chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
190 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Krallice - Krallice

Chronique

Krallice Krallice
Souvenons-nous du temps où Krallice n’avait sorti qu’un seul album. Ce groupe avait alors tout d’une énigme, composé de membres encore peu connus (à part pour quelques nerds sociopathes amateurs de Orthrelm ou encore Behold... The Arctopus), fondé en 2007, album sorti l’année suivante sur ce petit label qui grimpe, là, Profound Lore c’est ça ? La pochette est pas mal, écoutons pour voir.

Souvenons-nous de la première fois. Krallice était alors une épreuve. Tout va trop vite, dans trop de directions. On attrape un riff au hasard, on s’y accroche, on glisse car il file, roule, se défile et s’enroule. On continue, un peu masochiste. On voit alors là-dedans un truc un peu mystique, dans ces entrelacs qui tournent et retournent, les oreilles au bord des lèvres. On n’est pas peu fier, tiens, de parvenir à apprécier cette musique-là, de voir des qualités insoupçonnées au premier abord, de partager sur son mur qu’on aime cette torture, ces voix râpeuses, ces mers de notes qui vont et viennent. On fait croire que nous, on ne trouve pas ça froid, on dit aux autres dans un sourire qui cache mal nos tremblements « allez-y, elle est bonne ». Nous, on entend même très bien la basse tout du long, ah !

Arrêtons de nous souvenir. Aujourd’hui, que donne à ressentir cet album, après des années de disques alambiqués, de mode du compliqué, le cerveau habitué, Profound Lore institué, une horde de groupes sortant leurs diplômes à chaque composition ? Hé bien, aujourd’hui, ce premier album de Krallice fait l’effet d’un album de pop / punk. Tout y paraît tellement limpide, cohérent, heureux, qu’il est un bonheur dans lequel plonger. Ces cris sont des cris euphoriques, cette batterie a le rythme du cœur d’un coureur ému par ce qui l’entoure, ces guitares... Mais ces guitares ! Les ronces de l’illustration ne les arrêtent pas, elles sont trop occupées à foncer vers leur épopée personnelle, pas le time ! Épique est un mot trop petit pour cet affamé de Krallice, qui bouffe le black metal, l’arrache et le triture avec la méthode de ceux qui ne boudent pas leur plaisir dans le festin. « Cnestorial », le final de « Molec Codices », « Energy Chasms »... une jouissance perpétuelle qui, si elle n’a pas l’atmosphère continue des meilleures œuvres du projet, ne donne à aucun moment envie de faire le bec-fin, pousse à barboter avec les Ricains dans leur mare de riffs comme des enfants à qui on a bien du mal à apprendre les conventions.

Bien sûr, on pourra trouver cette avidité constante trop excessive, conseiller à Krallice de se poser et réfléchir. Et l’homogénéité alors, et l’auditeur alors ? A ce dernier de s’adapter, à apprendre à surfer sur les strates sonores (c’est pas si difficile, hé !). Toujours est-il que, là où Krallice semble aujourd’hui trop hautain, pris dans ses mathématiques d’expert, il est ici altier, porté par la découverte de ses capacités, la candeur qu’il y a à les transmettre brutes. Krallice, réfléchi, abscons, ennuyeux ? Pas sur cet album qui, au-delà de ses défauts, se résume aisément dans sa simplicité précieuse par les mots suivants : la joie pure.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
19/10/2019 11:46
Tout pareil que Solarian.
Jamais pu entrer dans ce truc que j'ai fini par juger - peut-être à tort - mauvais.

En fait, je trouve que le comble de ce disque tient dans l'idée que je me dit à chaque fois que cette avalanche de riffs, de structures entremêlées... accouche finalement d'un truc plat.
TarGhost citer
TarGhost
19/10/2019 11:52
Découvert dans le désordre juste après la sortie de l'éprouvant "Diotima", j'ai immédiatement accroché sur ce premier album du groupe qui m'a happé tout net dans son univers. Moins ardu que ce qu'il a pondu par la suite, cette sortie en roue libre a un je ne sais quoi d'unique, de jouissif comme tu le dis qui me procure un large sourire à chaque ecoute.
C'est con pour un album de black, mais c'est comme ça...
lkea citer
lkea
19/10/2019 11:40
note: 8.5/10
ça se comprend tout à fait ! Personnellement, je me suis surpris à l'écouter en boucle et danser dessus plusieurs matins d'affilée ahah !
Solarian citer
Solarian
19/10/2019 11:39
note: 5/10
Jamais pu rentrer dans le délire de ce groupe.
J'ai vraiment essayé mais rien à faire, aucune émotion à part un profond sentiment d'ennui.
Je salue le boulot abattu mais pas plus.
Au pire ce truc me tape sur les nerfs, au mieux il me plonge dans un état soporifique. zzzzz...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Krallice
(Post) Black Metal
2008 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  5.67/10
Webzines : (4)  7.96/10

plus d'infos sur
Krallice
Krallice
Post Black Metal - 2007 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Wretched Wisdom
02.   Cnestorial
03.   Molec Codices
04.   Timehusk
05.   Energy Chasms
06.   Forgiveness in Rot

Durée : 61 minutes 29 secondes

line up
parution
11 Juillet 2008

voir aussi
Krallice
Krallice
Prelapsarian

2016 - Autoproduction
  
Krallice
Krallice
Years Past Matter

2012 - Autoproduction
  
Krallice
Krallice
Diotima

2011 - Profound Lore Records
  
Krallice
Krallice
Hyperion (EP)

2016 - Autoproduction
  
Krallice
Krallice
Ygg Huur

2015 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Sylvaine
Sylvaine
Wistful

2016 - Season Of Mist
  
Bosse-de-Nage
Bosse-de-Nage
All Fours

2015 - Profound Lore Records
  
Falaise
Falaise
My Endless Immensity

2017 - A Sad Sadness Song
  
Deuil
Deuil
Acceptance / Rebuild (EP)

2013 - Autoproduction
  
Throane
Throane
Derrière-Nous, La Lumière

2016 - Debemur Morti Productions
  

Live Suffer Die
A Voice from Beyond Death
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Piles Of Festering Decompos...
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique