chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Belenos - Argoat

Chronique

Belenos Argoat
BELENOS fait partie des groupes dont on ne dit pas de mal. C’est rare mais c’est ainsi. Encore plus rare parmi les groupes connus, et français. Je veux dire… On a toujours des polémiques sur les évolutions, sur l’attitude, sur tout et parfois sur rien concernant la majeure partie des acteurs de notre scène. Rien que le fait qu’un groupe soit souvent cité suffit à le faire détester par ceux qui estiment que telle ou telle formation mériterait elle aussi une meilleure exposition. L’insuccès des uns serait même causé par le succès des autres… Alors que ce soit PESTE NOIRE, DEATHSPELL OMEGA, BLUT AUS NORD ou les formations récentes avec Meyhna’ch ou Hreidmarr ont obligatoirement des détracteurs. BELENOS moins.

Loïc Cellier aurait pourtant pu se faire des ennemis, décevoir ses fans, tomber du haut de la colline en bientôt 25 ans de carrière, mais il n’en est rien. Au contraire, il fait office de sage, de guide. Et au contraire, plus le temps passe, et plus il est respecté. C’est qu’il a réussi, peut-être naturellement, peut-être inconsciemment, à devenir le grand-frère du black metal. Toujours fidèle à ses principes, logique dans ses rares évolutions, fidéle à ses croyances musicale ET extramusicales… Il pourrait se comparer à une éclipse. On en a déjà vu, on sait à quoi elle ressemble, on ne sera pas surpris de l’observer, mais on se prépare à la voir, et on l’accueille en silence. C’est ça un nouvel album de BELENOS.

On sait ce qu’on va trouver. Et Argoat ne déroge pas à la règle. Du black metal agressif avec des mélodies tranchantes, avec des ajouts de guitares acoustiques, avec des chœurs graves en fond. On sait tous à quoi ressemble BELENOS, et pourtant on l’attend pour le célébrer. Comme une éclipse, ou comme un vieil ermite qui sort uniquement de temps à autres de sa forêt pour nous visiter. « Colline », « Forêt »… C’est bien ce que l’on voit sur cette pochette d’ailleurs.

Mais voilà, il y a tout de même un hic avec le groupe et c’est un hic qui persiste depuis quelques albums déjà : les similitudes un peu trop redondantes entre les pistes. Aussi bonnes soient les compositions, elles rappellent obligatoirement d’anciens morceaux. Les amateurs les plus extrêmes du groupe s’en réjouissent bien entendu, mais les autres peuvent être las, tout en admettant la qualité constante des opus. Pour revenir à notre éclipse, c’est comme ce blasé qui affirmera qu’il en déjà vu auparavant. Pour revenir à notre ermite, c’est comme ce paresseux qui prétendra que « le vieil homme va encore tenir le même discours, avec plus ou moins les mêmes mots », et que « ça ne vaut pas le déplacement. ». Ils n’ont pas complètement tort, mais ils auront jugé en surface, car il faut avouer qu’on trouve de l’inédit dans quelques recoins. Et au fil des écoutes, il y a même des pistes qui nous semblent rejoindre le meilleur de BELENOS. Il faut juste accepter que le groupe est intemporel. Sans ignorer ce qui a été fait auparavant, il faut réussir à penser les albums comme s’ils étaient tous sortis en même temps. Le manque de surprises ne doit pas gâcher la véritable efficacité des 9 morceaux.

Deux réactions possibles donc : soit on est toujours un fervent amateur de BELENOS et on arrive à écouter l’album encore et encore pour trouver ses particularités dissimulées, soit on est impatient et l’on a l’impression d’écouter une énième version de la même base musicale et avec toujours les mêmes ajouts. De mon côté j’arrive à bien plonger dans l’univers de Loïc qui m’a tellement apporté lors de ses débuts, tout en regrettant à nouveau l’absence de phrases fortes en français. Je le reproche à chaque fois depuis 10 ans, mais je trouvais que l’utilisation du français apportait plus de moments forts...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Bras Cassé citer
Bras Cassé
20/09/2019 19:53
note: 8/10
Album que j'attends le plus cette année. Toutes ses sorties sont des merveilles, des classiques Spicilège et Errances Oniriques aux plus récents, Kornog m’ayant complément transporté. L’album sort aujourd’hui, très impatient de me plonger dedans.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Belenos
Pagan Black Metal
2019 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (6)  7.92/10

plus d'infos sur
Belenos
Belenos
Pagan Black Metal - 1995 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Karvden
02.   Bleizken
03.   Argoat
04.   Nozweler
05.   Huelgoat
06.   Dishualder
07.   Duadenn
08.   Steuziadur
09.   Arvestal

Durée : 52:59

parution
20 Septembre 2019

voir aussi
Belenos
Belenos
Yen Sonn Gardis

2010 - Northern Silence Productions
  
Belenos
Belenos
Spicilège

2002 - Sacral Productions
  
Belenos
Belenos
Kornôg

2016 - Northern Silence Productions
  

Essayez aussi
Evohé
Evohé
Deus Sive Natura

2019 - Folter Records
  
Waldgeflüster
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten

2019 - Nordvis Produktion
  
Wolfkrieg
Wolfkrieg
Fire of Ragnarök

2017 - Nymphaea Records
  
Zgard
Zgard
Spirit of Carpathian Sunset
(Дух Кар&...

2012 - Darker Than Black
  
Iku-Turso
Iku-Turso
Pakana

2020 - Wolfspell Records
  

Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique