chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Terrorizer - Caustic Attack

Chronique

Terrorizer Caustic Attack
Je ne vais pas te faire de longs discours sur Terrorizer. Tu connais comme moi ces vétérans du death ricain, leur musique bas du front, basée sur des tempi élevés et une rythmique souvent plus punk que réellement metal. World Downfall renvoie une image déformée de ce groupe car, de fait, c’est leur chef d’œuvre et que, derrière, c’est le quasi néant. Darker Days Ahead est une bouse. Hordes of Zombies est légèrement plus attractif mais de si peu. Alors la venue de Caustic Attack ne m’a pas vraiment encouragé à hâter le pas pour pondre cette chronique.

Les premiers titres révèlent des aspects connus du groupe, un death rapide, assez punk, doté d’un son assez banal et d’une voix pas non plus transcendante. Le son claquant de World… n’est plus et on a le sentiment que le combo ne parvient plus à sortir de la nasse. Turbulence, Invasion et Conflict and Despair passent ainsi comme une lettre à la poste, torchés en 2 minutes par tête max, sans être ridicules mais sans être fabuleux non plus. Comme si tout avait été dit il y a 30 ans…

La suite n’est qu’une longue répétition de gammes. En effet, hormis le jeu relativement intéressant de Sandoval, les morceaux s’enquillent et se ressemblent. La fameuse photocopieuse death est en marche car, soyons honnêtes, qu’est-ce qui différencie aujourd’hui Terrorizer de l’immense majorité des groupes de death qui pondent les mêmes riffs depuis 30 ans ? Rien. L’écoute globale de l’album est encore plus cruelle car, de fait, on a le sentiment que le disque ne comporte qu’une poignée de titres, les enchaînements entre les morceaux ne permettant pas de distinguer ceux-ci les uns des autres. Tout se ressemble au point que l’auditeur se coltine finalement une masse sonore informe, somme toute assez banale. Les idées manquent. Les structures sont invariablement les mêmes : blast, ralentissement, blast (Turbulence, Devastate, Crisis). Et la voix ne sauvera rien. Sans être infâmante, elle est juste… horriblement monotone. Sans jus.

Si l’on veut tenter de sauver quelque chose, on notera les efforts du guitariste, Lee Harrison, déjà en poste chez Monstrosity. C’est bien le seul qui semble en capacité de distiller ça et là quelques solis, quelques ponts / ralentissements réellement pertinents (Infiltration par exemple ou The Downtrodden). Sa gratte tranchante, presque thrash par instants, apporte une dynamique, une agression qui permet de varier les ambiances, les tonalités.

Et parfois aussi, Terrorizer redevient intéressant quand il se copie lui-même (Infiltration, Sharp Knives, Caustic Attack, Terror Cycles ou Trench of Corruption, qui copient After World Obliteration et Fear of Napalm de World Downfall)… c’est dire et c’est bien tout.

Enfin, pour être tout à fait honnête, le combo ricain nous surprend parfois avec quelques sursauts d’originalité, comme cette structure un peu étrange sur Failed Assassin et ses petits riffs entêtants, mêlés à la batterie saccadée.

Terrorizer illustre ce que j’appelle le phénomène photocopieuse. Il tabasse à tout crin, le blast pour le blast, à la vie à la mort, la légende World Downfall portée en étendard… mais tout ça dans le vide, sans âme, sans une once d’originalité, à l’image des cohortes de groupes de death déversées sur la scène actuelle et depuis 25 ans. Soyons francs, on ne retire rien ou presque de cet album. Pas un titre, peu ou pas de riffs, pas une ambiance. Même la pochette est insipide. Au sein d’une scène où seuls les meilleurs, les plus originaux émergent clairement, Terrorizer fait office de vieux gâteux sur le retour, de pépé inoffensif. C’est triste. Finalement, c’était bien vrai. La vieillesse est un naufrage…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
09/11/2019 19:44
World Downfall était bien cool. Bon après ça ne m'avait pas transcendé non plus à l'époque, tant et si bien que j'ai fini par le revendre.
Depuis, RAS et celui-là n'arrange rien c'est clair. Rien sous la pédale, degré zéro de l'inspiration, et le pauvre Sandoval n'y change pas grand chose. De toute façon j'ai toujours trouvé que son jeu était loin de casser 3 pattes à un canard, en dépit du fait que je vénère les premiers Morbid Angel.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Terrorizer
Death Metal
2018 - The End Records
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  5.8/10

plus d'infos sur
Terrorizer
Terrorizer
Death Metal - 1987 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Turbulence
02.   Invasion
03.   Conflict and Despair
04.   Devastate
05.   Crisis
06.   Infiltration
07.   The Downtrodden
08.   Trench of Corruption
09.   Sharp Knives
10.   Failed Assassin
11.   Caustic Attack
12.   Poison Gas Tsunami
13.   Terror Cycles
14.   Wasteland

Durée : 43:52

line up
parution
12 Octobre 2018

voir aussi
Terrorizer
Terrorizer
World Downfall

1989 - Earache Records
  
Terrorizer
Terrorizer
Darker Days Ahead

2006 - Century Media Records
  
Terrorizer
Terrorizer
Hordes Of Zombies

2012 - Season Of Mist
  

Essayez plutôt
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Merciless Hammer Of Lucifer

2007 - Moribund Records
  
Deny The Urge
Deny The Urge
As Darkness Falls

2017 - G.U.C. (German Underground Crossection)
  
Necrowretch
Necrowretch
Satanic Slavery

2017 - Season Of Mist
  
Panzerchrist
Panzerchrist
Soul Collector

2000 - Mighty Music
  
Mitochondrion
Mitochondrion
Antinumerology (EP)

2013 - Dark Descent Records
  

Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique
Nova
Veniamo Dal Cielo
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
Helloween
Keepers of the Seven Keys p...
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Black Mold
Tales of Degradation (Démo)
Lire la chronique
RAM
The Throne Within
Lire la chronique
White Ward
Love Exchange Failure
Lire la chronique
Adversary
Forgotten Remains Of Death ...
Lire la chronique
Svart Crown
Wolves Among The Ashes
Lire la chronique
Leprophiliac
Caskets Of Flesh (Démo)
Lire la chronique
Nawaharjan
Lokabrenna
Lire la chronique
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
Ulcerot
Necuratu (Démo)
Lire la chronique