chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abysmal Grief - Blasphema Secta

Chronique

Abysmal Grief Blasphema Secta
Abysmal Grief est de ces groupes qui occupent la scène depuis toujours sans que l’on s’en aperçoive réellement. Blasphema Secta est son déjà cinquième album en plus de 20 ans d’existence, noyé dans une foule de single, EP, compilations et autres splits. Sans doute faut-il souligner que son doom très occulte, difficilement classable, qui emprunte autant aux films de la Hammer qu’aux traditions en la matière, n’est pas forcément aisément saisissable.

L’intro est relativement typique des efforts du combo italien. Sur une mélodie de film d’horreur, The Occult Lore débute sous des auspices dont on devine que, comme à son habitude, le mélange sera roi. Mélange d’orgue funèbre, de doom 70’, de heavy aussi parfois (Ruthless Profaners), de rock gothique souvent, Abysmal Grief est une plongée dans les Contes de la Crypte. A défaut d’être véritablement original, ce premier titre installe une ambiance intéressante, que viennent égrener quelques lignes de basse et, surtout, de violon. Behold the Corpse Revived est ainsi totalement assis sur cette ligne de violon répétitive, qui délivre ses loops en accompagnant une voix très déclamée, profonde et habitée. Les structures sont très typées rock, dopées par un groove latent qui offre beaucoup de rondeur aux titres (Maleficence, When Darkness Prevails).

L’orgue apporte un réel plus, qui tapisse l’espace sonore de façon plus ou moins discrète alors que le violon est là pour fixer des points de repères récurrents, une accroche globale à certains morceaux.

L’intérêt majeur de l’album tient – qu’on le regrette ou pas, ce qui n’est pas mon cas – dans les arrangements nombreux et variés qui le parsèment. On a souligné l’apport du violon et de l’orgue (omniprésent en soutien de la structure sur plusieurs morceaux : Ruthless Profaners, Behold…), qui installent une ambiance funèbre digne de Fields of the Nephilim, comme si le combo jouait dans un cimetière (Behold the Corpse Revive, Witchlord). On notera également la présence de petites cloches, en appui de certaines rythmiques doom (Behold the Corpse Revived) ou d’autres bruitages apportant leur lot de ténèbres (feu de bois, chants funéraires, chœurs occultes, clavecin dément ou rires de sorcières comme sur Maleficence ou sur When Darkness Prevails…). L’ambiance qui s’en dégagé est réellement immersive, parfaitement travaillée et intégrée à l’architecture globale de l’album.

Il faut cependant être totalement honnête. Si Abysmal Grief délivre une musique prenante et franchement intéressante, elle n’a de doom que le nom tant les structures comme la voix appellent davantage en la cause, on l’a souligné, le rock gothique (y compris la reprise d’Evol, Witchlord) et notamment les grands noms de la scène (Fields of the Nephilim, Christian Death, les Sisters…). Il n’y a là aucune perte de qualité mais il faut le dire clairement, le pan horror ayant pris le pas sur la partie doom, même si certaines rythiques y font évidemment référence (Maleficence, Behold the Corpse Revived).

On s’interrogera davantage sur la reprise d’Evol, autre groupe italien, nettement moins mémorable celui-là, qui sent juste bon le catalogue papier d’Adipocere et les débuts de Metallian. Passée la nostalgie d’une époque que les moins de 40 ans n’ont pas connu pleinement, il reste une reprise supérieure à l’originale (mais bon…) mais sans doute dispensable et fort longue (Witchlord). Là encore, pour être honnête, ma critique est facile tant, au final, ce morceau s’intègre parfaitement à l’atmosphère générale de sabbat de l’album, notamment avec un changement très typé BM dans la voix.

Un mot pour finir sur le superbe artwork, qui souligne et renforce le contenu de l’album. En s’orientant davantage encore vers les rivages du rock sombre, sans délaisser totalement le doom et quelques influences BM, Abysmal Grief délivre là un album à l’ambiance funèbre réussie, sans temps mort et finalement très immersif.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
05/10/2019 13:33
"Fields of the Nephilim"
Tu as prononcé le nom du sacré, je vais écouter

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abysmal Grief
Doom occulte
2018 - Sun and Moon Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (7)  7.79/10

plus d'infos sur
Abysmal Grief
Abysmal Grief
Doom occulte - 1996 - Italie
  

tracklist
01.   Intro (The Occult Lore)
02.   Behold the Corpse Revived
03.   Maleficence
04.   Witchlord (Evol cover)
05.   When Darkness Prevails
06.   Ruthless Profaners

Durée : 45:11

parution
13 Janvier 2018

Essayez aussi
ΚΕΝΌΣ
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals

2018 - BloodCrown Records
  

Witch Vomit
Buried Deep In A Bottomless...
Lire la chronique
Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast
Bethlehem
Lebe Dich Leer
Lire la chronique
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
The Negative Bias
Narcissus Rising
Lire la chronique
Abysmal Grief
Blasphema Secta
Lire la chronique
Bastard Grave
What Lies Beyond
Lire la chronique
NONE # 1 - PATHOLOGY - Reborn to Kill
Lire le podcast