chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
105 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Deathspell Omega - The Furnaces of Palingenesia

Chronique

Deathspell Omega The Furnaces of Palingenesia
The Furnaces of Palingenesia est le déjà 7ème album des français de Deathspell Omega. Septième effort d’une carrière en progression constante, en construction modèle, le combo poitevin passant d’un BM type, déjà intéressant avec Infernal Battles et Inquisitors of Satan, au BM déstructuré, torturé, alambiqué, post truc, math machin que l’on connaît aujourd’hui même si, entre temps, quelques flirts avec le BM orthodoxe ont pu se faire jour (l’époque Si Monvmentvm Reqvires, Circvmspice / Kénôse / Fas - Ite, Maledicti, in Ignem Aeternum).

La musique de Deathspell Omega est de celle qu’il est difficile de définir parce qu’elle est, en elle-même, délicate à appréhender. Les structures surchargées en informations, l’espace sonore tapissé, l’entrelacs d’instruments, de couches, de changements de rythmes imposent en effet à l’auditeur une pleine attention. L’immersion dans la musique du combo est désormais à ce prix. Et si, avec le temps, le groupe gagne en notoriété, il n’a pas, hélas, gagné en simplicité, ni en attrait tant Paracletus et surtout The Synarchy Of Molten Bones m’avaient semblé longs et peu enthousiasmants, surtout comparé aux plus vieux albums.

The Furnaces of Palingenesia s’écoute, comme Paracletus et The Synarchy Of Molten Bones, avec un décodeur ou une calculatrice atomique à la main. Mais il est plus accrocheur. Sans aucun doute, pour ma part. Ce d’autant que les titres ont perdu en durée ce qu’ils ont gagné – vases communicants ? – en intensité.

Neither Meaning nor Justice, le titre introductif, ne réserve aucune surprise : la voix est de suite identifiable, l’ambiance apocalyptique est posée, les petits riffs insidieux commencent leur entreprise de tricotage (Ad Arma! Ad Arma! encore). The Fires of Frustration le confirme. Les riffs sont toujours alambiqués, la technique éclabousse l’espace sonore que martèle une batterie épileptique. Comme à son habitude, la rythmique maintient un tempo très élevé et la voix, par contraste, est presque déclamée. Seules les guitares, comme c’est le cas depuis Si Monvmentvm Reqvires, Circvmspice…, créant les arabesques nécessaires à l’évolution du titre. On notera cependant que la batterie et ses accélérations redoutables joue également un rôle un poil plus présent (Fires of Frustration). Ce contraste, plus fort que dans les deux albums précédents, marque le retour à une volonté d’appuyer les passages les plus lourds, de faire ressortir au maximum les plages de relief en axant beaucoup les structures sur les accélérations, notamment à la batterie (Fires of Frustration ; Splinters from Your Mother's Spine ; Imitatio Dei).

En somme, en laissant les structures davantage respirer, en développant son propos autour des contrastes qui ont fait sa gloire, en abandonnant la vitesse pour la vitesse, Deathspell Omega est redevenu intéressant. Pertinent. Le blast n’est plus LE ressort du groupe mais l’un d’eux, au service des titres. La déstructuration n’est plus la seule raison d’être du combo mais une façon d’apporter du relief aux passages les plus calmes (Ad Arma! Ad Arma!). Le chaos n’est plus le leitmotiv du groupe mais l’une de ses armes sonores (Splinters from Your Mother's Spine, Renegade Ashes).

Il reste que, par instant, le groupe retombe à mon sens dans ses travers qui consistent à s’éloigner du BM, de la saleté, des bas-fonds pour embrasser à grandes étreintes des territoires vaguement mathcore/bordelcore/chaoshardcore à la Converge, Comity et consorts… et que, pour ma part, je trouve que ça lui va mal (Splinters from Your Mother's Spine, un peu Imitatio Dei, sauvé par les accélérations finales, Sacrificial Theopathy ou 3 minutes d’agression permanente sans grand répit, sans grand relief). C’est tout au contraire lorsqu’il installe des ambiances religieuses (1523), des atmosphères de menace (Fires of Frustration, Standing on the Work of Slaves), quand il ralentit la cadence pour alourdir son propos, que le combo poitevin est dominant. Ce d’autant que les guitares trouvent à exprimer pleinement leurs arabesques délicates (1523, morceau magnifique, planté en plein milieu d’album ; You Cannot Even Find the Ruins…) ou que la basse se fraie enfin un chemin dans le fatras sonore (Standing on the Work of Slaves).

Ces ralentissements siéent parfaitement au groupe car leur son, en outre, est adapté à cet état. Chaud, profond mais également, paradoxalement, claquant et un poil clinique sur les guitares, il offre de mettre en valeur l’ensemble de l’instrumentation et des arrangements. Des instruments et des arrangements que l’on ne perçoit plus lorsque la vitesse est supersonique et que la structure est trop chaotique pour que l’oreille puisse tout suivre.

The Furnaces of Palingenesia présente bien des atouts et marque, à mon sens, un retour au Deathspell Omega pertinent, au Deathspell Omega qui sait rendre ses compos attrayantes, au combo qui comprenait combien la déstructuration et la vitesse n’avaient de sens que si elles offraient à l’auditeur des prises, du relief, des respirations permettant de saisir la richesse des structures proposées. En ralentissant pour l’essentiel son propos et en revenant à des ambiances plus « orthodoxes », Deathspell a retrouvé une partie de son âme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

27 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
24/10/2019 11:57
Raziel a écrit : D'où la remarque, dans la chro, de l'utilité d'écouter l'album avec un décodeur ou une calculatrice atomique...
Haha oui en effet ça peut être une expérience intéressante, mais à choisir je préfère quand l'art s'impose naturellement à mes sens.
Si je ressens un peu trop de pédantisme artistique nécessitant une masturbation cérébrale intense je lâche très vite l'affaire.
Raziel citer
Raziel
24/10/2019 11:36
note: 8/10
D'où la remarque, dans la chro, de l'utilité d'écouter l'album avec un décodeur ou une calculatrice atomique...

Cela ne me dérange pas mais je conçois parfaitement que cela puisse être dirimant.
Solarian citer
Solarian
24/10/2019 11:17
Bon j'ai écouté la bestiole plusieurs fois en boucle, mais non, une fois de plus pas moyen de rentrer dedans.
Même jugement global que TSOMB, malgré le fait que celui-là respire davantage en offrant plus de balises avec quelques parties ambiancées presque mémorisables.
Mais au final je ne retiens quasiment rien, là où l'excellent Paracletus avait justement cette faculté inédite pour du DsO d'être lisible voire par moments carrément catchy, grâce à ces petits îlots mélodiques géniaux savamment répartis qui rendaient l'écoute jubilatoire.
Là ça poursuit en gros l'habituel trip structurel free-jazz dissonant qui ne me parle pas du tout.
Pourtant j'aime l'ortho, la déstructuration et la dissonance, à condition qu'elles soient mises au service de l'ambiance, et pour le coup ici le truc me glisse dessus comme sur les plumes d'un canard.
Peut-être simplement trop chaotique et cérébral pour mon humble compréhension.
dantefever citer
dantefever
24/10/2019 09:29
Høsty a écrit : Histoire de recentrer la discussion sur DsO et cet album, je trouve qu'il se bonifie pas mal au fil des écoutes. Comme beaucoup de sorties de groupe de la catégorie de DsO, c'est difficile de ne pas être déçu de prime abord, parce qu'on attend inconsciemment un clone de son album fétiche (l'intouchable FAS pour moi).
Mais au final il est vraiment bien foutu ce petit dernier. Plus explorateur que Synarchy, il m'a surpris par son aspect presque accrocheur par moment. Il va falloir encore quelques écoutes pour capter toutes l'essence du disque, mais sa production froide et ses rythmiques parfois martiales commencent doucement à faire le taf chez moi.


Je vois vraiment pas ce que tu veux dire, on a pas du tout dérivé ...

C'est sans doute comme ça que ça doit se passer en effet. On est forcément un peu désappointé, puis en quittant l'état d'esprit du "je voulais ça et j'ai eu ça", ben tu finis par réaliser que personne ne sait faire ce qu'ils font et t'apprends à apprécier la nouvelle somme de travail d'un groupe unique pour ce qu'elle est, à savoir un album très solide et respectable.
Høsty citer
Høsty
24/10/2019 09:10
Histoire de recentrer la discussion sur DsO et cet album, je trouve qu'il se bonifie pas mal au fil des écoutes. Comme beaucoup de sorties de groupe de la catégorie de DsO, c'est difficile de ne pas être déçu de prime abord, parce qu'on attend inconsciemment un clone de son album fétiche (l'intouchable FAS pour moi).
Mais au final il est vraiment bien foutu ce petit dernier. Plus explorateur que Synarchy, il m'a surpris par son aspect presque accrocheur par moment. Il va falloir encore quelques écoutes pour capter toutes l'essence du disque, mais sa production froide et ses rythmiques parfois martiales commencent doucement à faire le taf chez moi.
dantefever citer
dantefever
24/10/2019 08:55
LANGOUSTE a écrit : BaN ça reste quand même plus psyché que pas mal de trucs étiquetés en tant que tel (au pif Elder, comme j'ai vu la chro y a pas longtemps). DsO aussi, d'ailleurs.

Relativement d'accord avec le fait qu'Elder soit pas psyché au sens propre du terme. C'est plus onirique que psyché pour moi.
Sagamore citer
Sagamore
24/10/2019 07:18
LANGOUSTE a écrit : BaN ça reste quand même plus psyché que pas mal de trucs étiquetés en tant que tel (au pif Elder, comme j'ai vu la chro y a pas longtemps). DsO aussi, d'ailleurs.

Je vois pas franchement le rapport avec ce que je disais. C'est peut-être plus psyché qu'untel ou qu'untel, ça ne rend pas son dernier disque bon à mes oreilles pour autant;
AxGxB citer
AxGxB
23/10/2019 22:47
note: 8/10
LANGOUSTE a écrit : BaN ça reste quand même plus psyché que pas mal de trucs étiquetés en tant que tel (au pif Elder, comme j'ai vu la chro y a pas longtemps). DsO aussi, d'ailleurs.

Elder le groupe de Stoner progressif ? Si oui, c'est quoi le rapport ? Et si Ehlder le groupe suédois, là encore, je ne vois pas le rapport. Ce dernier étant clairement un groupe de Pagan Black à ambiances naturalistes.
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
23/10/2019 22:23
note: 8/10
BaN ça reste quand même plus psyché que pas mal de trucs étiquetés en tant que tel (au pif Elder, comme j'ai vu la chro y a pas longtemps). DsO aussi, d'ailleurs.
dantefever citer
dantefever
23/10/2019 08:31
Sagamore a écrit : dantefever a écrit : Sagamore a écrit : Y'a pas que lui qu'il met en danger, l'auditeur également. J'ai écouté le dernier dans la voiture, j'ai failli m'endormir au volant tant c'était emmerdant.

Roh t'es dur, il est pas si chiant que ça quand même. Moi le concept ne me déplaît pas, mais j'ai l'impression d'écouter une versions non-aboutie de ce qu'il voulait faire. En fait je m'attendais presque à ce qu'il parte dans des atmosphères à la Hawkwind, je l'attends un peu tout le long de l'album même.


Comme dit Gulo, vu les visuels (dont le t-shirt avec le logo typé Stoner), je m'attendais à un truc à écouter défoncé, hybride. Là, j'ai juste l'impression d'entendre une resucée plus molle de ce qu'il a déjà pu faire avant. C'est dommage, sortir un truc de Rock Psyché, ç'aurait été couillu.



Très d'accord avec ta dernière phrase
Sagamore citer
Sagamore
23/10/2019 07:21
dantefever a écrit : Sagamore a écrit : Y'a pas que lui qu'il met en danger, l'auditeur également. J'ai écouté le dernier dans la voiture, j'ai failli m'endormir au volant tant c'était emmerdant.

Roh t'es dur, il est pas si chiant que ça quand même. Moi le concept ne me déplaît pas, mais j'ai l'impression d'écouter une versions non-aboutie de ce qu'il voulait faire. En fait je m'attendais presque à ce qu'il parte dans des atmosphères à la Hawkwind, je l'attends un peu tout le long de l'album même.


Comme dit Gulo, vu les visuels (dont le t-shirt avec le logo typé Stoner), je m'attendais à un truc à écouter défoncé, hybride. Là, j'ai juste l'impression d'entendre une resucée plus molle de ce qu'il a déjà pu faire avant. C'est dommage, sortir un truc de Rock Psyché, ç'aurait été couillu.
gulo gulo citer
gulo gulo
22/10/2019 10:10
note: 8/10
dantefever a écrit : Sagamore a écrit : Y'a pas que lui qu'il met en danger, l'auditeur également. J'ai écouté le dernier dans la voiture, j'ai failli m'endormir au volant tant c'était emmerdant.

Roh t'es dur, il est pas si chiant que ça quand même. Moi le concept ne me déplaît pas, mais j'ai l'impression d'écouter une versions non-aboutie de ce qu'il voulait faire. En fait je m'attendais presque à ce qu'il parte dans des atmosphères à la Hawkwind, je l'attends un peu tout le long de l'album même.


Oui, c'est son seul défaut : pochette et titre promettent un disque plus frontalement psychotrope.
dantefever citer
dantefever
22/10/2019 09:39
Sagamore a écrit : Y'a pas que lui qu'il met en danger, l'auditeur également. J'ai écouté le dernier dans la voiture, j'ai failli m'endormir au volant tant c'était emmerdant.

Roh t'es dur, il est pas si chiant que ça quand même. Moi le concept ne me déplaît pas, mais j'ai l'impression d'écouter une versions non-aboutie de ce qu'il voulait faire. En fait je m'attendais presque à ce qu'il parte dans des atmosphères à la Hawkwind, je l'attends un peu tout le long de l'album même.
AxGxB citer
AxGxB
22/10/2019 09:34
note: 8/10
Je l'ai réécouté hier et je le trouve beaucoup plus proche de la scène Hardcore Chaotique des années 2000 dans sa densité, la complexité des structures et ses ambiances que du Black Metal finalement. Ceci étant, il reste vraiment d'excellente facture même s'il a dû quand même en laisser pas mal sur le pas de la porte.
Sagamore citer
Sagamore
22/10/2019 08:47
Citation : en revanche je trouve que BaN est moins qualitatif depuis quelques années, même s'il faut lui reconnaître une mise en danger permanente.

Y'a pas que lui qu'il met en danger, l'auditeur également. J'ai écouté le dernier dans la voiture, j'ai failli m'endormir au volant tant c'était emmerdant.

yog a écrit : Vous oublieriez pas un peu Ofermod (1998 ), Ondskapt (2003) et...... Watain (2000) ?

Et puis S.V.E.S.T. chez les frenchies, aussi.
dantefever citer
dantefever
21/10/2019 15:45
yog a écrit : Vous oublieriez pas un peu Ofermod (1998 ), Ondskapt (2003) et...... Watain (2000) ?

Justement, c'est à toute cette scène suédoise que je pense quand je dis que le BM orthodoxe existait déjà en soi sans être nommé.
yog citer
yog
21/10/2019 15:15
Vous oublieriez pas un peu Ofermod (1998 ), Ondskapt (2003) et...... Watain (2000) ?
dantefever citer
dantefever
21/10/2019 14:02
Hallu a écrit : dantefever a écrit : Hallu a écrit : Perso je m'ennuie avec cet album. Il est pas aussi mauvais que Drought par exemple, mais je me fais chier. Quant tu dis "une carrière en progression constante" je trouve que c'est l'inverse. Depuis "Paracletus" ça ne fait que chuter. "Si Momentum" et "Kenose" c'est le point culminant de leur carrière. Depuis je trouve que c'est juste de la branlette technique sans ambiance. Même si j'aime pas tout au moins Blut Aus Nord innove, se recherche sans cesse. DsO ils ont créé un monstre, qui a carrément inventé un genre, le black metal orthodoxe, mais depuis bof, c'est triste. J'y arrive pas, j'essaye encore et encore, et je ne comprends pas ces chroniques si positives.

Pas forcément d'accord même si je peux comprendre ton avis, en revanche je trouve que BaN est moins qualitatif depuis quelques années, même s'il faut lui reconnaître une mise en danger permanente.

Par contre DsO n'a pas inventé le BM orthodoxe.


Pour moi le BM orthodoxe c'est tout groupe qui sonne comme DsO, un peu comme le post metal (parfois appelé post hardcore surtout en France) c'est tout ce qui sonne comme Neurosis. Tu peux argumenter que Funeral Mist a sorti Salvation un an plus tôt que "Si Monumentum..." mais pour moi c'est bien ce dernier qui a posé les bases.


Je vois ce que tu veux dire, ce sont eux qui ont crée le concept de black orthodoxe. Mais comme tu le dis, il existait déjà avant en soi, avec Salvation comme tu le disais ou même Triumphator toujours avec Arioch.

Après je reste d'accord avec toi sur le fond, le côté "black dissonant et complexe qui fait de la théologie satanique", c'est DsO qui l'a initié. On a d'ailleurs bien fait tourner ce style en France après ça.
Hallu citer
Hallu
21/10/2019 13:36
note: 5/10
dantefever a écrit : Hallu a écrit : Perso je m'ennuie avec cet album. Il est pas aussi mauvais que Drought par exemple, mais je me fais chier. Quant tu dis "une carrière en progression constante" je trouve que c'est l'inverse. Depuis "Paracletus" ça ne fait que chuter. "Si Momentum" et "Kenose" c'est le point culminant de leur carrière. Depuis je trouve que c'est juste de la branlette technique sans ambiance. Même si j'aime pas tout au moins Blut Aus Nord innove, se recherche sans cesse. DsO ils ont créé un monstre, qui a carrément inventé un genre, le black metal orthodoxe, mais depuis bof, c'est triste. J'y arrive pas, j'essaye encore et encore, et je ne comprends pas ces chroniques si positives.

Pas forcément d'accord même si je peux comprendre ton avis, en revanche je trouve que BaN est moins qualitatif depuis quelques années, même s'il faut lui reconnaître une mise en danger permanente.

Par contre DsO n'a pas inventé le BM orthodoxe.


Pour moi le BM orthodoxe c'est tout groupe qui sonne comme DsO, un peu comme le post metal (parfois appelé post hardcore surtout en France) c'est tout ce qui sonne comme Neurosis. Tu peux argumenter que Funeral Mist a sorti Salvation un an plus tôt que "Si Monumentum..." mais pour moi c'est bien ce dernier qui a posé les bases.
dantefever citer
dantefever
21/10/2019 13:20
Hallu a écrit : Perso je m'ennuie avec cet album. Il est pas aussi mauvais que Drought par exemple, mais je me fais chier. Quant tu dis "une carrière en progression constante" je trouve que c'est l'inverse. Depuis "Paracletus" ça ne fait que chuter. "Si Momentum" et "Kenose" c'est le point culminant de leur carrière. Depuis je trouve que c'est juste de la branlette technique sans ambiance. Même si j'aime pas tout au moins Blut Aus Nord innove, se recherche sans cesse. DsO ils ont créé un monstre, qui a carrément inventé un genre, le black metal orthodoxe, mais depuis bof, c'est triste. J'y arrive pas, j'essaye encore et encore, et je ne comprends pas ces chroniques si positives.

Pas forcément d'accord même si je peux comprendre ton avis, en revanche je trouve que BaN est moins qualitatif depuis quelques années, même s'il faut lui reconnaître une mise en danger permanente.

Par contre DsO n'a pas inventé le BM orthodoxe.
Hallu citer
Hallu
21/10/2019 09:45
note: 5/10
Perso je m'ennuie avec cet album. Il est pas aussi mauvais que Drought par exemple, mais je me fais chier. Quant tu dis "une carrière en progression constante" je trouve que c'est l'inverse. Depuis "Paracletus" ça ne fait que chuter. "Si Momentum" et "Kenose" c'est le point culminant de leur carrière. Depuis je trouve que c'est juste de la branlette technique sans ambiance. Même si j'aime pas tout au moins Blut Aus Nord innove, se recherche sans cesse. DsO ils ont créé un monstre, qui a carrément inventé un genre, le black metal orthodoxe, mais depuis bof, c'est triste. J'y arrive pas, j'essaye encore et encore, et je ne comprends pas ces chroniques si positives.
dantefever citer
dantefever
20/10/2019 16:02
Sagamore a écrit : dantefever a écrit : Pas encore assez écouté ... Je resterai toujours plus attaché à Si Monumentum qu'au reste, même si j'aime aussi beaucoup la suite. Mes quelques écoutes de celui-ci m'ont bien plu cependant.

Pas mieux. Si Monvmentvm au-dessus à tout jamais. DsO est incapable de sortir un mauvais disque. Celui-ci est bon, forcément, mais... Je l'ai écouté trois/quatre fois avant de le ranger au fond de ma disco pour ne plus le ressortir.


Moi ça m'arrive de le réécouter uniquement pour sa prod, l’analogique est particulièrement audible et c'est délicieux
Sagamore citer
Sagamore
20/10/2019 08:53
dantefever a écrit : Pas encore assez écouté ... Je resterai toujours plus attaché à Si Monumentum qu'au reste, même si j'aime aussi beaucoup la suite. Mes quelques écoutes de celui-ci m'ont bien plu cependant.

Pas mieux. Si Monvmentvm au-dessus à tout jamais. DsO est incapable de sortir un mauvais disque. Celui-ci est bon, forcément, mais... Je l'ai écouté trois/quatre fois avant de le ranger au fond de ma disco pour ne plus le ressortir.
dantefever citer
dantefever
20/10/2019 00:24
Pas encore assez écouté ... Je resterai toujours plus attaché à Si Monumentum qu'au reste, même si j'aime aussi beaucoup la suite. Mes quelques écoutes de celui-ci m'ont bien plu cependant.
mayhem13 citer
mayhem13
19/10/2019 21:28
Sacrée chronique que tu nous ponds là. On sent le fan qui a approfondi la chose. Bravo. Tu m'as donné envie de l'écouter en tout cas.
Solarian citer
Solarian
19/10/2019 16:16
Ah ben justement, je considère Paracletus comme le sommet de leur disco grâce à un élément essentiel selon moi, le côté catchy et mémorisable via la mélodie au milieu du chaos qui touchait presque au génie sur cet opus. TSOMB m'avait par contre laissé de marbre en renouant avec l'ère Fas-Ite et le délire prise de tête purement chaotico-jazzy-cérébral-déstructuré-démonstratif... bon enfin on a compris.
Je jetterai quand même une oreille sur le nouveau car on peut apparemment s'attendre à des trucs intéressants, on sait jamais...
lkea citer
lkea
19/10/2019 15:41
note: 8.5/10
Assez d'accord, surtout sur le fait qu'il relève bien la barre après des œuvres franchement ennuyeuses (à partir de "Paracletus"). Très Neurosien, j'ai trouvé, avec le savoir-faire du vieux groupe sûr de lui. Étonnamment triste, aussi, voire émo tout en étant constamment adulte. Bref, très fan de ce dernier album.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deathspell Omega
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (11)  7.95/10
Webzines : (5)  7.53/10

plus d'infos sur
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Black metal - 1998 - France
  

tracklist
01.   Neither Meaning Nor Justice  (02:16)
02.   The Fires of Frustration  (04:59)
03.   Ad Arma! Ad Arma!  (04:09)
04.   Splinters From Your Mother's Spine  (03:12)
05.   Imitatio Dei  (04:56)
06.   1523  (03:37)
07.   Sacrificial Theopathy  (02:37)
08.   Standing On The Work Of Slaves  (03:23)
09.   Renegade Ashes  (05:23)
10.   Absolutist Regeneration  (05:27)
11.   You Cannot Even Find The Ruins…  (05:19)

Durée : 45:18

parution
24 Mai 2019

voir aussi
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Diabolus Absconditus (EP)

2011 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
The Synarchy Of Molten Bones

2016 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Paracletus

2010 - Season Of Mist / Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Mass Grave Aesthetics (EP)

2008 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Veritas Diaboli Manet In Aeturnum (MCD)
(Chaining The Katechon)

2008 - Norma Evangelium Diaboli
  

Essayez aussi
True Black Dawn
True Black Dawn
Come The Colorless Dawn

2016 - World Terror Committee Records
  
Nécropole
Nécropole
Solarité

2018 - Northern Heritage
  
Griffon / Darkenhöld
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)

2019 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Örmagna
Örmagna
Örmagna

2019 - Signal Rex
  
Enthroned
Enthroned
Towards The Skullthrone Of Satan

1997 - Blackend
  

Unfathomable Ruination
Enraged & Unbound
Lire la chronique
Witch Mountain
Witch Mountain
Lire la chronique
Die Kunst Der Finsternis
Revenant in a Phantom World...
Lire la chronique
Opeth + The Vintage Caravan
Lire le live report
Negator
Vnitas Pvritas Existentia
Lire la chronique
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique
Maïeutiste
Veritas
Lire la chronique
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam
Lire la chronique
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Häive
Iätön
Lire la chronique
Infaust
Verblichen
Lire la chronique
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Dauþuz
Monvmentvm
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Gidim
Lire la chronique
Devourment
Obscene Majesty
Lire la chronique
Gatecreeper
Deserted
Lire la chronique
Hangman's Chair
Bus de Nuit (EP)
Lire la chronique