution
2 Août 2019

voir aussi
Total Hate
Total Hate
Depopulating Planet Earth

2008 - Agonia Records
  

Essayez plutôt
Ravencult
Ravencult
Temples Of Torment

2007 - Dark Essence Records
  
Fluisteraars
Fluisteraars
Gelderland (EP)

2016 - Eisenwald Tonschmiede
  
Leviathan
Leviathan
True Traitor, True Whore

2011 - Profound Lore Records
  
Craft
Craft
Void

2011 - Carnal Records
  
Death Like Mass
Death Like Mass
Jak Zabija Diabeł (EP)

2017 - Under The Sign Of Garazel Productions
  

Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique