chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
150 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bölzer - Lese Majesty

Chronique

Bölzer Lese Majesty (EP)
Comme beaucoup, j’attendais énormément du premier album de Bölzer. Après une démo rondement menée mais à l’étincelle encore un peu fébrile et deux EPs particulièrement prometteurs révélant l’extrême singularité d’un duo flirtant allègrement avec les limites d’un genre aux critères pour le moins obsolètes mais (presque) essentielles, les attentes placées en Hero étaient on ne peut plus élevées. Aussi, qu’elle ne fût pas ma déception lorsque je pu enfin poser mes oreilles sur ces quelques nouveaux morceaux. Cette baisse d’intensité particulièrement flagrante, cette batterie toujours sur la retenue, comme si quelqu’un retenait HzR dans son jeu, ce chant mélodique aux placements pour le moins hasardeux, tout cela au dépend de ce growl et autres passages hallucinés ayant dès lors disparus... Autant de justifications à l’une de mes plus grosses déceptions de l’année 2016.

Pour autant, Hero a depuis sa sortie toujours tourné régulièrement chez moi. Peut-être parce qu’au fond, j’ai toujours eu envie d’aimer cet album mais aussi parce que de manière plus pragmatique, j’ai fini par me débarrasser petit à petit, à force d’écoutes, de mes propres attentes afin d’embrasser purement et simplement la seule vision de l’artiste, faisant ainsi de ces défauts non pas des qualités mais des facteurs de contingence que j’ai appris à accepter et pour certains même à apprécier.

Si je n’espérais donc pas un retour de Bölzer vers des sonorités proches de ces deux premiers EPs, ce serait néanmoins vous mentir de dire que je n’attendais rien de ce Lese Majesty. Déjà parce qu’après avoir réussi à dompter à force de répétitions ce Hero, j’étais bien décidé à ne pas me laissé décourager par un nouveau EP, aussi généreux soit-il du haut de ses vingt-neuf minutes et quatre titres. Mais aussi et surtout parce que j’aime tout simplement beaucoup Bölzer pour son approche toujours aussi particulière, son univers visuel et sonore n’appartenant qu’à lui, sa forme atypique, celle d’un duo sans bassiste, son discours... Bref, tout un tas de raisons plus ou moins concrètes et subjectives qui m’empêcheront probablement pour toujours de me détourner un tant soit peu de ce groupe. Et donc, ce Lese Majesty ?

Et bien pour la première fois depuis 2013, cette nouvelle offrande n’a vu le jour ni sur Invictus Productions ni sur Iron Bonehead Productions mais sur Lightning & Sons, petite structure créée pour l’occasion par KzR er HzR vraisemblablement en quête d’indépendance. Moins halluciné mais toujours très intense, l’artwork de ce EP reprend de manière très graphique ces fameux éclairs si chers à l’univers de Bölzer, laissant au passage peu de doutes sur la nature des thèmes abordés tout au long de ce Lese Majesty.
Musicalement, pas de surprise, le groupe reprend les choses là où il les avait laissé sur Hero. Enfin, quand je dis pas de surprise, je modère tout de même un peu mes propos car je dois bien vous avouez, à mon grand étonnement, que je suis quand même rapidement tombé sous le charme de ces quatre nouveaux morceaux (allez, trois, si l’on met de côté "Æstivation" qui fait davantage figure d’interlude). Pourtant, la formule reste sensiblement la même, Bölzer explorant à nouveau les terres plus ou moins progressives de son Black/Death majestueux aux sonorités désormais plus célestes qu’aquatiques. Alors à quoi attribuer cet enthousiasme retrouvé ou en tout cas plus immédiat ?
Et bien pour commencer parce que je savais très certainement à quoi m’attendre. L’effet de surprise désormais dissipé, il ne restait plus qu’à se laisser happer par les compositions toujours aussi ambitieuses d’un Bölzer qui, et c’est probablement là l’autre raison de ce succès sur ma petite personne, à tout de même retrouvé cette énergie et cette rage qui faisaient quelque peu défaut à son prédécesseur. En effet, que ce soit sur "A Shepherd In Wolven Skin", "Into The Temple Of Spears" ou "Ave Fluvius! Danú Be Praised!", on sent clairement que le groupe n’est plus dans cette espèce de retenue contemplative. Le jeu de HzR a ainsi retrouvé ses couleurs d’antan avec bon nombre de séquences bien plus soutenues que sur Hero. Certes, certaines d’entre-elles conservent ce pouvoir hypnotique à force de répétition et de modération (semi-blasts) mais on remarque avec plaisir qu’il y a également beaucoup de passages particulièrement explosifs, menés à coups de blasts particulièrement redoutables. Même chose pour le chant d’Okoi Thierry Jones qui se montre beaucoup plus abrasif et rageur qu’il ne l’a jamais été (les premières lignes sur "A Shepherd In Wolven Skin" l’attestent sans mal). Un chant toujours aussi fier et conquérant dans ses invectives les plus agressives mais qui a également gagné en assurance lorsqu’il se fait mélodique et lumineux. Si Hero pâtissait de placements vocaux hasardeux et de lignes mélodiques parfois bancales, ce n’est plus le cas aujourd’hui comme le prouve ces passages tantôt sombres, tantôt plus lumineux à vous filer la chair de poule ("A Shepherd In Wolven Skin" à 2:04 et 4:55, "Into The Temple Of Spears" à 2:55 et 6:24, "Ave Fluvius! Danú Be Praised!" À 5:11). Cette ambivalence est clairement l’un des atouts du duo tout comme ces riffs toujours aussi fulgurants, inspirés et bouillonnants évoquant une espèce de colère divine à coup d’éclairs menaçants lancés à travers les cieux alors que résonne la voix perchée et hallucinée (toujours moins qu’avant) d’un KzR toujours aussi charismatique.

Ouais, décidément Bölzer, tu m’as bien eu à souffler ainsi le froid et le chaud. Car si Hero m’avait fait l’effet d’une véritable douche froide, Lese Majesty me fait à l’inverse l’effet d’un feu ardent que rien ne pourrait éteindre. Tout y est savamment dosé et réajusté, comme un délicieux mélange entre Aura pour cette intensité et cette hargne retrouvée et Hero pour cet aspect mélodique, vaguement progressif et définitivement introspectif. Tout en continuant d’entretenir cette singularité qui est la sienne, Bölzer renoue quelque part avec son histoire pour un résultat final qui dépasse de loin toutes mes attentes. Ouais, Bölzer, tu m’as bien eu et je n’ai maintenant pas d’autre choix que de plier le genou et de courber l’échine devant autant de grandeur et de majestuosité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
19/12/2019 11:55
Cette chronique me fait reconsidérer cet EP que j'avais peut-être prématurément relégué aux oubliettes, après juste une seule écoute de 'A Shepherd In Wolven Skin'.
Bon c'est pas gagné d'avance mais peut-être que le disque passera au rattrapage, qui sait.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bölzer
Death Metal
2019 - Lightning & Sons
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Bölzer
Bölzer
Death Metal - 2008 - Suisse
  

tracklist
01.   A Shepherd In Wolven Skin  (09:08)
02.   Æstivation  (02:03)
03.   Into The Temple Of Spears  (06:13)
04.   Ave Fluvius! Danú Be Praised!  (12:01)

Durée : 29:25

line up
  • KzR / Chant, Guitare
  • HzR / Batterie

parution
15 Novembre 2019

voir aussi
Bölzer
Bölzer
Aura (EP)

2013 - Iron Bonehead Productions
  
Bölzer
Bölzer
Hero

2016 - Iron Bonehead Productions
  
Bölzer
Bölzer
Soma (EP)

2014 - Invictus Productions
  
Bölzer
Bölzer
Roman Acupuncture (Démo)

2012 - Autoproduction
  

Essayez aussi
House Of Atreus
House Of Atreus
The Spear And The Ichor That Follows

2015 - Dark Descent Records
  
Divine Empire
Divine Empire
Methods of Execution

2005 - Century Media Records
  
Requiem
Requiem
Within Darkened Disorder

2011 - Twilight-Vertrieb
  
Mordbrand
Mordbrand
Wilt

2017 - Carnal Records
  
Unaussprechlichen Kulten
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath

2014 - Iron Bonehead Productions
  

Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique