chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Exhorder - Mourn The Southern Skies

Chronique

Exhorder Mourn The Southern Skies
L’Arlésienne EXHORDER. Pas une année qui passe sans qu’invariablement, au gré des news qui s’égrènent, on ne nous agite la rumeur d’un retour du groupe culte de la Nouvelle-Orléans. 20 ans que ça dure, au bas mot, pour une formation dont le dernier méfait remonte à Mathusalem. « The Law », 1992, ça vous parle ? Perso ça me parle bien, je devais avoir 16 piges quand je l’ai chopé à la médiathèque du coin et copié sur cassette, tape-trading style. C’était au siècle dernier et à l’époque (attendez, papy sort sa bouillotte et son sonotone), le groove thrash des Américains faisait le lien entre le groove de PANTERA et le thrash volcanique d’un EXODUS. Soit la fusion de deux patrons de la scène metal, en moins bien, comme Keyser l’a clairement souligné dans sa chronique de leur 2nd full length.

Pourquoi c’est culte alors EXHORDER ? 1er élément de réponse, l’année de leur formation, 1985, qui les rattache à la 2ème vague de formations thrash ayant déferlé sur le monde dans les années 80. On ne va pas tous les citer mais des musiciens de cette génération, on retrouve ici les membres fondateurs Vinnie Labella (guitare), Kyle Thomas (chant) et même un Jason Viebrooks (HEATHEN) qu’on avait oublié depuis sa participation au « Power Of Inner Strength » de GRIP INC. Complété par un jeunot ayant fait ses armes chez FORBIDDEN (Sasha Horn, batterie) et un comparse de Phil Anselmo (Marzi Montazeri, guitare) histoire d’entretenir le lien avec PANTERA, le line-up a plutôt de la gueule. Mais la grande force du groupe tenait surtout dans ses prestations sur scènes. Ils l’ont suffisamment répété à longueur d’interview, jamais Scott Burns (producteur sur « Slaugther In The Vatican » et « The Law ») n’est parvenu à transposer leur puissance scénique sur disque. Ce qui nous amène précisément au premier grief concernant l’inespéré « Mourn The Southern Skies », le choix de production.

Précisons d’emblée que je n’ai rien contre le gros son caractéristique des sorties Nuclear Blast. Comme j’ai toujours été client des blockbusters de Jerry Bruckheimer au cinoche, pas de raison que je n’apprécie pas la cure de testostérone habituelle à laquelle sont soumis les groupes de leur catalogue. Mais là franchement, c’est too much ! Déjà, les guitares sont tellement saturées qu’on a le sentiment qu’ils sont au moins 6 à ferrailler en studio mais le pire, c’est qu’ils en viennent à saboter la prestation d’une des rares satisfaction de l’album ; le pauvre Kyle Thomas a beau se démener pour élever le niveau, on en rajoute une couche en effets dispensables, particulièrement sur les refrains. Résultat des courses, une bouillie sonore tirant vers le bas des compos déjà à la limite du rase-mottes. Toujours à la frontière entre deux genres, EXHORDER avait pourtant une belle carte à jouer. PANTERA disparu à jamais, MACHINE HEAD au fond du trou, le trône power/groove thrash était vacant. Avec leur expérience et la légitimité tirée de leur parcours, il suffisait d’assurer. Mais ils l’avaient également reconnu en interview, si EXHORDER n’a jamais connu la gloire d’un PANTERA, Vinnie Labella et consorts ne pouvaient s’en prendre qu’à eux même ; pas assez bosseurs, minés par des conflits internes et probablement surestimés, ils sont restés à leur juste place, ce que confirme malheureusement ce décevant « Mourn The Southern Skies ».

Les morceaux rapides sont tous issus du même moule. Puisant sans vergogne dans le catalogue de riffs du père Gary Holt sur les « Exhibit A et B » (« Hallowed Sound », « My Time », « All She Wrote »), Vinnie Labella achève de banaliser cette nouvelle proposition thrash. Envolé le côté sombre et hargneux des bombes de naguère, ne subsistent ici que des morceaux génériques au possible. Qu’ils la joue moderne (« My Time ») ou old school (« Beware The Wolf »), rien ne dépasse le stade du fonctionnel. On passera sous silence la version javellisée de la vieillerie « Ripping Flesh », on ne peut plus dispensable, pour ne retenir que la nerveuse « Rumination », qui se relève presque d’un piètre break power metal à mi-parcours. Même les solis, jadis un des points forts du groupe, sont à l’avenant ; ça joue vite, certes, mais pour ce qui est du feeling, mieux vaut faire la bascule sur le versant southern de la chose.

Malgré un côté poseur à la SPIRITUAL BEGGARS, c’est encore l’aspect groove thrash qui sauve « Mourn The Southern Skies » de la plus complète panade. Rendons justice à « Yesterday’s Bone » et son final épique rappelant au bon souvenir de « Floods » de qui vous savez. Bien sûr, le duo Labella/Montazeri n’arrive pas à la cheville de Dimebag mais à ce stade, on s’en contentera largement. Moins réussi mais dans la même veine, le titre éponyme conclue également l’affaire sur une note positive. Tirant profit de son expérience au sein d’ALABAMA THUNDERPUSSY, Kyle Thomas nous se montre alors sous son meilleur jour heavy, se contentant de donner le change, et plutôt bien,
sur les passages en cadence.

27 ans après un « The Law » particulier et palanquée de retours avortés, EXHORDER a donc bien du mal, plombé par une production catastrophique et trop souvent pris au piège du vite enregistré/mal branlé. Entre tentations rétrogrades et accents sudistes plus marqués, le grand écart s’avère compliqué, à l’instar d’un tracklisting multipliant les va et vient hasardeux entre les deux pôles. Réécoutons plutôt « The Great Southern Trendkill » … Et si l’on veut croire aux miracles, on se raccrochera aux rares éclaircies mentionnées dans le paragraphe précédent. Pour ceux, plus rationnels, qui n’attendaient plus rien depuis le milieu des années 90, EXHORDER vient de perdre son statut de bon second couteau pour celui, nettement moins enviable, de groupe de troisième zone.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
27/09/2019 14:58
Encore un peu tôt pour lui mettre une note. Mais contrairement à toi, j'aime beaucoup ce nouveau Exhorder.

Quelques trucs qui me soulent un peu : certains effets sur la voix de Kyle Thomas qui a l'air de suffisamment assurer pour s'en passer.
La prod, bien que puissante, manque de personnalité (putain que j'aimerai retrouver ce son si écrasant de "The Law"...) et bien que j'adore les Exodus période Dukes, nous renvoi directement à Exhibit A.

Pour le reste, moi qui suis régulièrement en manque de truc à la Pantera, au point d'écouter le deuxième Cyclone Temple (certifié Pantera Eco+) je prends mon pieds sur ces riffs et rythmiques de porc qu'offrent des titres comme "Hallowed Sound", "Yesterday's Bone" ou 'All she Wrote"

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Exhorder
Groove Thrash/Thrash Metal
2019 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (10)  8.03/10

plus d'infos sur
Exhorder
Exhorder
Groove Thrash/Thrash Metal - 1985 - Etats-Unis
  

écoutez
vidéos
My Time
My Time
Exhorder

Extrait de "Mourn The Southern Skies"
  

tracklist
01.  My Time
02.  Asunder
03.  Hallowed Sound
04.  Beware The Wolf
05.  Yesterday's Bone
06.  All She Wrote
07.  Rumination
08.  Arms Of Man
09.  Ripping Flesh
10.  Mourn The Southern Skies

Durée : 52:56

line up
parution
20 Septembre 2019

voir aussi
Exhorder
Exhorder
Slaughter In The Vatican

1990 - Roadrunner Records
  
Exhorder
Exhorder
The Law

1992 - Roadrunner Records
  

Essayez plutôt
Fight
Fight
War Of Words

1993 - Epic Records
  
Final Drive
Final Drive
Dig Deeper

2017 - Autoproduction
  
Voice Of Ruin
Voice Of Ruin
Purge And Purify

2017 - Tenacity Music
  
Heart Attack
Heart Attack
The Resilience

2017 - Apathia Records
  
Swarm
Swarm
Anathema

2019 - Indépendant
  

Déception de l'année
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique
StoneBirds
Collapse and Fail
Lire la chronique
Twitch of the Death Nerve
A Resting Place for the Wra...
Lire la chronique