chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
108 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Diocletian - Amongst The Flames Of A Bvrning God

Chronique

Diocletian Amongst The Flames Of A Bvrning God
Durant ses onze premières années d’existence, Diocletian s’est attaché à mener la vie dure à tous ceux assez fous pour croiser son chemin, imposant son dictat d’une main de fer à coup d’albums terrifiants ayant marqués au fer rouge l’underground Black/Death et de prestations scéniques aussi rares qu’intenses. Alors forcément, lorsque les Néo-Zélandais annonçaient leur séparation courant 2015, beaucoup l’on eut en travers de la gorge, Diocletian étant considéré par beaucoup comme le mâle-alpha dans une meute de suiveurs plus ou moins talentueux.
Quelques mois plus tard, le groupe au line-up largement remanié annonçait contre toute attente plancher sur l’écriture d’un nouveau EP intitulé Empire Of Rats en collaboration avec le label californien Nuclear War Now ! Productions et l’artiste italien Paolo Girardi. Un projet alléchant initié dans le but de couvrir une partie des frais engagés pour les funérailles de Steven Clark Childers aka Tragenda (Black Witchery) décédé dans un accident de voiture début 2016. Mais ce disque ne verra finalement jamais le jour, la situation chez Diocletian étant particulièrement confuse entre ces incessants problèmes de line-up (Cameron James Sinclair et W.B. ayant tous les deux décidé de se retirer du dit projet) et l’envie évidente d’Atrociter de continuer coûte que coûte. Aussi, avec le soutien d’Impurath (Black Witchery) d’ors et déjà de la partie, Brendan Southwell va alors s’atteler à la composition de nouveaux morceaux tout en cherchant à recruter un peu de sang neuf nécessaire à la suite de leur aventure. Pour cela, celui-ci va faire appel aux services du bassiste de Dawn Of Azazel (Rigel Walshe), d’un ancien guitariste de Heresiarch (M.H.) et d’un nouveau batteur a priori sans curriculum vitae (E.M.). Ensemble, le groupe va s’atteler à la composition de ce qui est aujourd'hui le quatrième album d’un Diocletian quelque peu transfiguré.

Après avoir trouvé refuge sur le label Profound Lore Records, Diocletian a donc fait l’été dernier un retour évidemment remarqué car très attendu par tous les amateurs de Blasphemy, Antichrist, Revenge, Angelcorpse, Heresiarch, Black Witchery et compagnie. Pourtant, Amongst The Flames Of A Bvrning God (avec ce "v" à la place du "u", chose que je croyais réservé à Behemoth et Lvcyfire) est probablement l’album le plus faible de la discographie des Néo-Zélandais. La première raison expliquant à mon avis ce triste constat est probablement à chercher justement du côté de ce line-up. Lorsque vous repartez de zéro avec autour de vous quatre personnes avec lesquelles vous n’avez jamais joué auparavant ni partagé un seul instant la même vision, il est bien souvent compliqué d’obtenir un résultat à la hauteur de vos exploits passés. Et c’est bien ce qui se passe ici puisqu'on a l’impression d’écouter un Diocletian au rabais, en mode « pilotage automatique », marchant inexorablement dans les pas d’un certain Revenge quitte à perdre toutes traces de ce qui faisait encore jusque-là sa singularité dans un registre pourtant très peu ouvert sur la question de l’originalité.
Cependant, on ne peut pas dire que le groupe ne fasse pas d’effort, frappant implacablement avec cette puissance et cette intensité redoutables qu’on lui connait. Agressif et punitif au possible, Amongst The Flames Of A Bvrning God ne manque donc pas d’assouvir notre soif de violence à coups de riffs incandescents, de descentes de manches chaotiques, de solos foutraques ou de blasts punitifs incessants. Le chant abrasif d'Impurath est d’ailleurs très certainement l’un des points forts de l’album, le bougre encapuchonné étant toujours aussi à l’aise lorsqu'il s’agit d’insuffler à ses lignes de chant une haine et une misanthropie de fin du monde. Le truc c’est qu’il se dégage de ces vingt-sept petites minutes exécutées pourtant le couteau entre les dents un sentiment plutôt mitigé face à ces riffs certes efficaces mais manquant cruellement d’audace et d’ampleur. La production a beau être soignée, permettant de distinguer assez clairement chaque instrument, il faut se rendre à l’évidence, les riffs n’ont plus le même impact qu’auparavant. Là où War Of All Against All et Gesundrian faisaient preuve de nuances, de groove et de bien plus de personnalité avec cette approche mêlant notamment ce Black/Death bestial et intransigeant à ces accents Death/Doom plus ou moins prononcés, ce nouvel album occulte complètement ce mélange des genres (allez, sauf peut-être sur les premières secondes de "Restart Civilization") pour un résultat final bien loin de ce à quoi le groupe nous avait habitué jusque-là.

Encore une fois, ce que propose Diocletian ici se situe sans difficulté parmi ce qui se fait de plus sauvage et redoutable dans le genre mais malheureusement pour un groupe de cette envergue, cela n’est pas tout à fait suffisant. Oui, je m’attendais effectivement à quelque chose d’un peu plus marquant là où je n’ai eu qu’un album qui, à chaque titre, me fait invariablement penser à Revenge plutôt qu’à Diocletian. Un comble pour un groupe qui a quand même largement aidé à "populariser" le genre et su au fil des sorties trouver son style et ainsi s’affirmer. Pour un shot de violence exacerbée, Amongst The Flames Of A Bvrning God s’avère tout ce effectivement qu’il y a de plus efficace. Si par contre vous cherchez un disque un peu plus ambitieux renouant avec ce qui a permis à Diocletian de se distinguer, pas sûr que ce dernier fasse véritablement l’affaire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
05/12/2019 08:54
note: 8/10
InnerDam a écrit :
Cette recherche d'efficacité plaira à certains certes, mais Diocletian nous avait habitué à des compos plus ambitieuses,





Faudrait que je me re-balance les vieux disques pour comparer, mais en tant que gros bourrin de base, ça me va très bien, ça a le mérite de ne pas s'éterniser...
InnerDam citer
InnerDam
05/12/2019 02:29

"27 minutes de pure bestialité non-stop", why not.. mais là en fait...non.
Après libre à tous d'apprécier le virage emprunté, mais pour ma part les riffs manquent cruellement de consistance et semblent assez linéaires. Du coup ces 27 minutes me paraissent bien longues..
Cette recherche d'efficacité plaira à certains certes, mais Diocletian nous avait habitué à des compos plus ambitieuses,



Krokodil citer
Krokodil
04/12/2019 10:25
note: 7.5/10
Des airs de Morgue qui sont pas pour me déplaire.
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
03/12/2019 19:31
note: 8/10
27 minutes de pure bestialité non-stop, c'est tout ce que je demandais. À l'approche de ces fêtes de Noël à la con, ça fait du bien par où ça passe !!
Et j'adore la production et cet artwork, bien totalitaire et haineux, un de mes albums de l'année !
gulo gulo citer
gulo gulo
03/12/2019 18:36
War of All toujours pas dépassé, pour moi.
Dantefever citer
Dantefever
03/12/2019 14:31
Pas du tout d'accord avec vous. C'est du Diocletian encore plus sauvage et furieux qu'auparavant. C'est effectivement moins groovy et "classe", mais alors j'ai vraiment l'impression de me faire passer dessus par un tank. Cette orientation encore plus bestiale me plaît beaucoup, après c'est vrai que j'aimerais bien que ça reste cantonné à un seul album et qu'ils reviennent aux riffs la prochaine fois.

Quel carnage, bon sang !
Deathrash citer
Deathrash
03/12/2019 11:55
On est loin du chef d'oeuvre qu'était "War of all" mais cette nouvelle mouture de Diocletian reste très solide, et sait toujours délivrer un bloc concentré de haine et de violence.
Le dernier Black Witchery m'ayant déçu (D'ailleurs plus rien depuis bientôt 10 ans) j'avais un peu peur de la présence de Impurath, mais il excelle dans son registre toujours aussi rageur.

Alors ouais, ça fait un peu Conqueror/Revenge worship mais c'est pas grave. C'est pas l'originalité que je cherche dans ce style qui se mord la queue depuis plusieurs annes déjà.
Et ou seul Axis of Advance, Sect Pig et un peu Diocletian fut un temps ont réussi à sonner autrement tout en gardant l'essence du genre.
AxGxB citer
AxGxB
03/12/2019 11:55
note: 7/10
J'imagine que la production doit y être pour quelque chose haha
Keyser citer
Keyser
03/12/2019 11:38
note: 7/10
C'est clairement moins bon et intéressant que le précédent mais pour moi ça reste toujours mieux que Revenge !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Diocletian
Black / Death Metal
2019 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Diocletian
Diocletian
Black / Death Metal - 2004 - Nouvelle-Zélande
  

tracklist
01.   Nuclear Wolves  (02:47)
02.   Degenerate Swarm  (03:51)
03.   Repel The Attack  (02:54)
04.   Berserker Rights  (03:39)
05.   Invincibility Through Strife  (03:44)
06.   Procreate Strength  (02:40)
07.   Plundered By Hyenas  (03:51)
08.   Restart Civilization  (03:40)

Durée : 27:06

line up
parution
16 Août 2019

voir aussi
Diocletian
Diocletian
Gesundrian

2014 - Osmose Productions
  
Diocletian / Weregoat
Diocletian / Weregoat
Disciples Of War (Split-CD)

2012 - Dark Descent Records
  
Diocletian
Diocletian
Doom Cult

2009 - Invictus Productions
  
Diocletian
Diocletian
War Of All Against All

2010 - Invictus Productions
  
Diocletian
Diocletian
Annihilation Rituals (Compil.)

2012 - Osmose Productions
  

Essayez aussi
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Return Fire

1997 - No Fashion Records
  
Nightfell
Nightfell
A Sanity Deranged

2019 - 20 Buck Spin Records
  
Xoth
Xoth
Interdimensional Invocations

2019 - Autoproduction
  
Ævangelist
Ævangelist
Matricide in the Temple of Omega

2018 - I, Voidhanger Records
  
The Funeral Pyre
The Funeral Pyre
Wounds

2008 - Prosthetic Records
  

Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique