chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
190 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Xoth - Interdimensional Invocations

Chronique

Xoth Interdimensional Invocations
La découverte d’un grand disque tient parfois à peu de choses. XOTH, groupe estampillé death/black sortant son 2ème album, m’aura donc eu sur le visuel, avec son artwork très BD seventies sous substances prohibées. Les partisans de Caza et Druillet apprécieront l’emballage mais que les fans de gros son se rassurent : « Interdimensional Invocations » tient les promesses de son concept de base. Les abominations surgies du fin fond de l’espace temps trouvent ici leur parfait pendant musical.

Si un rapide survol stylistique nous laisse croire à une nouvelle comète death tech en provenance du Québec, XOTH nous vient en réalité de Seattle. Comptant en ses rangs d’anciens membres de WARBRINGER, LECHEROUS NOCTURNE ou encore PHALGERON, le combo Nord-Américain se déleste au décollage d’influences pour le moins majeures (EMPEROR, le DEATH de fin de carrière) afin de mieux voler de ses propres ailes, vers l’infini et au-delà d’étiquettes forcément réductrices. Pour évacuer la facette black metal, genre pour lequel j’éprouve une attirance très limitée, précisons d’emblée que si XOTH emprunte certains gimmicks du genre, c’est plus sur la forme (le chant bien rance de Tyler Sturgill, des riffs torturés façon IHSAHN) que sur le fond (exit toute enveloppe de souffre) que ça se joue. Pour le reste, ça joue de manière fulgurante sur plusieurs tableaux que j’affectionne bien plus ; death technique donc mais aussi death tout court (« Back To The Jungle »), voir thrash sur certaines séquences délicieusement old school (« Back To The Jungle », toujours).

Ceci étant posé, l’arme fatale de XOTH reste son penchant affirmé pour le heavy. On pense ainsi très fort à une version moins sophistiquée de SYMBIOSIS, qui s’était fendu sur « On The Wings Of Phoenix » d’une brillante relecture de « The Loneliness Of The Long Distance Runner ». Même combat ici, avec ce feeling constant de voir passer « Somewhere In Time » à la moulinette extrême (« Unseen Abductor » et ses solis fantastiques). Les duels de guitares semblent pilotés par de vieux briscards passés par toutes les couches de la stratosphère qui, fait notable, ne versent jamais dans la surenchère. Point de branlette de manche stérile sur ce 2nd full length (après « Invasion Of The Tentacube », 2016) mais un savant dosage entre fulgurances mélodiques et bombardement en règle ; généreux en blasts et monstrueusement épique (« Mountain Machines ») XOTH se montre d’une précision démoniaque dans la construction de ces 8 nouveaux titres. Jamais redondant, inventif sans être démonstratif, ce « Interdimensional Invocations » témoigne du savoir faire d’artisans n’hésitant pas à la jouer (relativement) simple lorsque le besoin s’en fait ressentir.

Versant parfois dans le prog (« Haruspex »), les Américains s’appuient également sur quelques claviers discrets et sur une production très équilibrée signée Joe Cincotta au Full Force Studio. Brillante synthèse de plusieurs genres métalliques, voilà donc un ovni sorti de nulle part paré pour figurer illico dans le bilan de fin d’année. Et en très bonne place !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

donvar citer
donvar
03/08/2021 10:18
note: 8.5/10
Quand j'écoute cet album, je pense surtout à Terminal Redux de Vektor.
Peu importe; dans tous les cas, c'est du très bon !
Johnjohn citer
Johnjohn
23/11/2019 11:58
note: 8.5/10
Jubilatoire. Rien à rajouter à cette excellente chronique qui m'a révélé cette perle venue d'outre-espace. Welcome to Earth.
MoM citer
MoM
08/11/2019 18:57
Je suis vraiment d'accord avec toi !

C'est vraiment un album qui fait du bien Sourire
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
08/11/2019 13:03
note: 8.5/10
MoM a écrit : J'étais sceptique au départ, je trouvais que le chant camouflait les instrus, aussi bien dan le mix que dans la compo, comme si tous les zicos se rangeaient sur le côté pendant que la voix prenait toute la place.

J'ai un peu tiqué au début aussi, je trouvais le chant passable par rapport au reste. Mais on s'y fait très vite et le plan à 3 gosiers fait la différence

MoM citer
MoM
08/11/2019 06:52
J'étais sceptique au départ, je trouvais que le chant camouflait les instrus, aussi bien dan le mix que dans la compo, comme si tous les zicos se rangeaient sur le côté pendant que la voix prenait toute la place.

Après réécoute, c'est du très solide, un album qui est vraiment sympa et qui fait vibrer.
Une très bonne pioche, donc !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
07/11/2019 22:12
note: 8.5/10
@ Troll Traya : mais je t'en prie, content que ça t'ai plu Clin d'oeil

@ Cyril : tu m'en diras des nouvelles!
Troll Traya citer
Troll Traya
07/11/2019 18:48
note: 8/10
Pas encore tout écouté, mais ce que j'ai entendu me plait beaucoup ! Merci pour la découverte.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
07/11/2019 12:45
J'en ai entendu beaucoup de bien de-ci de-là. Je vais finir par franchir le pas Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Xoth
Death/Black
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  8.43/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Xoth
Xoth
Death/Black - 2014 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Casting The Sigil  (4:52)
02.  Mountain Machines  (3:53)
03.  Back To The Jungle  (5:05)
04.  Unseen Abductor  (4:58)
05.  Haruspex  (4:23)
06.  Plague Revival 20XX  (5:26)
07.  The Ghost Hand Of God  (3:46)
08.  Melted Face Of The Soul  (6:43)

Durée : 39:10

parution
18 Octobre 2019

Essayez aussi
Devouror
Devouror
Slay for Satan (EP)

2019 - Metal Zone Records
  
7th Nemesis / Punishment
7th Nemesis / Punishment
Chronicles Of A Sickness (Split-CD)

2003 - Skull Fucked Productions
  
Odem
Odem
The Valley Of Cut Tongues (EP)

2013 - Daemon Worship Productions
  
Noctes
Noctes
Pandemonic Requiem

1997 - No Fashion Records
  
Demonomancy
Demonomancy
Throne Of Demonic Proselytism

2013 - Nuclear War Now! Productions
  

Caveman Cult
Blood And Extinction
Lire la chronique
Gargoyle
Hail to the Necrodoom
Lire la chronique
Melvins
Bullhead
Lire la chronique
Lingua Ignota
Sinner Get Ready
Lire la chronique
Hatemonger
The Vile Maxim (EP)
Lire la chronique
Superbloom
Pollen
Lire la chronique
Fates Warning
A Pleasant Shade Of Grey
Lire la chronique
Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique