chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
173 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sadus - Swallowed In Black

Chronique

Sadus Swallowed In Black
Quand on sort avec les moyens du bord un premier album de la trempe d’Illusions, on est en droit de s’attendre à voir débarquer quelques labels intéressés à l’idée de vous ajouter à leurs rosters. Ayant réussi à se tailler une solide réputation grâce à ce premier album particulièrement impressionnant, notamment pour la véhémence de son propos et l’extrême urgence qui s’en dégage, il faudra pourtant que Sadus attende la sortie de sa troisième démo intitulée The Wake Of Severity pour se voir enfin proposer un contrat avec R/C Records, sous-division de Roadracer Records, elle-même sous-division de Roadrunner Records. Un deal évidemment bien mérité qui va permettre aux Californiens de gagner en exposition et en popularité dans un genre ayant pourtant déjà entamé sa lente déliquescence.
Sortie à la fin de l’été 1990, Swallowed In Black va effectivement mettre Sadus sous les feux de la rampe grâce à une formule qui n’a pas changé d’un iota (même si elle s’est peut-être sensiblement affinée) ainsi qu’à un artwork signé Alvin Petty (on lui doit notamment les illustrations du single "Creeping Death" de Metallica ou l’album No Escape de Hexx) qui, gamin, m’avait particulièrement plu.

Après un premier essai vraisemblablement concluant, Sadus va donc reprendre le chemin des Fantasy Studios de Berkeley pour travailler à nouveau sous la houlette de Michael Rosen, un producteur bien connu des thrashers de la Bay Area pour ses collaborations avec Death Angel, Flotsam And Jetsam, Testament ou bien encore Forbidden. Le résultat, s’il n’est pas foncièrement différent de ce que l’on peut trouver sur Illusions (une production explosive et sans artifice où brille notamment une basse particulièrement expressive), montre tout de même quelques évolutions significatives. Moins foutraque, un poil plus contenue et mesurée (sans pour autant perdre de ce panache qui caractérise le Thrash de Sadus) et finalement mieux équilibrée, la production de monsieur Rosen conserve effectivement certaines spécificités du passé (notamment cette intensité débordante) sans pour autant sacrifier ni à l’efficacité ni à l’urgence générale qui faisait de son prédécesseur un premier album des plus redoutables.

A l’image de cette production sensiblement plus "aboutie" et "professionnelle", Sadus va faire preuve de la même rigueur en termes d’écriture et de composition. Là où son prédécesseur "souffrait" d’un certain manque de compréhension, en grande partie à cause de riffs et d’idées relativement compliquées à assimiler, on sent sur ce Swallowed In Black que des efforts ont été fait afin de corriger ce point et ainsi rendre l’écoute plus mémorable. Dès lors, même si ces onze nouvelles compositions demeurent toujours relativement difficiles à appréhender (n’espérez pas en faire le tour en une seule écoute), il semble désormais plus facile de s’accrocher à un riff ou à une séquence, chose qui était alors quasiment impossible sur son prédécesseur. Paradoxalement, le groupe commence également à montrer de plus grandes velléités techniques qui vont se manifester ici à travers un jeu encore plus affûté que par le passé (cette basse toujours aussi délicieuse et presque décourageante qui ne cesse de frétiller, ces "stop & go", ralentissements et autres changements de rythmes impromptus taillés pour se rompre les cervicales, ces riffs nerveux et particulièrement rapides tricotés avec brio et dextérité par le duo Darren Travis/Rob Moore, ces solos chaotico-mélodiques furieux...). Tout un tas de petites évolutions/progressions qui vont se traduire dans les faits par des morceaux plus longs. Là où Illusions approchait de la demi-heure du haut de ses dix titres, Swallowed In Black frise quant à lui les trois quart d’heure avec seulement un titre supplémentaire. Un constat sans appel pour groupe toujours peu enclin à se perdre en tergiversassions inutiles...
Car comme on l’a vu, c’est toujours tête baissée et pied au plancher que Sadus mène ses attaques. Et si le groupe n’est pas avare en séquences plus modérées, c’est simplement pour mieux souligner son propos et offrir à l’auditeur l’opportunité de reprendre son souffle. Sorti la même année que les redoutables Spectrum Of Death et Tortured Existence, Swallowed In Black perpétue cette tradition de l’agression constante débutée avec Illusions. La seule différence, est qu’elle est ici servie avec quelques atours plus soignés grâce à une maîtrise perfectionnée. Pour le reste, on retrouve le Sadus impitoyable des débuts, celui qui cogne dur et n’a de cesse de cavaler dans tous les sens en criant à tue-tête de cette voix arrachée et vindicative. Une leçon de violence en onze punitions auditives menées avec un talent et une insolence certaine.

Ayant affiné leur style et leur jeu, les Californiens accouchent ici d’un deuxième album naturellement plus abouti que son prédécesseur. S’il conserve cependant tout ce qui faisait le sel de ce dernier (efficacité, intensité, explosivité...), il en corrige son principal défaut (ce souci de compréhension lié à des riffs et des structures quelque peu hermétiques) tout en y apportant une dimension encore plus impactante (cette production davantage soignée, ces compositions plus fouillées et techniques ainsi que ces riffs et structures plus évidentes). Rien d’étonnant alors à ce que Swallowed In Black soit considéré par beaucoup comme le meilleur album de Sadus et plus globalement comme l’un des albums de Thrash (presque Death) les plus virulents et agressifs du genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
28/02/2020 07:34
note: 9/10
Rigs Mordo a écrit : Du thrash pur premium, j'aurais du mal à véritablement mettre un album de Sadus plus en avant que les autres, mais celui-ci aurait vraiment ses chances avec Out for Blood. Bonne chro as usual.

Merci Clin d'oeil
Rigs Mordo citer
Rigs Mordo
27/02/2020 14:38
Du thrash pur premium, j'aurais du mal à véritablement mettre un album de Sadus plus en avant que les autres, mais celui-ci aurait vraiment ses chances avec Out for Blood. Bonne chro as usual.
Deathrash citer
Deathrash
26/02/2020 21:28
Le meilleur Sadus pour moi, j'adore entendre Darren Travis vociférer, il a un putain de chant hargneux.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
26/02/2020 14:00
Je pense que tu as tout parfaitement résumé avec ce disque ! C'est effectivement celui que je trouve le plus efficace des Californiens.
TarGhost citer
TarGhost
26/02/2020 11:51
Essentiel. Même si j'ai une petite préférence pour "A Vision of Misery", cette galette reste un monument du thrash metal ! Un bien bel hommage que tu lui rends là avec cette chronique...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sadus
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  9/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Sadus
Sadus
Thrash - 1984 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Black  (05:24)
02.   Man Infestation  (04:04)
03.   Last Abide  (02:13)
04.   The Wake  (04:15)
05.   In Your Face  (01:00)
06.   Good Rid'nz  (04:30)
07.   False Incarnation  (04:35)
08.   Images  (04:24)
09.   Powers Of Hate  (03:34)
10.   Arise  (06:12)
11.   Oracle Of Obmission  (03:42)

Durée : 43:53

line up
parution
11 Septembre 1990

voir aussi
Sadus
Sadus
Chemical Exposure
(Illusions)

1988 - Sadus Records
  

Essayez aussi
Devastation
Devastation
Idolatry

1991 - Combat Records
  
Kreator
Kreator
Pleasure To Kill

1986 - Noise Records
  
Fusion Bomb
Fusion Bomb
Concrete Jungle

2019 - Iron Shield Records
  
Grip Inc.
Grip Inc.
Incorporated

2004 - Steamhammer Records (SPV)
  
Num Skull
Num Skull
Ritually Abused

2014 - Relapse Records
  

Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast