chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
146 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Noctem - The Black Consecration

Chronique

Noctem The Black Consecration
Retour de l’une des belles découvertes de l’année 2016 (un très bon cru) pour un groupe à la discographie pourtant déjà bien fournie… Merci à Prosthetic Records pour la distribution internationale (l’artwork de Seth et la production du Necromorbus ont été aussi les mots clés aguicheurs). Une collaboration qui prend fin puisque Art Gates Records (lié initialement au marché hispanique) s’occupe désormais de tout. Pas sûr que Noctem arrive à convertir un grand nombre de disciple avec un si modeste label mais je peux me tromper. Le line-up de leur précédent méfait demeure intact, rassurant pour ce nouvel opus. Lançon le rouleau-compresseur ibérique.

A l’image du magnifique et classieux artwork (digne d’un groupe de funeral doom) et d'un titre d'album on ne peut plus explicite, Noctem délaisse son death metal sans concession et passe à une musique plus ambiancée sans pour autant oublier sa brutalité intrinsèque. Un metal jouant d’avantage sur des riffs dissonants et des breaks « poids lourd » à la limite du post parfois, melting pot qui pourrait rappeler Withered (« Uprising of the Impenitents ») ou Mayhem (« Court of the Dying Flesh »). Difficile de retrouver cet effet de mandales aux grosses « cojones » (Belphegor et Behemoth comme principales influences) en « montage russe » jouant sur des breaks, changements de debits avec le riff ou la frappe bien placé. Recette qui captait notre attention de bout en bout. Pour cette cuvée Noctem semble avoir été un peu gourmand, surestimant ses compositions où il y a peu à se sustenter (un famélique « Coven » en pilotage automatique). Une durée étirée dispensable (jusqu’à 9 minutes !?) couplée une ambiance occulte terne qui ne procure aucune émotion. Compliqué de tenir la moitié de la galette entamée…

Noctem reste malgré tout fidèle à son style, tout n’est pas gommé, on retrouve bien la patte des guitaristes. Une fibre mélodique (passages acoustiques compris) dès l’ouverture éponyme épique avec notamment des leads titilleurs (typés Belphegor sur « All That Now Belongs to the Earth » et « Let That is Dead Sleep Forever ») mais bien moins marquants qu’à l’accoutumé et noyés dans un amas plutôt ennuyeux. Même la brute Voor (Arnau Martí) au jeu des plus intenses (ramasse tes chicots sur « Sulphur » à 1:04) n’arrivera pas à nous sortir de notre torpeur, la faute en partie à un mixage obscur le mettant en fond de scène, derrière ces riffs monolithiques peu inspirés. Quant au chant peinant en puissance, les nombreuses modulations et les vers « possédés » du charismatique frontman (à voir en live) rattraperont tout de même la chose mais sans donner ce coup de pied au cul que l’on attend éperdument.

Noctem ne souhaitait pas créer un Haeresis-bis mais plutôt expérimenter, soit. Leur death/black balance dorénavant d’un côté pour un bloc metal rugueux à l’ambiance « sombre » et « suffocante »… Malheureusement cela manque encore de saveur et d’inspiration (comme d’habitude je ne comprends pas l’avis des autres webzines). L’écoute complète sera des plus éprouvants, la faute à des morceaux étirés et de nombreux passages peinant à tenir notre attention. Alors « expérimenter » oui, mais il aurait fallu bosser d’avantage ses riffs et ses compositions. Je retourne à leur ancienne musique moins personnelle certes, mais si redoutable.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Noctem
Death / Black
2019 - Art Gates Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7.33/10

plus d'infos sur
Noctem
Noctem
Death / Black - 2001 - Espagne
  

nouveaute
A paraître le 1 Novembre 2019

vidéos
Sulphur
Sulphur
Noctem

Extrait de "The Black Consecration"
  

tracklist
01.   The Black Consecration  (08:55)
02.   Sulphur  (04:48)
03.   Uprising of the Impenitents  (04:37)
04.   Coven  (04:48)
05.   All That Now Belongs to the Earth  (05:03)
06.   Let That is Dead Sleep Forever  (03:33)
07.   Court of the Dying Flesh  (07:04)
08.   Dichotomy of Malignancy  (04:42)

Durée : 43:30

line up
voir aussi
Noctem
Noctem
Haeresis

2016 - Prosthetic Records
  

Essayez plutôt
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Return Fire

1997 - No Fashion Records
  
Odem
Odem
The Valley Of Cut Tongues (EP)

2013 - Daemon Worship Productions
  
Teitanblood
Teitanblood
Death

2014 - Norma Evangelium Diaboli
  
Atomicide
Atomicide
Chaos Abomination

2015 - Iron Bonehead Productions
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Maelstrom Chaos

2001 - No Fashion Records
  

Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique
Maïeutiste
Veritas
Lire la chronique
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam
Lire la chronique
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Häive
Iätön
Lire la chronique
Infaust
Verblichen
Lire la chronique
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Dauþuz
Monvmentvm
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Gidim
Lire la chronique
Devourment
Obscene Majesty
Lire la chronique
Gatecreeper
Deserted
Lire la chronique
Hangman's Chair
Bus de Nuit (EP)
Lire la chronique
False
Portent
Lire la chronique
Sadistic Ritual
Visionaire Of Death
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Procession Of Ghosts
Lire la chronique
Sons Of Rebellion Tour 2019
Dead Congregation + Deströy...
Lire le live report
Keys of Orthanc
A Battle in the Dark Lands ...
Lire la chronique