chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
131 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blut Aus Nord - Hallucinogen

Chronique

Blut Aus Nord Hallucinogen
J’ai beau me dire qu’il ne faut jamais rien attendre de Blut Aus Nord, le projet m’ayant plus d’une fois étonné, je ne peux m’empêcher d’avoir quelques suppositions quand approche l’heure de découvrir une de ses nouvelles œuvres. Cela a été le cas pour Hallucinogen dès la parution de son illustration signée Dehn Sora, ayant tout de suite créé quelques hypothèses sur ce qu’elle habillait. De l’espace, des couleurs inhabituelles, des formes inconnues, végétales et extraterrestres à la fois... Qu’attendre de ce disque, sinon une expérience psychédélique inédite de la part du Vindsval crew ?

Au moins, je ne me suis pas trompé sur une chose : Hallucinogen est, comme affiché, hallucinogène, montrant les Français s’essayer au trippant, le groove, la dynamique, le « toujours plus haut », devenant leurs sacerdoces quarante-neuf minutes durant. Pour le reste, rien ne m’avait préparé à cela. Blut Aus Nord, ce groupe un peu en roue libre ces derniers temps, ouvre encore une nouvelle porte, là où il commençait à devenir dangereusement familier, presque, à son échelle, « convenu » ? Il mélange ici, subtilement, hard rock, black metal forestier, chœurs religieux, rock psyché, pour en faire une seule et même pâte à modeler au gré de ses envies ! Rien ne pouvait laisser penser à ces expérimentations-ci, pas même les quelques indices laissées dans d’autres essais (quelques clés sur Memoria Vetusta III – Saturnian Poetry et 777 – Cosmosophy, rien de plus). C’est donc une nouvelle fois ébahi par l’entité que j’ai découvert cet album, par cette capacité à se renouveler tout en suivant une logique interne faisant sens sur l’ensemble de sa longue discographie.

Car Blut Aus Nord, que ce soit sur Ultima Thulee, The Mystical Beast of Rebellion, MoRT et tant d’autres pierres posées soutenant son architecture globale, a toujours été empreint d’une envie de fuite en avant dans l’imaginaire, un besoin de quitter la vie réelle et ses claudiquements, ses àpeuprès et ses pastoutàfaits, suivant la ligne des Pessoa et Verlaine (les poèmes saturniens, vous l’avez ?) pour voir dans la création artistique le seul état vital véritable, que cela soit dans le morbide ou dans l’émerveillement. Et Hallucinogen est bien le disque où cela se révèle avec le plus de force. Que ce soit lors de la sensible « Anthosmos », le transcendée « Mahagma », la flamboyante « Nebeleste », le tout magnifiquement uni par un batteur s’échappant avec nous à coups de blast beats et rythmes filant de leurs flots, on se retrouve prisonnier d’une rêverie aux sensations inédites, un mariage intense où Ulver, Drudkh, Fleurety et Monster Magnet ne forment plus qu’un seul monde mirifique, conté par des apôtres tout-puissants (ces voix, impalpables et victorieuses, ne sortant médaillées qu’à la toute fin de « Cosma Procyiris »).

Et pourtant, que tout cela est simple, naturel dans son surnaturel ! Hallucinogen a la beauté des poésies claires et foisonnantes dans le même temps, où le plaisir se prend aussi bien dans la rencontre d’une ligne (le début de « Mahagma », je ne m’en remets pas) que dans le hors-texte, ce que l’auditeur peut imaginer dans ses respirations. Il y a ici des moments qui se défilent et laissent cependant rêveur, d’autres qui s’inscrivent dans la durée mais se renouvellent à chaque fois, comme un univers dont on ne perçoit que les parties, le tout paraissant immense, impréhensible, obsédant, cette musique extérieure devenant celle de l’intérieur, les émotions des panoramas qu’elle dessine devenant intimes.

Son voyage aux frontières des possibles, Hallucinogen le transmet charnel, sensuel, donnant une corporéité à ses ambiances. Directement jouissif, il laisse l’esprit voguer en son sein, solidement attaché à ses riffs inévitables. Certes, on pourra noter quelques moments de flottement, incertains, lors de « Sybelius » ou encore « Nomos Nebuleam », ainsi qu’une acmé si haute qu’elle surplombe l’ensemble, « Anthosmos » et « Mahagma » rendant à « Haallucinählia » l’exercice de la succession difficile. Mais il y a tant d’harmonies inattendues ici qu’il est excessif de se centrer sur les quelques dissonances que contient ce nouvel album, marquant une nouvelle étape pour Blut Aus Nord. Une splendeur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

15 COMMENTAIRE(S)

Emperor68 citer
Emperor68
30/04/2020 16:10
note: 10/10
Meilleur album 2019 avec le Yeruselem
gulo gulo citer
gulo gulo
28/04/2020 11:49
note: 8.5/10
choochoo a écrit : Très bon album... par contre j'avoue avoir un soucis avec l'artwork globale, les couleurs utilisées et les formes...


Assez d'accord, l'illustration du fourreau (pour l'édition cd) est un peu moins bancale, et il y en a des carrément mieux dans le livret ; je pige pas.
Enfin si, je vois l'idée, qui me fait vachement penser à mes images mentales pour le vaisseau-arbre Yggdrasil, quand j'avais lu Hypérion - mais en version ratée, un peu.
gulo gulo citer
gulo gulo
28/04/2020 11:47
note: 8.5/10
Ca nous arrive à tous ^^
Je taquine, mais ça me fait surtout plaisir, qu'on aime ce disque (oui, il rend un peu bisounours).
Sagamore citer
Sagamore
28/04/2020 11:19
note: 8.5/10
Je l'ai jugé un peu vite, celui-là. Il est doux, cotonneux, apaisant, avec de vraies saillies épiques dedans. La commande ne va pas tarder.
choochoo citer
choochoo
11/11/2019 03:22
note: 8.5/10
Très bon album... par contre j'avoue avoir un soucis avec l'artwork globale, les couleurs utilisées et les formes...
ellestin citer
ellestin
06/11/2019 17:14
Chronique juste
L'album coule de source et déclenche une espèce d'euphorie totale qui ne s'éteint pas jusqu'à la dernière note. Et oui, bien que pas démonstrative pour deux sous, la couleur psyché est présente, comme elle l'a toujours dans l'ADN du projet, mais cette fois assumée comme telle.
yog citer
yog
29/10/2019 09:39
J'ai beaucoup apprécié l'album également même si j'aurais adoré que le coté psyché prenne encore plus le pas. Du coup, bien vue la réf à Monster Magnet, genre "psyché pour métalleux tu vois"..... j'espère que Vindsval poursuivra sur cette voie en allant chercher du coté d'un Gong ou d'un Acid mother temple, ça pourrait vraiment donner quelque chose !
Solarian citer
Solarian
28/10/2019 21:36
note: 8/10
Très bonne surprise en ce qui me concerne après un Deus Saluti assez bof. Là on se reprend de l'épique plein la tronche, du grandiose, du mystique et de la mélodie sublime à la pelle (bon sang que ce Mahagma me hante !).
Une sorte de synthèse de ce que BAN a sorti de plus majestueux en somme. Le souffle torrentiel issu du triptyque Memoria Vetusta conjugué au trip planant de Cosmosophy en passant par une petite lampée psychédélique à la Desanctification.
Bon quelques passages un peu moins excitants ça et là, mais pas de quoi entacher le plaisir global que procure ce petit bijou de BM lumineux.
A voir comment il passe l'épreuve du temps mais ça semble bien parti.
lkea citer
lkea
28/10/2019 17:30
note: 8.5/10
Pour moi, cet album est psyché et je laisse à d'autres le soin d'en discuter les mesures. Mais oui : BaN, c'est psyché depuis un petit moment (et un enfant de Bathory depuis le début, ma foi, même si j'y trouve pas tant de viking que du BM naturaliste). Cependant, c'est peut-être sur cet album que cette part-là est la plus affichée / assumée, à mon sens.
von_yaourt citer
von_yaourt
28/10/2019 21:42
note: 8.5/10
Je n'en attendais rien, j'ai été très agréablement surpris. C'est non seulement un retour au black metal, mais surtout ce que Blut Aus Nord a fait de mieux depuis Memoria Vetusta II. C'est vraiment très cool d'entendre Vindsval explorer à nouveau les mélodies oniriques, surtout après la déception du bien trop sage Memoria Vetusta III. Il sort un seul bon album tous les dix ans, mais quel album.
gulo gulo citer
gulo gulo
28/10/2019 17:13
note: 8.5/10
Je dirais du heavy viking un peu sci-fi, pour ma part.
Mais psyché, clairement beaucoup moins que d'autres de ses albums.
Hallu citer
Hallu
28/10/2019 13:43
note: 7.5/10
Je lui trouve plutôt un retour appréciable au viking black metal, Blut Aus Nord nous fait ça régulièrement, un album indus, un album viking. Bon celui-ci est plus enjoué, ils voulaient faire quelque chose d'épique, clairement. Du coup non je lui trouve pas grand chose de psychédélique, plutôt antique, viking quoi... On reste quand même sur les accords de gratte classiques du black, rien n'a bougé. Et les rares chœurs sont là encore présents pour évoquer cet aspect guerrier, épique. Du coup je sais pas ce qu'il a fumé avec cette pochette et ce titre, mais si on en fait abstraction pour moi c'est du black. Y a bien des artifices un peu bizarroïdes de ci de là, mais rien qui présage d'un changement fondamental dans le style du groupe.
lkea citer
lkea
28/10/2019 10:57
note: 8.5/10
gulo gulo a écrit : "Corporéité" existe ; je suis déçu.

Hihi. J'ai hésité pour "claudiquements" par contre, mais ça passe.
gulo gulo citer
gulo gulo
28/10/2019 10:25
note: 8.5/10
"Corporéité" existe ; je suis déçu.
Dantefever citer
Dantefever
28/10/2019 10:26
"un mariage intense où Ulver, Drudkh, Fleurety et Monster Magnet ne forment plus qu’un seul monde mirifique"

Grave, mais il faudrait encore plus de Monster Magnet je trouve. Si Dave Wyndorf pouvait se pointer chez Vindsval et lui faire un traitement à la "Lost Patrol" ou même encore mieux à la "Milking the Stars", ce serait parfait.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blut Aus Nord
Psychedelic Black Metal
2019 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (15)  8.4/10
Webzines : (9)  7.87/10

plus d'infos sur
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Psychedelic Black Metal - 1994 - France
  

tracklist
01.   Nomos Nebuleam
02.   Nebeleste
03.   Sybelius
04.   Anthosmos
05.   Mahagma
06.   Haallucinählia
07.   Cosma Procyiris

Durée : 48 minutes 58 secondes

parution
20 Septembre 2019

voir aussi
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Memoria Vetusta III
(Saturnian Poetry)

2014 - Debemur Morti Productions
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
The Work Which Transforms God

2003 - Appease Me Records
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Memoria Vetusta II
(Dialogue With The Stars)

2009 - Candlelight Records
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Debemur MoRTi (EP)

2014 - Debemur Morti Productions
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
What Once Was... Liber II (EP)

2012 - Debemur Morti Productions
  

Essayez aussi
Oranssi Pazuzu
Oranssi Pazuzu
Värähtelijä

2016 - 20 Buck Spin Records / Svart Records
  
Oranssi Pazuzu
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)

2017 - 20 Buck Spin Records / Svart Records
  
Occultation
Occultation
Silence in the Ancestral House

2014 - Invictus Productions
  
Gravetemple
Gravetemple
Impassable Fears

2017 - Svart Records
  

Surprise de l'année
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique